À propos du mysticisme sportif – Travail

Ce jour-là, le débat entre fans de gladiateurs modernes s’est transformé en l’allée sombre et étroite des diagnostics sportifs. Infectés de regarder les vitesses incroyables atteintes par les cyclistes dans le Tour de France semaine après semaine, et les records du championnat tombant jour après jour aux Championnats du monde d’athlétisme à Eugène, nous nous sommes demandé avec quelle précision ces résultats pouvaient être prédits en laboratoire. On pourrait par exemple, connaissant son entraînement, ses prédispositions physiques et toutes autres circonstances, dire un mois avant la compétition qu’elle Sydney Mc Laughlin 400 mètres haies en 50 secondes et 68 centièmes ? (Ce qui, soit dit en passant, est à peu près aussi impressionnant que les records du monde Usain Boulon de Berlin 2009.)

Une partie de la société a affirmé que les scientifiques pouvaient s’approcher de très près de la grande vérité du sport, d’autres d’entre nous ont évoqué « l’importance de la forme quotidienne » et « la magie incommensurable de Hayward Field » et ont cité des exemples de l’histoire du sport qui justifiaient nos doutes .

Mais nous sommes plus que tous d’accord pour dire que ce serait le pire de tout si de tels calculs pouvaient être faits des années à l’avance. D’une certaine manière, tout le monde du sport tend vers cela. Scientifiques, entraîneurs, athlètes, fans. Comment reconnaître celui qui a le plus de potentiel dans une foule d’enfants ? Comment ajuster sa formation pour qu’il puisse tirer le meilleur parti de ce potentiel ? Et que dire aux autres ? Les informer immédiatement de la dure vérité ou les laisser dans de faux espoirs jusqu’à ce qu’ils voient par eux-mêmes qu’ils ont rêvé en vain ?

Nous n’avons que l’infinie complexité du corps et de l’esprit humains à remercier pour le fait que nous ne connaissons pas encore des calculs aussi exacts. En raison des progrès rapides de la science du sport au cours des dernières décennies, nous disposons déjà de bonnes approximations, mais cet exemple montre clairement l’extraordinaire différence entre approximation et finalité. Une partie plus pratique de la population – pourquoi même inscrire un enfant dans une école d’athlétisme, si vous savez dès le départ qu’il n’est même pas un U d’Usain Bolt ? – il ne défendrait probablement pas du tout ce dernier, mais nous, les romantiques, trouvons cela carrément effrayant et déshumanisant.

Nous nous accrochons à l’ancien monde, dont nous savons qu’il ne peut pas durer éternellement, mais nous le supplions toujours de ne jamais nous quitter, alors que des scientifiques en blouse blanche nous observent déjà à huis clos. Bâtisseurs d’un nouveau monde. Ils savent ce que nous ne savons pas, et ils se demandent pourquoi nous sommes si fiers de notre ignorance, pourquoi nous la pressons si ardemment contre notre poitrine. Quelques tests simples pourtant le dissiperaient à jamais, tout comme il serait dissipé par les nouvelles générations, si leur potentiel, leur portée et leur cadre étaient calculés à la naissance. Ces nouvelles générations seraient alors épargnées de la peine de se heurter au mur de leurs propres limites. Suma sumarum ils seraient plus heureux que nous, mais… mais ils n’auraient pas ça… mais ils ne connaîtraient pas cette volupté qui secoue une personne quand elle repousse ses limites personnelles. Au fur et à mesure qu’ils progressaient, ils avaient toujours l’impression d’évoluer dans le cadre donné. En gagnant, ils ne feraient que remplir ce qui était prévu. Nous serions heureux à quatre-vingt-dix pour cent tout le temps, mais nous ne pourrions pas descendre à moins trois cents et ensuite atteindre, ne serait-ce qu’un instant, cent vingt.

C’est pourquoi je pense qu’il vaut la peine de nourrir des idées archaïques sur le sport en tant que domaine où, à la limite de nos capacités, la physique se heurte à la métaphysique, la biologie au mysticisme et la physicalité à la spiritualité. Mais peut-être est-il juste temps d’arrêter de lire sur l’extraordinaire McLaughlin, qui remercie toujours Dieu pour ses succès. Sa technique de course sans faille peut être qualifiée de divine, mais un coup d’œil aux biceps de la détentrice du record du monde révèle que son sanctuaire doit être la salle de musculation et son ange gardien son entraîneur. Aurait-elle autant de succès si nous essayions de calculer son potentiel, sa portée et son cadre dès la petite enfance ? Bogsigavédi.

Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.