Après l’ouragan, la destruction slovène Pogačar a brillé en Toscane, Roglič a bien commencé en France

C’est tout pour la première fois et samedi, c’est arrivé pour la première fois que le vainqueur de la course à travers la France a obtenu le test Strade Bianche. Le sixième monument non officiel, le classique du nord le plus méridional, un test des collines viticoles de la Toscane, qui cette fois au lieu de beautés exposent des falaises abruptes. Il a navigué à travers eux le plus habilement Tadej Pogacar et en pas moins de 50 kilomètres d’évasion indépendante, il a confirmé pourquoi il est le numéro un mondial.

« Incroyable victoire. Je suis parti tôt, mais jusqu’à cinq kilomètres de l’arrivée, je ne savais pas si j’allais réussir. Lors de la dernière ascension, j’ai regardé si quelqu’un venait. Je suis très heureux d’avoir enduré », a déclaré le Slovène. héros au 34e professionnel. la victoire. En 16 ans d’histoire de la course, personne n’a réussi avec même une évasion deux fois moins longue, mais même si Komendčan a montré ses muscles sur la plus longue section de macadam (63 km au total, il n’y avait pas d’asphalte) et l’ascension la plus difficile vers Santa Mario, il a atteint la place principale de Sienne avait encore un sacré chemin à parcourir. « Parfois, le vainqueur fait 50 kilomètres seul, parfois dix, parfois il y a un sprint. On ne sait jamais ce qui va se passer. Cette partie est généralement la clé du résultat. Personne ne m’a suivi, alors j’ai décidé de continuer seul. Je devais « J’ai manqué d’énergie à la fin, mais j’ai survécu », a décrit le champion ensanglanté sur le chemin de la célébration.

Après avoir remporté la défense de l’année dernière

Même le jeune homme de 23 ans de Gorenje n’a pas pu éviter la dévastation causée par une rafale de vent d’ouragan sur l’une des onze sections de macadam. Il a coupé deux ou trois douzaines de coureurs en pointe, dont le champion du monde Julian Alaphilippe et d’autres favoris, Victor Campenaerts, Tiesj Benoor, Michael Matthews, Matej Mohorič, qui ont dû démissionner en raison d’une blessure au genou. Son coéquipier Jan Tratnik a prêté la moto au deuxième capitaine de Bahreïn, l’Espagnol Pell Bilbao, qui a terminé à la cinquième place, tandis qu’Idrijčan est toujours dans le premier tiers du classement avec un gros écart.

La blessure a empêché Mohorič de participer à la course de la Tyrrhénienne à la mer Adriatique, qui commence demain avec la première des sept étapes. Cependant, Tratnik courra et Pogačar défendra la victoire de l’an dernier. « C’était une grande victoire dans ma carrière et j’adore ça, donc je suis content d’être de retour. Ils ont un peu changé le format de la course, mais comme toujours, il y aura des étapes longues et difficiles chaque jour », a déclaré Komendčan. Habituellement le chronomètre était au programme le dernier jour, cette année il commencera par lui (il sera complètement plat dans la longueur de 13,9 km). Dans celle-ci et dans toute la course, le jeune as slovène affrontera pour la première fois de sa carrière le prodige belge Remc Evenepoel, de deux ans son cadet, qui excelle dans le contre-la-montre. Cette année, il a déjà couru deux courses par étapes et célébré après l’Algarve et a remporté la deuxième place après Valence. Mais ce ne sera pas un duel, car il y aura beaucoup de grands cyclistes, comme le Danois Jonas Vingaard et l’Equatorien Richard Carapaz. La course n’a pas de montées très longues et raides, mais les pentes ne manqueront pas en seconde période.

« L’objectif est que Primož gagne »

Il en va de même pour le deuxième test de plusieurs jours des World Series de l’époque, Paris-Nice, qui a débuté aujourd’hui. Il n’y avait aucune opportunité pour les sprinteurs dans la première étape, bien qu’en règle générale, vous devriez l’obtenir. Primož Roglič est à blâmer pour cela et son Jumbo Visma, même si Zasavec était très réticent avant le départ : « Vous pouvez définir des objectifs par des résultats, mais je ne veux pas cela. C’est la première grande course pour moi cette année. Je suis curieux comment je vais m’en sortir. de nouveaux gars.  » Ils ont compris qu’ils n’auraient pas pu faire mieux, et eux aussi ont causé une véritable dévastation. Ils ont terminé parmi les trois premiers et Kisovčan a donné à ses rivaux au moins une demi-minute de retard sur le maillot jaune.

secondes, les trois de Roglič ont pris l’avantage sur toute la compétition

Un nouveau venu chez le Néerlandais, un Français, a lancé l’attaque dans la dernière ascension à sept kilomètres de l’arrivée Christophe Laporte, mais seuls Roglič et Wout van Aert ont pu s’y tenir. L’avance à l’arrivée est passée à 22 secondes. « Ce n’était pas un tel plan. C’était fou. Je voulais attaquer, et quand je l’ai fait, je ne savais pas que Primož était là. Nous étions incroyablement forts », a déclaré Laporte. L’équipe s’est mise d’accord sur qui gagnerait. « Ils m’ont dit un kilomètre avant la ligne d’arrivée. C’est un beau cadeau. Je vais profiter du maillot jaune, il n’y a pas beaucoup de tels moments. Notre objectif est que Primož gagne à la fin », a révélé le Français.

Rezultati, Strade BiancheSienne — Sienne, 184 km : 1. Tadej Pogačar (Slovénie/Emirats Arabes Unis) 4.47 :49, 2. Alejandro Valverde (Espagne/Movistar) +0 :37, 3. Kasper Asgreen (Danemark/QuickStep AlphaVinyl) 0 :46. .. 37. Jan Tratnik 06h50, Matej Mohorič (tous deux Slovénie / Bahreïn Victorieux) démission ; Paris — Nice1ère étape, Mantes-la-Ville — Mantes-la-Ville, 159,8 km : 1. Christophe Laporte (France) 3,48 : 38, 2. Primož Roglič (Slovénie), 3. Wout van Aert (Belgique / tous Jumbo Visma), 42. Jan Polanc (Emirats Arabes Unis) +0 : 22, 59. Luka Mezgec (BikeExchange) 0 :36, 135. Domen Novak (tous Slovénie/Bahreïn) 6 :41.

Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.