Après le muffin finlandais, il est temps de répondre

Vendredi, les fans de basket plus exigeants ont été submergés par le mauvais match de l’équipe nationale slovène à Espoo, après le match revanche d’aujourd’hui avec la Finlande, de bien meilleures nouvelles pourraient venir de Koper (à 17h30). Il y a au moins trois raisons. Premièrement : s’ils sont sélectionnés par le sélecteur Aleksandar Sekulić saignant sous la peau, ils ont dû apprendre beaucoup de la première défaite lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2023. Deuxièmement : cette fois, ils seront probablement plus forts pour Klemna Prepelica. Et troisièmement : la Finlande est une équipe à domicile, complètement différente sur la route. La Slovénie a aussi deux visages, le champion avec Luko Dončić, un peu moins remarquable sans lui. On le sait depuis longtemps, mais en même temps beaucoup sont encore surpris lorsqu’ils reçoivent de nouvelles confirmations du fait, et secouent avec colère leur colère contre ses adjoints et aussi contre le sélectionneur qui s’est forgé à Kaunas et Tokyo l’année dernière. Cependant, les trois premières apparitions sur le chemin de la Coupe du monde en Indonésie, au Japon et aux Philippines ont conduit à l’opinion que l’équipe devrait jouer beaucoup mieux dans une telle équipe. Il ne suffit pas d’avoir la confiance en soi d’un sorcier de Dallas pendant un certain temps, et même un grand souhait ne suffit pas. Il faut aussi une approche pour jouer avec des pincettes, sinon toute l’énergie se transforme en cacophonie, comme ce fut le cas vendredi en Finlande avec les membres les plus expérimentés de la distribution dans les principaux rôles sauvages.

Jeu dangereux
au panier plus

Il n’est pas difficile de constater que notre équipe nationale a joué le mieux et obtenu le plus grand succès lorsqu’elle a eu à sa tête les meilleurs organisateurs du match, qui ont su diriger le personnel accompagnateur. Sekulic n’a pas Goran Dragiccette fois même pas Dončić, les blessés lui feraient aussi du bien Alexej Nikolic mais l’Euroligue Jean-Marie Šiškomais il devra tirer le meilleur parti de Luc Rupnik dans Matica Rebcaqui n’ont pas fait leur travail de manière satisfaisante vendredi, et risquent de tester le débutant Cachet de Samarie. Après le muffin, un autonettoyage collectif s’imposera, même s’il ne semble pas sous-estimer les Finlandais lorsqu’ils jouent à domicile. Nous avons oublié comment ils ont battu la France, la Grèce, la Pologne et l’Islande aux Championnats d’Europe 2017 à Helsinki et n’ont perdu que contre la Slovénie alors en tête – avec trois points d’écart. Après le déménagement des équipes à Istanbul, elles ont été éliminées en huitièmes de finale contre l’Italie. À Koper aussi, beaucoup de choses seront probablement différentes de celles d’Espoo, si les basketteurs slovènes utilisent leur tête en plus de leurs muscles et de leur cœur. Jouer à un point plus qu’un rival, comme le cultive Cedevita Olimpija, apporte de nombreux dangers lors d’une mauvaise journée de tireur d’élite sans solutions de secours, et si l’équipe n’essaie pas de remplacer tous les lancers manqués et les balles perdues par un bon jeu en défense. Avec 86 points, autant que les Slovènes en ont reçu vendredi, et avec un si mauvais suiviSasuja Salina, dont les forces et les faiblesses devraient être bien connues, ont eux-mêmes signé une condamnation à mort. Néanmoins, la situation n’est pas du tout catastrophique : s’ils remboursent les Finlandais aujourd’hui (et la Suède bat aussi la Croatie à domicile), ils s’assureront une montée au deuxième échelon de la qualification pour le Mondial à deux tours de la fin.

Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.