Biden : Une attaque russe contre l’Ukraine changerait le monde

Une éventuelle attaque russe contre l’Ukraine serait la plus grande invasion depuis la Seconde Guerre mondiale et changerait le monde, a estimé le président américain Joe Biden. Les représentants du gouvernement ont défini plus en détail les mesures de représailles qui attendent la Russie en cas d’attaque, et Biden a laissé entendre que des sanctions pourraient également affecter le président russe Vladimir Poutine. Dmitry Peskov, un porte-parole du Kremlin, a déclaré que des mesures contre Poutine seraient inefficaces et « destructrices », ainsi que des efforts dommageables pour apaiser les tensions sur l’Ukraine.

« (Au président russe Vladimir, au. une.) Poutine J’ai précisé qu’il y aura des conséquences s’il se rend en Ukraine. Je ne pense pas non plus que son peuple sache ce qu’il va faire. «  le président américain a déclaré aux journalistes mardi Joe Biden. Il a répété que la Russie ferait face à de graves conséquences économiques en cas d’attaque et que des sanctions personnelles pourraient attendre le président Poutine.

Joe Biden : Une attaque russe contre l’Ukraine changerait le mondePHOTO : AP

En réponse aux menaces de sanctions contre Poutine, Peskov les a rejetées comme inutiles car les hauts responsables russes n’ont pas le droit de posséder de biens à l’étranger. Une telle décision, a-t-il dit, nuirait gravement aux efforts diplomatiques visant à atténuer les tensions croissantes à propos de l’Ukraine.« Politiquement, ce n’est pas douloureux, c’est destructeur », dit Peskov. Président de la chambre basse du parlement russe Viatcheslav Volodine il a assuré que des sanctions contre Poutine équivaudraient à des sanctions contre « le choix du peuple russe ».

Le Kremlin a précédemment déclaré qu’il imposerait des sanctions américaines à Poutine lui-même « dépasser la limite » et pourrait conduire à la rupture des relations bilatérales.

Interrogé sur le haut niveau de préparation des 8 500 soldats américains, Biden a déclaré aux journalistes que les États-Unis avaient des obligations envers l’OTAN en vertu de l’article 5 du traité.. « Nous devons être clairs sur le fait qu’il n’y a aucune raison pour que quiconque, aucun membre de l’Otan s’inquiète (…), l’Otan le défendra », a-t-il dit, mais a répété qu’il n’y aurait pas de troupes américaines en Ukraine.

Essai, ennemis extérieurs, histoire compliquée : comment en sommes-nous arrivés au bord de la guerre ?

Le Pentagone est toujours en train de décider quelles unités mettre en état d’alerte pour un éventuel voyage en Europe, a déclaré un porte-parole. Jean Kirby cependant, il a ajouté qu’il pourrait y avoir plus de soldats. Pour l’instant, ils sont en pourparlers actifs avec les Alliés sur le nombre de soldats américains qui seront nécessaires et où.

Les États-Unis ont envoyé une aide de sécurité supplémentaire à Kiev, notamment du matériel de sécurité et des munitions. Ambassadeur par intérim des États-Unis Kristina Kvien Les médias étrangers à l’aéroport de Kiev ont déclaré que les États-Unis enverraient encore plus d’aide en cas d’invasion russe et que les troupes russes feraient face à une violente rébellion et subiraient de lourdes pertes. Pendant ce temps, de hauts responsables gouvernementaux ont déclaré mardi aux journalistes à Washington que le gouvernement américain travaillait avec les Européens pour planifier des mesures si la Russie coupait l’approvisionnement en gaz de l’Europe. Dans ce cas, le gaz nécessaire doit être livré depuis l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l’Asie et les États-Unis.

Ils ont assuré que couper l’approvisionnement en gaz de l’Europe ferait tout autant de mal à la Russie, qui dépend des ventes. Ils ont également assuré que les sanctions en cas d’attaque contre l’Ukraine seront sévères et couvriront celles qu’ils voulaient imposer en 2014 lors de l’invasion de la Crimée, mais ne l’ont pas fait. En plus des sanctions financières, les États-Unis ont l’intention d’introduire des contrôles à l’exportation ou une interdiction de vente de technologies américaines ou occidentales modernes clés à la Russie. C’est une technologie nécessaire au développement de l’intelligence artificielle, des lasers, de la robotique, de l’informatique quantique et plus encore.

« Chaque dirigeant dans le monde, aussi peu scrupuleux qu’il soit, qu’il soit autocrate ou non, est préoccupé par la popularité, au moins comme moyen de contrôler la société. L’inflation élevée et la récession n’excitent pas les gens. Si Poutine utilise l’énergie comme une arme , cela ne fera qu’accélérer la diversification des réserves énergétiques de l’Europe et donnera moins de revenus à la Russie », a déclaré l’un des représentants du gouvernement Bidn.

Biden menace la Russie de « conséquences énormes » dans une éventuelle attaque contre l’Ukraine

A la question de savoir si la Russie ne se tournerait pas vers la Chine pour la technologie, il a répondu que la plupart des hautes technologies venaient de l’Occident.« La Chine est en concurrence, bien sûr, mais si vous n’avez pas la capacité d’importer des États-Unis ou d’Europe, vous allez réduire considérablement votre potentiel d’innovation et votre capacité de production », il a dit.

A Paris, le Quatuor de Normandie évoque la crise ukraino-russe

Des représentants du Quatuor de Normandie, qui comprend l’Ukraine, la Russie, l’Allemagne et la France, se sont réunis aujourd’hui à Paris pour discuter de la crise ukraino-russe. Des sources proches du président français ont déclaré que les discussions d’aujourd’hui porteront sur les mesures humanitaires et la possibilité de négociations formelles sur le statut de la région du Donbass dans l’est de l’Ukraine. La réunion est suivie par le vice-Premier ministre de la Russie Dimitri Kozak et conseiller du président de l’Ukraine Andrij Jermak et conseillers diplomatiques du président français Emmanuela Macrona et la chancelière allemande Olaf Scholza.

« Il est très encourageant que les Russes aient accepté de reprendre les pourparlers dans ce format diplomatique, le seul auquel les Russes participent », a déclaré aujourd’hui le conseiller de Macron, qui a souhaité rester anonyme. Il a expliqué que cette rencontre est importante à la lumière de la conversation téléphonique annoncée vendredi entre Macron et le président russe Vladimir Poutine. Lors de la réunion d’aujourd’hui, ils auront une image claire de la façon dont Moscou pense, a-t-il déclaré.

Les hauts représentants diplomatiques du Quatuor de Normandie se sont exprimés pour la dernière fois par vidéoconférence en septembre de l’année dernière. Les dirigeants ukrainien, russe, français et allemand se sont rencontrés pour la dernière fois à Paris en décembre 2019.

En plus des efforts diplomatiques, les membres de l’OTAN envoient des avions de chasse et des navires supplémentaires en Europe de l’Est. Les États-Unis, la Grande-Bretagne et certains autres pays envoient également des armes à l’Ukraine. L’Allemagne s’y oppose, mais a annoncé aujourd’hui qu’elle enverrait 5 000 casques de combat à l’Ukraine. L’ambassadeur d’Ukraine à Berlin l’a qualifié de « geste symbolique ».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmitry Kuleba, a déclaré aujourd’hui que le nombre de soldats russes à la frontière ukrainienne n’était pas suffisant pour une attaque majeure.

Elle répondra ensuite par écrit à la Russie concernant ses préoccupations en matière de sécurité

L’OTAN fournira à la Russie une réponse écrite à ses préoccupations en matière de sécurité cette semaine, selon une interview à la télévision américaine. CNN annoncé par le secrétaire général de l’Alliance Jens Stoltenberg. Il a exprimé sa confiance dans la possibilité d’une solution diplomatique à la crise russo-ukrainienne. Il a expliqué que l’OTAN enverrait le document en parallèle avec les États-Unis. Porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki elle n’a pas dit mardi quand les États-Unis répondraient à la Russie.

Moscou exige certaines garanties de sécurité de l’OTAN et des États-Unis et la fin de l’expansion de l’Alliance de l’Atlantique Nord vers l’est – la semaine dernière, la Russie a exprimé l’espoir de recevoir cette semaine une réponse écrite des États-Unis à ses demandes. Les pays occidentaux, cependant, exigent que Moscou retire les dizaines de milliers de soldats qu’il a amassés aux frontières de l’Ukraine.

Dans une conversation avec un journaliste bien connu CNN Christiane Amanpour Stoltenberg a expliqué mardi que l’OTAN exprimerait sa volonté de répondre en réponse « des discussions sur le contrôle des armements, le désarmement, la transparence des activités militaires, les mécanismes de réduction des risques et d’autres questions liées à la sécurité européenne ». Ils sont également prêts à écouter les préoccupations russes, mais ne sont pas prêts à faire des compromis sur des principes fondamentaux, tels que le droit des nations en Europe de choisir leur propre voie, a-t-il réitéré. CNN sur son site Internet.

Biden lors d’une réunion avec des représentants politiques de certains pays européensPHOTO : AP

Selon lui, la proposition veut que l’Alliance de l’Atlantique Nord trouve une voie à suivre à une époque de tensions croissantes en raison de l’accumulation de troupes russes aux frontières de l’Ukraine. Stoltenberg a annoncé la semaine dernière que l’OTAN enverrait bientôt des propositions écrites au Kremlin en réponse aux préoccupations russes. Il s’est dit prêt à poursuivre le dialogue avec la Russie, mais a souligné qu’ils ne transigeraient pas sur les principes fondamentaux de la sécurité européenne. Cela inclut le droit susmentionné des États de choisir les alliances de sécurité auxquelles ils souhaitent participer, ainsi que le fait que l’OTAN continuera de protéger ses alliés.

Il a également souligné ce dernier mardi. « L’OTAN ne déploiera pas d’unités de combat en Ukraine, mais nous devons nous assurer qu’il n’y a pas de malentendus sur notre état de préparation, notre engagement à défendre nos alliés, en particulier à l’est de l’alliance », il a dit à CNN. Il a expliqué que c’était la raison pour laquelle l’OTAN avait accru sa présence dans la partie orientale de l’Alliance, dans les régions de la mer Noire et de la Baltique. Il a ensuite annoncé lundi que les armées de certains membres étaient en attente et que des avions de combat et des navires supplémentaires avaient été envoyés en Europe de l’Est. Selon CNN, les mesures montrent des craintes croissantes d’une éventuelle invasion russe de l’Ukraine, ce que Moscou dément.

Stoltenberg, qui a répondu aux questions de Bruxelles, a également exprimé sa conviction en l’existence d’une issue diplomatique à la crise russo-ukrainienne, mais qu’il doit « La Russie doit réduire les tensions et s’engager de bonne foi dans des pourparlers politiques avec l’OTAN et ses alliés ».

Désirée Perrault

"Expert en café. Fier fan de voyages. Pionnier des médias sociaux. Ninja de la culture pop. Fanatique de zombies. Expert de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.