Au Tchad, le processus de réconciliation nationale s’enclenche, ouvrant la voie aux élections



Une scène des funérailles de l’ancien président Idriss Déby, tué lors d’affrontements avec des rebelles en avril dernier. Photo : EPA

Dans la capitale N’Djaména elles vont dans des pourparlers décisifs sur l’avenir du pays d’Afrique centrale commenceront dans les prochains jours et ses politiques, qui, selon la junte au pouvoir, ouvriront la voie à des élections. Jusqu’à présent, le processus a été bloqué à plusieurs reprises par des retards et boycotte.

Plus de 1 400 délégués de la junte militaire au pouvoir, de la société civile, des partis d’opposition et des syndicats se réuniront pour les pourparlers de trois semaines et divers groupes rebelles.

L’initiative des négociations a été donnée par le chef de la junte militaire, le général Mahamat Idriss Débyqui a pris le pouvoir en avril 2021 à l’âge de 37 ans dans pays après que son père ait été Idriss Débylequel est dans A gouverné le Tchad pendant 30 ans, tué lors d’une visite militaire sur les lieux d’affrontements avec les rebelles, selon l’agence de presse française AFP.

« Un moment décisif dans l’histoire du pays »


Déby Jr., 37 ans, dirige la junte militaire qui dirige le pays depuis la mort de son père.  Photo : Reuters
Déby Jr., 37 ans, dirige la junte militaire qui dirige le pays depuis la mort de son père. Photo : Reuters

Déby a dit qu’il s’agissait de «moment décisif dans l’histoire du pays » et que le dialogue doit ouvrir la voie à la libre et élections démocratiques après les 18 mois de règne du gouvernement militaire de transition. La France, entre autres, a appelé au lancement du processus de transfert du pouvoir à un gouvernement civil et Union africaine (UA).

Mais un « dialogue pour la réconciliation nationale » qui doit commencer en février a jusqu’à présent été marqué par des retards, de nombreux groupes rebelles tchadiens se disputant pour savoir s’ils devaient y assister. Il y a environ 40 groupes à la fin dans début août dans Doha a signé un accord de cessez-le-feu.

Les groupes armés pourront-ils se présenter aux élections ?

Actualités liées
Le président tchadien Idriss Déby tué dans un affrontement avec les rebelles

À l’ordre du jour des négociations figurent, entre autres, la paix permanente, les réformes des institutions de l’État et la nouvelle constitution, sur laquelle un référendum devrait également avoir lieu. « Ils discuteront du désarmement des groupes armés qui ont signé l’accord de paix dans Doha, et surtout sur les élections et si les groupes armés seront autorisés à courir, » est de N’Djaména a rapporté le journaliste Al Jazeera C’est faux Morgane.

C’est Déby dans a signé mercredi un décret stipulant que les décisions prises lors des négociations seront juridiquement contraignantes. Vice-président du comité d’organisation du Saleh Forum Kebzaboune fois un adversaire du père de Deby, a annoncé que le dialogue formellement a débuté dans dimanche ou lundi.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.