Alen Pajenk : Nous ne sommes que des Balkans, les choses ne vont pas toujours bien

Lors de leur dernier match du groupe D au Championnat du monde à Stožice, les volleyeurs slovènes ont époustouflé l’Allemagne 3:0 et confirmé leur place dans la suite de la compétition, c’est-à-dire les huitièmes de finale. Là, samedi à 17h30. , ils affronteront la deuxième pire équipe sélectionnée, qui s’est qualifiée après la première partie de la Coupe du monde. Cette fois, le bloqueur du milieu a rassemblé ses pensées sur tout et les a exprimées verbalement Alen Pajenk.

Vous avez superbement joué contre l’Allemagne, les adversaires n’avaient aucune chance de succès.

« C’est difficile de dire que c’était peut-être notre meilleur match. Nous avons aussi très bien joué contre la France, mais cette fois les Allemands n’avaient pas raison, ils n’étaient pas à la hauteur de nous. Tactiquement, nous nous sommes très bien préparés pour eux, les avons éloignés de le filet avec les coups de pied initiaux, donc c’était plus facile pour nous dans le bloc. »

Nous savons sur quoi les Allemands parient dans le jeu, mais contre eux, vous avez collecté jusqu’à neuf blocs, eux un seul.

« Nous avons tous attaqué haut, la foule nous a donné une force supplémentaire. Nous nous sommes bien préparés dans le bloc et avons retiré les Allemands du filet avec le service, donc tout était plus facile après cela. Quand ça va, ça va. »

Vous avez donc très bien absorbé psychologiquement le match perdu contre la France.

« Nous avons toujours dit que si nous faisions de notre mieux, nous accepterions la défaite, car nous nous sommes vraiment battus. Peut-être qu’il y a eu un peu de panique contre les Allemands dans le deuxième set quand ils se sont approchés de nous, mais nous nous sommes suffisamment relevés et avons été jusqu’à la fin. Nous n’avons pas eu de match de préparation difficile pour la Coupe du monde, la Ligue des Nations s’est terminée il y a longtemps. Nous n’avons pas eu de match difficile depuis la première quinzaine de juillet, et pour relever le niveau de jeu si rapidement signifie que nous nous sommes très bien entraînés, que nous avons travaillé et que nous sommes tous bien préparés physiquement. »

Tout rappelle le championnat d’Europe national d’il y a trois ans, où vous avez joué jusqu’aux demi-finales à Stožice, maintenant vous atteindrez les quarts de finale. Une nouvelle grande opportunité est là.

« Allons au prochain match, il n’y aura plus de rattrapage maintenant non plus. Il faudra gagner, bien sûr qu’on y va. Normalement, c’est plus facile maintenant, on va faire de notre mieux, et avec le genre de public qu’on a, tout est possible. On ne joue que samedi, d’ici là on a trois jours de repos, on va essayer de se reposer le plus possible et de préparer le prochain match. Mais une telle pause entre matchs, c’est parce que pour les huitièmes de finale, les équipes doivent venir soit en Slovénie, soit en Pologne, elles doivent aussi goûter à la nouvelle salle. »

Comme vous pouvez le voir, vous êtes dans le bon rythme compétitif.

« On progresse de match en match, on l’a prouvé dans ces trois rencontres disputées. On espère que la prochaine sera encore meilleure. »

Quel crédit le sélectionneur Gheorghe Creţu a-t-il pour tout?

« Après la défaite contre la France, on a été un peu déçus, parce qu’on n’a pas tous les jours des champions olympiques sur le terrain de toute façon. Le coach nous a dit tout de suite après le match qu’on avait bien joué, qu’il ne fallait pas baisser la tête et que nous devons passer à autre chose car nous avons encore beaucoup de travail à faire. »

En tant que Roumain, il est naturellement très énergique.

« On n’est que des Balkans, se disait-on, mais tant qu’on est ensemble, pas besoin que quelqu’un nous traite gentiment tout le temps. Il faut toujours que quelqu’un nous corrige, nous aide. C’est bien de voir ça avec chaque point que nous obtenons, Creţu est vraiment émotif, encourageant et aidant. »

Sacha Samuel

"Pionnier du café adapté aux hipsters. Créateur sympathique. Analyste primé. Écrivain. Érudit culinaire. Accro à la télévision. Ninja d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.