Babiš a admis avoir acheté des biens immobiliers en France pour des centaines de millions, mais il a d’abord nié

  • mis à jour le 4 octobre 14:55

Le Premier ministre tchèque Andrej Babiš a reconnu avoir acheté 16 propriétés en France pour près de 400 millions de couronnes, qu’il a fait passer, selon un réseau international de journalistes d’investigation, par l’intermédiaire de sociétés offshore. Cependant, il a nié toute société immobilière ou offshore pour le portail Novinky.cz.

Droit lex Babiš

Le Premier ministre de la République tchèque a déclaré aux journalistes lundi que l’agence immobilière avait recommandé un achat via une chaîne de sociétés offshore. Son approche ne convenait pas aux politiciens, a-t-il déclaré à la télévision tchèque, notant qu’il n’était pas impliqué dans la politique à l’époque.

Cependant, selon ses dires, Babiš ne possède aucun bien immobilier. « Je ne possède aucune société offshore et aucun bien immobilier en France. Je n’ai même pas mon ancienne société tchèque pour la loi tchèque lex Babiš », a parlé pour News.

Déjà en 2015, alors qu’il tentait de provoquer un vote de défiance envers le gouvernement, Babiš affirmait qu’il n’avait pas de sociétés offshore. Selon les journalistes d’investigation, ce n’est pas le cas.

Documents du projet Pandora

Selon le site investigace.cz, qui s’appuie sur les conclusions du projet mondial Pandora Papers, Babiš a fait fonder les sociétés anonymement et discrètement en juillet 2009 avec l’aide du cabinet d’avocats français DB Artwell Avocats et du cabinet d’avocats panaméen Alcogal.

Quatre mois plus tard, il a envoyé plus de 15 millions d’euros via ses sociétés offshore basées dans des paradis fiscaux. Pour ceux-ci, il aurait acheté 16 propriétés de luxe en France, dont le Château Bigaud sur la Côte d’Azur.

Grand-mère refuse de faire quoi que ce soit d’illégal. Selon lui, il s’agit d’une tentative de le dénigrer avant les élections législatives, qui ont lieu vendredi et samedi.

Le siège national contre le crime organisé de la police tchèque a annoncé lundi que l’affaire Pandora Papers, compte tenu de l’implication de citoyens tchèques, se concentrera sur ce que Babiš appréciait. En plus de lui, Pandora Papers comprend plus de 300 Tchèques et 178 sociétés offshore d’origine tchèque. Il n’a pas nommé d’autres Tchèques, mais ils devraient inclure un ancien ministre ou des politiciens régionaux. Les politiciens du monde entier se sont également retrouvés dans les Pandora Papers.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.