Biden menace la Russie à propos de Nord Stream 2. Les États-Unis renforcent leur présence en Europe de l’Est.



Forces américaines supplémentaires à l’arrivée en Pologne. Photo : EPA

« Nous y mettrons fin,« Biden a été clair lors de la conférence de presse conjointe de lundi avec Scholz. Avec ces mots, Biden a répondu à la question d’un journaliste sur ce que les États-Unis devraient faire exactement avec Nord Stream 2, puisque le pipeline est sous contrôle allemand : »Il n’y aura plus de North Stream 2« si la Russie continue d’attaquer l’Ukraine »avec ses chars et ses unités« , »nous le ferons, je le promets, nous le ferons« Biden a déclaré, ajoutant que la chancelière allemande bénéficie du soutien américain, rapporte le portail russe rt.com.

Dans le même temps, la position de Scholz sur l’action américaine dans Nord Stream 2 n’est pas claire. Lorsqu’un journaliste lui a demandé quel serait le sort du projet si la Russie envahissait l’Ukraine, la chancelière n’a pas mentionné le pipeline.

« Il est important que les États-Unis, l’Allemagne et l’OTAN parlent d’une seule voix et agissent à l’unisson. Nous étions absolument clairs sur le fait que l’attaque militaire contre l’Ukraine aurait de graves conséquences (pour la Russie), ce que nous avons convenu et formulé ensemble. La Russie devra payer le prix fort« Scholz a été clair. Il n’a pas voulu entrer dans les détails, parce que oui. »La Russie doit comprendre qu’il y aura des conséquences » rapporte rt.com.


Le président américain Joe Biden et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont également engagés lundi lors d'une réunion à la Maison Blanche à promouvoir davantage la stabilité et la prospérité dans les Balkans occidentaux, a déclaré la Maison Blanche.  Tous les autres sujets de conversation ont été éclipsés par les pourparlers sur la crise ukrainienne.  Photo : EPA
Le président américain Joe Biden et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont également engagés lundi lors d’une réunion à la Maison Blanche à promouvoir davantage la stabilité et la prospérité dans les Balkans occidentaux, a déclaré la Maison Blanche. Tous les autres sujets de conversation ont été éclipsés par les pourparlers sur la crise ukrainienne. Photo : EPA

Biden menace Poutine des « pires sanctions à ce jour »

Biden a également admis que les États-Unis ne connaissaient pas les plans de Poutine, mais insiste sur le fait qu’une attaque contre l’Ukraine serait possible. Dans le même temps, il a de nouveau annoncé « les pires sanctions contre la Russie jusqu’à présent « . Les conséquences seraient dans l’économie »,et probablement aussi dans les exportations de gaz « . « C’est en fait la seule chose qu’ils exportent« , déclare Biden, qui voit l’Allemagne comme un allié.

La journée de lundi a été marquée par des pourparlers intergouvernementaux au plus haut niveau sur le conflit ukraino-russe. Président français Emmanuel Macron parlé à l’hôte à Moscou Vladimir Poutine, Washington a été visité par deux éminents Européens. Alors que Biden a accueilli Scholz, il est ministre des Affaires étrangères Anthony Blinken a accueilli le Haut Représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité au ministère Josépa Borella.

Tel que rapporté par le correspondant américain de RTV Andrej Stopar, Blinken et Borrell se sont également concentrés sur l’aspect énergétique de la crise.

« La sécurité énergétique est directement liée à la sécurité nationale, régionale et mondiale. L’Europe a besoin d’une énergie fiable et abordable, surtout en hiver. Lorsque la Russie a coupé l’approvisionnement en gaz de l’Europe en 2009 à cause d’un différend avec l’Ukraine, des gens mouraient de froid. Et lorsque les approvisionnements énergétiques échouent, les économies commencent à se contracter« , a déclaré Blinken.

Borrell a toutefois souligné le fardeau du moment avec les turbulences géopolitiques dans le contexte de la crise russo-ukrainienne. Les questions énergétiques sont au cœur de cette crise, la Russie n’hésitant pas à utiliser ces importantes exportations d’énergie pour réaliser des gains géopolitiques.


Le gazoduc Nord Stream 2 est terminé, mais n'est pas encore opérationnel, car il attend l'accord des régulateurs allemands.  L'approbation du projet a été suspendue à la mi-novembre de l'année dernière.  Photo: MMC RTV SLO
Le gazoduc Nord Stream 2 est terminé, mais n’est pas encore opérationnel, car il attend l’accord des régulateurs allemands. L’approbation du projet a été suspendue à la mi-novembre de l’année dernière. Photo: MMC RTV SLO

Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le président américain Joe Biden ont également parlé de la présidence allemande du G7, notamment de la nécessité d'une action plus forte contre la pandémie de covida-19, d'une meilleure sécurité sanitaire, de la lutte contre la crise climatique et du soutien à une reprise économique mondiale inclusive .  Photo : EPA
Le chancelier allemand Olaf Scholz (à gauche) et le président américain Joe Biden ont également parlé de la présidence allemande du G7, notamment de la nécessité d’une action plus forte contre la pandémie de covida-19, d’une meilleure sécurité sanitaire, de la lutte contre la crise climatique et du soutien à une reprise économique mondiale inclusive . Photo : EPA

Macron : j’ai dissuadé Poutine d’aggraver la situation

Cependant, le président français Macron, la France assurant actuellement la présidence du Conseil de l’UE, s’est rendu à Kiev, où il a déclaré avoir réussi à convaincre son homologue russe Poutine lors de la réunion de cinq heures de lundi à Moscou qu’il n’y aurait plus d' »Ukraine ».dégradations ou escalades« Il a proposé Poutine. »des garanties concrètes de sécurité« et reçu en retour ladite assurance.

« Mon intention était de figer le jeu, de prévenir l’aggravation et d’ouvrir la porte à de nouvelles perspectives. Cet objectif a été atteint pour moi« Macron a dit. Concernant la réponse de Poutine, il a dit non. »pas même un instant il n’a pensé« afin qu’il puisse faire quelques pas lundi.

Lors d’une conférence de presse avec le président de l’Ukraine Volodymyr Zelenski Macron a dit qu’il y avait maintenant une possibilité « pour faire avancer ces négociations ». Il a aussi dit que ça existait « détermination commune » donner effet à l’accord de Minsk. Toute solution à la crise prendra des mois, a-t-il ajouté.

Pendant ce temps, Zelenski a dit oui « dans le futur proche » s’attend à des pourparlers avec la Russie, la France et l’Allemagne sur le conflit dans l’est de l’Ukraine. Poutine, cependant, a appelé à des mesures sérieuses pour réduire les tensions. « Je ne fais vraiment pas confiance aux mots, je pense que tout politicien peut être transparent en prenant des mesures concrètes », a-t-il déclaré selon un reportage de la BBC.

Macron avec Poutine sur la crise ukrainienne : Par le dialogue pour apaiser les tensions

On dit que Poutine est prêt à faire des compromis

Poutine, qui a exigé des garanties de sécurité inacceptables de la part de l’Otan et des États-Unis, a déclaré lundi à Macron qu’il ferait tout ce qui est en son pouvoir pour retrouver « des compromis qui conviendront à tout le monde« Il n’a jugé que certaines propositions de Macron. »servir de base aux prochaines étapes« pour calmer la crise ukrainienne. Les détails n’ont pas été divulgués.

Selon l’Elysée, Macron propose, entre autres, un engagement des deux côtés à ne pas nouvelles actions militairesdébut dialogue stratégique parmi eux ter reconstruire le processus de paix mettre fin au conflit avec les séparatistes pro-russes dans l’est de l’Ukraine.

L’accord devrait également garantir le retrait de 30 000 soldats russes du Bélarus immédiatement après la fin des exercices militaires, qui doivent commencer ce jeudi. Cela a également été annoncé aujourd’hui par un porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov. « Ceux d’entre vous qui regardent cela de près savent que personne n’a jamais dit que les troupes russes resteraient sur le territoire biélorusse », dit Peskov.

Le Kremlin a transféré un grand nombre de militaires et de fournitures en Biélorussie dans le cadre d’exercices militaires qui doivent commencer jeudi, incitant l’Occident à intensifier les accusations contre la Russie de comploter une attaque contre l’Ukraine.

Exercices militaires dans le sud de la Russie

Les médias russes rapportent que de nouveaux exercices militaires impliquant des systèmes de missiles et des véhicules blindés ont commencé aujourd’hui dans le sud de la Russie. Pour l’instant, on ne sait pas s’il s’agit d’un nouveau développement ou si les exercices font partie de plans à long terme annoncés par l’armée russe à la fin de l’année dernière.

Macron s’est rendu à Kiev

De nouvelles troupes américaines arrivent en Roumanie

Pendant ce temps, les États-Unis, qui accusent la Russie d’accumuler ses forces le long de la frontière avec l’Ukraine, renforcent la présence de leurs troupes en Europe de l’Est. Les premières troupes américaines à renforcer l’aile orientale de l’OTAN sont arrivées en Roumanie depuis une base militaire à Vilseck, en Allemagne. Une centaine de soldats s’occuperont de la logistique et des préparatifs de l’accueil d’un total de 1 000 membres de l’armée américaine.

Il y a déjà environ 900 soldats américains en Roumanie, qui y travaillent dans le cadre des forces de l’OTAN ou d’accords bilatéraux distincts. Ils sont hébergés à la base de missiles américaine de Devesel dans le sud de la Roumanie, à la base de l’armée de l’air américaine Mihail Kogalniceanu sur la mer Noire et à l’aéroport militaire roumain de Campia Turzii dans le nord du pays. Des missiles balistiques sont installés à Devesel.


Arrivée des troupes américaines en Pologne.  Photo : EPA
Arrivée des troupes américaines en Pologne. Photo : EPA

Le déploiement de centaines de soldats en Roumanie a également été annoncé par Macron. Des logisticiens français sont déjà arrivés en Roumanie, a annoncé le ministre français de la Défense la semaine dernière Florence Parly.

Les premiers renforts militaires américains sont également arrivés samedi en Pologne, où 1 700 soldats supplémentaires sont attendus. Environ 4 500 soldats américains sont déjà stationnés dans le pays. Pendant ce temps, le premier des 300 soldats américains prévus de Fort Bragg est déjà arrivé à Wiesbaden, en Allemagne.

Le Danemark intensifie également sa préparation

Le Danemark, quant à lui, a également déclaré qu’il intensifierait sa préparation militaire. Entre autres choses, il va « en raison de la pression militaire russe inacceptable sur l’Ukraine » a envoyé deux avions de chasse à Bornholm dans la mer Baltique. Il préparera également une frégate qui effectuera des tâches telles qu’un contrôle accru des eaux danoises, rapporte l’AFP.

Le commandement de la défense danoise a déclaré qu’il préparerait un bataillon de combat de 700 à 800 hommes qui pourront rejoindre d’éventuelles opérations de l’OTAN en un à cinq jours, ce qui est nettement moins que les 30 jours actuels.

Washington a rendu visite à deux politiciens européens

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.