Biden discute de la situation en Ukraine avec les dirigeants européens

24 janvier 2022 à 21h40 je Mis à jour le 24 janvier 2022 à 22h22

L’Allemagne a déjà retiré certains représentants de l’Ukraine.

KIEV. L’Allemagne a récemment rejoint l’Australie, la Grande-Bretagne et les États-Unis, qui ont décidé de retirer une partie de leur personnel en Ukraine.

Selon l’agence Ukrinform, le ministère ukrainien des Affaires étrangères en a fait part lundi.

L’Ukraine a qualifié une telle évacuation de prématurée. Son département diplomatique a déclaré dans un communiqué qu’il y avait 129 ambassades et consulats étrangers en Ukraine et que tous les autres à Kiev avaient assuré qu’ils ne prévoyaient pas d’évacuation.

Borrell veut éviter la panique

Le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a également appelé lundi à « ne pas dramatiser » la situation alors que les pourparlers sur la réduction des tensions en Ukraine se poursuivent.


Article associé Les armes nucléaires ukrainiennes vulnérables et l’invasion russe. Quel est le risque de Tchernobyl ou Zaporozhye ? Lire

Borrell ne pense pas que la représentation européenne à Kiev doive limiter ses activités – bien que les États-Unis aient commencé à évacuer leur personnel d’Ukraine.

Le chef de la diplomatie européenne a noté que « nous ne connaissons pas la raison exacte » pour laquelle les Etats-Unis ont décidé de retirer une partie de leur personnel d’Ukraine. Il a admis que son collègue américain Antony Blinken pourrait avoir plus d’informations sur les développements en Ukraine.

Après des entretiens avec Blinken, Borrell a cherché à apaiser les inquiétudes occidentales concernant la crise ukrainienne. « Nous savons très bien quelle est la menace et comment nous devons réagir. Il ne fait aucun doute que nous devons éviter les réactions de panique », a déclaré Borrell, appelant au calme.

Visioconférence des dirigeants

L’évolution de la situation liée à l’Ukraine fait actuellement l’objet d’une discussion vidéo par le président américain Joe Biden avec les dirigeants européens, qui devait débuter lundi soir à 21h00 CET.


Article associé L’avenir de l’Occident est en jeu en Ukraine (commentaire) Lire

Ces consultations se déroulent dans le cadre de la coordination entre alliés et partenaires transatlantiques en réponse à l’accumulation de troupes russes près de la frontière ukrainienne, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Le chef de la Commission européenne participe aux consultations Ursula von der Leyenovaprésident du Conseil européen Charles Michel, secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg, dirigeants britanniques, italienPologne, France et Allemagne.

Soldats américains en attente

Les États-Unis ont mis 8 500 de leurs soldats en « alerte ». Washington a averti que la Russie « ne prévoit pas actuellement de désamorcer » la situation.

Le porte-parole du département américain de la Défense, John Kirby, a déclaré qu’aucune décision finale n’avait encore été prise sur l’éventuel déploiement des troupes en Europe.

Selon lui, le déploiement n’aura lieu que si l’OTAN décide d’activer la soi-disant force de réaction rapide, ou si la situation à la frontière ukrainienne, où les troupes russes se rassemblent, change.

Selon Kirby, les États-Unis veulent rassurer leurs alliés en mettant leurs troupes en « alerte renforcée ». Il a ajouté que Washington ne prévoyait pas de déployer ces troupes en Ukraine.

Selon Kirby, le secrétaire américain à la Défense Lloyd Austin a recommandé au président américain Joe Biden de mettre les troupes en état d’alerte pour les préparer à un éventuel déploiement en Europe. Il a décidé de le faire en raison d’indications selon lesquelles Moscou ne désamorcerait pas les tensions avec l’Ukraine.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.