Berlusconi a porté atteinte à la réputation de l’Italie à cause du (trop) jeune Ruby

Le cabinet du Premier ministre italien, l’un des plaignants dans l’affaire de corruption contre Silvio Berlusconi devant un tribunal de Milan, exige que l’ancien Premier ministre italien paie une amende d’un million pour ses actions portant atteinte à la réputation du pays. Le procès en cours à Milan est le troisième en rapport avec les soi-disant soirées bunga bunga, pour lesquelles Berlusconi a été accusé d’avoir abusé de sa position publique et de soutenir la prostitution de mineurs.

Silvio Berlusconi dans RubisPHOTO : AP

Avocat Gabriella Vanadia au nom du cabinet du premier ministre, a exigé que Berlusconi et les 27 autres accusés paient une amende de 10,5 millions d’euros pour avoir mis l’Italie en mauvaise posture sur la scène internationale.

Le procès en cours à Milan est le troisième en rapport avec les soi-disant soirées bunga bunga, pour lesquelles Berlusconi a été accusé d’avoir abusé de sa position publique et de soutenir la prostitution de mineurs. L’affaire, qui a éclaté en 2010, a donné lieu à plusieurs procès de l’ancien Premier ministre, mais pas à des condamnations définitives.

Au cœur de l’affaire se trouve une femme marocaine Karima al Mahroughmieux connu comme Rubis, que Berlusconi l’aurait payée pour des services sexuels alors qu’elle était mineure. Dans le procès en cours, le parquet Berlusconi l’accuse d’avoir fait pression sur les participants du parti pour qu’ils donnent un faux témoignage devant le tribunal.

LIRE LA SUITE

Cour: Ruby a reçu 3 000 € pour chaque rencontre intime avec Berlusconi

Le parquet a donc requis mercredi une peine de six ans de prison pour l’homme politique de 85 ans, tandis que la défense nie toutes les charges. La décision du tribunal est attendue à l’automne.

En raison des longues procédures d’appel et des restrictions légales à l’emprisonnement des personnes âgées, quel que soit le verdict final, il est par ailleurs peu probable que Berlusconi purge sa peine en prison, selon l’agence de presse française AFP.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.