Bolsonaro veut poursuivre le communisme au Brésil

Ça dit: Klémen Pucko

Le président brésilien Jair Bolsonaro a annoncé quelques mois avant l’élection présidentielle que sa volonté était d’interdire tous les totalitarismes, y compris le communisme. L’annonce est intervenue après qu’un « podcaster » prétendument ivre ait choqué le Brésil dans un talk-show avec des mots sur le nazisme.

Dans un message sur Twitter le 9 février, Bolsonaro a appelé à l’interdiction des organisations promouvant des idéologies qui incluent la propagation de l’antisémitisme, la division de la population en races et classes, et des idéologies qui ont jusqu’à présent causé des millions de morts dans le monde. En plus du nazisme, il a également inclus le communisme.

Une émission sur la liberté d’expression

Selon France24, les messages de Bolsonar sont une réponse à un scandale causé par l’un des animateurs de talk-show ou « podcasts » les plus populaires du Brésil. Celles-ci ont inondé le monde ces dernières années et leur popularité est facilement accessible sur les appareils mobiles. Le chef Bruno Aiub, mieux connu sous le nom de « Monarque », a déclaré dans une émission sur Youtube que le Brésil devrait « légitimer » le parti nazi. « Monark » compte plus de 3 millions d’abonnés sur Youtube et plus d’un demi-million de followers sur Instagram. Au cours de l’émission, à laquelle assistaient également deux membres du Congrès brésilien, il a ajouté que la création d’un tel parti devrait avoir lieu car la gauche radicale a beaucoup plus d’espace que la droite radicale. « Monark » s’est excusé pour ses propos, car il aurait été très ivre lors de l’enregistrement de l’émission. Néanmoins, le bureau du procureur général du Brésil a déjà ouvert une enquête sur les commentaires à son encontre, qui montrera s’il a violé ou non la loi sur les discours de haine. « Monark » a perdu son emploi malgré des excuses pour les commentaires.

Un État divisé

Le spectacle du leader populaire a également réuni des membres du Congrès du parti de centre-droit Podemos et du Parti socialiste brésilien. Tabata Amaral, membre du Parti socialiste, n’était pas d’accord avec les propos du dirigeant et a déclaré, selon BBC News, que la liberté d’expression s’arrête là lorsque la vie des autres commence à être mise en danger. En revanche, un membre du parti central Podemos, Kim Kataguiri, a déclaré que l’Allemagne avait commis une erreur en criminalisant le parti nazi. Katiguiri fait également partie de l’enquête du parquet général à cause de ces propos, mais il a annoncé une coopération avec le parquet, affirmant que ses propos faisaient principalement partie d’un débat sur l’étendue de la notion de liberté d’expression. Le scandale a également pris une dimension internationale, les déclarations du dirigeant ayant condamné à la fois l’ambassade d’Allemagne et la communauté juive brésilienne. Le président brésilien Bolsonaro soutient la persécution du dirigeant, mais il souhaite que le parquet poursuive de la même manière ceux qui défendent le communisme.

Qu’est-ce qui décidera de l’élection?

Le New York Times a comparé Aiuba à l’animateur de talk-show américain Joe Rogan. Les deux ont gagné en popularité grâce à des conversations avec des gens, en particulier du monde des médias. Le retrait d’Aiuba a été bien accueilli par beaucoup au Brésil, et beaucoup pensent qu’il s’agit d’une violation de la liberté d’expression. Néanmoins, il est clair que l’événement, qui n’était initialement pas lié à Bolsonar, s’est produit au mauvais moment pour l’actuel président. Les sondages d’opinion montrent que son adversaire Luiz Inácio Lula da Silva a accru son avantage sur lui. Avec ses propos sur le communisme, Bolsonaro voudrait activer sa base électorale. La baisse du soutien a été fortement influencée par la pandémie, dans laquelle le Brésil a été gravement touché, et Bolsonaro en a choqué beaucoup avec ses commentaires sur le virus et la vaccination. L’année dernière, avec l’aide de certains partis du « centre », il a réussi à remporter quelques victoires législatives, mais tout indique que même les liens avec le centre-droit et le « centre » ne suffiront pas une seconde terme. Il semble que le candidat qui commettra le moins d’erreurs aura une meilleure chance aux élections.

Une peine de 5 ans de prison menace l’animateur s’il est reconnu coupable.

Armée française du Mali. (photo : STA/Xinhua)

La France et ses partenaires devraient retirer leurs troupes du Mali

Dans l’État africain du Mali, qui est dirigé par un gouvernement militaire, il y a actuellement environ 2 000 soldats français dans le cadre de l’opération Barkhane. La France commande également le groupe militaire européen Takuba, qui comprend environ 800 soldats de la République tchèque, du Danemark, de l’Estonie, de l’Italie, de la Hongrie, des Pays-Bas, du Portugal, de la Suède et de la Lituanie. Selon Euronews, les autorités maliennes font depuis un certain temps pression sur les pays étrangers et exigent leur départ. Les armées européennes sont dans ce pays pour combattre les groupes terroristes. La décision finale sur le retrait devrait être prise sous peu par le président français Macron, et le retrait doit être coordonné avec la force de maintien de la paix des Nations Unies, qui compte environ 15 000 soldats au Mali.

La Turquie et les Émirats arabes unis intensifient leur coopération

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a rencontré le prince héritier Sheikh Mohammed bin Zayed le 14 février à Abu Dhabi. Cette visite revêt une grande portée symbolique, car les relations entre les deux pays se sont quelque peu refroidies ces dernières années. Al Jazeera rapporte que plusieurs accords ont été conclus au cours de la visite de deux jours, et les deux pays ont l’intention de renforcer la coopération dans les domaines de l’investissement, de l’économie et de la défense. Les Émirats arabes unis sont l’un des centres commerciaux et touristiques de la région et, à la fin de l’année dernière, le cheikh Mohammed s’est rendu en Turquie, où ils ont signé des contrats d’investissement d’une valeur de 10 milliards de dollars. Les médias étrangers ajoutent que la coopération mutuelle dans le domaine économique est très importante, car elle réduit les tensions constantes dans la région.

Erdoğan Zayed. (photo : EPA / Bureau de presse du président turc)

L’Inde a l’intention de lancer une monnaie numérique

La Bank of India prévoit d’introduire cette année une roupie numérique, qui fonctionnera à l’aide de la blockchain et d’autres technologies. Selon CNN, le ministre indien des Finances, Nirmala Sitharaman, a déclaré que la roupie numérique donnerait une forte impulsion à la tentative d’établir une économie numérique dans le pays. En Inde, il y a eu une forte augmentation des paiements autres qu’en espèces ces dernières années, et ce type de paiement est rendu possible par des géants mondiaux tels que Google et Facebook, en plus des entreprises nationales. L’Inde veut rejoindre le nombre croissant de pays qui sont récemment devenus des monnaies numériques. Parmi eux, la Chine, qui a commencé à tester le yuan numérique dans certaines grandes villes il y a deux ans.

Roupie numérique. (photo : montage Démocratie)

Désirée Perrault

"Expert en café. Fier fan de voyages. Pionnier des médias sociaux. Ninja de la culture pop. Fanatique de zombies. Expert de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.