Brûler dans une centrale nucléaire. Zelenski : S’il y a une explosion, c’est la fin

L’armée russe a saisi la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporozhye, a annoncé aujourd’hui l’agence nucléaire ukrainienne. La centrale nucléaire avait déjà pris feu à cause des bombardements russes, mais le feu avait déjà été éteint.


L’armée russe avance vers Kiev

Selon l’armée ukrainienne, les troupes russes continuent d’avancer vers la capitale Kiev. « Les principaux efforts des forces d’occupation se concentrent sur le siège de Kiev », a déclaré l’armée ukrainienne. Ils n’ont pas fourni de nouvelles données sur les combats autour de la capitale ukrainienne.

L’armée russe s’empare d’une centrale nucléaire

Le territoire de la centrale nucléaire de Zaporozhye était occupé par les forces armées de la Fédération de Russie. Les salariés de la centrale nucléaire continuent d’exploiter le réacteur et les approvisionnements en électricité se poursuivent dans le respect des règles normales de sûreté. L’Agence ukrainienne pour l’énergie nucléaire a également annoncé aujourd’hui qu’aucune radiation radioactive ne s’était produite à la centrale nucléaire de Zaporozhye. « Aucun changement dans le rayonnement radioactif n’a été enregistré », ont-ils affirmé.

La centrale nucléaire ukrainienne a brûlé

Un incendie s’est déclaré dans l’un des bâtiments d’une centrale nucléaire à Zaporozhye, en Ukraine, dans la nuit, pour lequel la partie ukrainienne a imputé le violent bombardement russe. Après plusieurs heures d’incertitude, les pompiers ont réussi à éteindre le feu dans la matinée, il n’y a pas eu de blessés, et la sécurité de cette plus grande centrale nucléaire d’Europe était censée être assurée.

Les pompiers ukrainiens ont d’abord signalé que les forces russes les empêchaient d’accéder aux lieux, après quoi ils ont commencé à éteindre le feu peu après 17 heures. Ils l’ont éteint environ une heure plus tard.

Auparavant, les services compétents avaient déclaré qu’aucune augmentation de rayonnement radioactif n’avait été détectée dans la zone, que les équipements « essentiels » n’avaient pas été endommagés et que la sécurité était assurée. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a également été informée.

Après des entretiens avec son homologue ukrainien Herman Halushchenko, la secrétaire américaine à l’Énergie, Jennifer Granholm, a déclaré que les réacteurs de la centrale protégeaient des structures résistantes, tout en les arrêtant en toute sécurité.

Dans un message vidéo, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a condamné l’attaque. « Aucun pays autre que la Russie n’a encore bombardé de centrales nucléaires », a-t-il déclaré, ajoutant qu' »un pays terroriste a désormais recours au terrorisme nucléaire », a rapporté l’agence de presse française AFP.

Il a également mis en garde l’Europe sur les conséquences possibles de telles attaques. « S’il y a une explosion, c’est la fin de tout. La fin de l’Europe », a-t-il déclaré, ajoutant que seule une action européenne immédiate pourrait arrêter les forces russes. Il a également rappelé l’accident nucléaire de Tchernobyl en 1986 et a averti que les conséquences de la fusion du cœur nucléaire de Zaporozhye seraient bien pires.

Zelenski s’est déjà entretenu avec plusieurs dirigeants mondiaux, dont le président américain Joe Biden et le Premier ministre britannique Boris Johnson. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a également condamné l’incident et a appelé la Russie à arrêter immédiatement les « attaques inacceptables ».

Johnson a également appelé à la fin des combats dans la centrale nucléaire de Zaporozhye et a accusé le président russe Vladimir Poutine d’actions imprudentes qui pourraient directement mettre en danger la sécurité de tous en Europe. Il a également annoncé qu’il proposerait une session extraordinaire du Conseil de sécurité des Nations unies.

La centrale nucléaire de Zaporozhye, une ville industrielle du sud-est de l’Ukraine à environ 525 kilomètres au sud de Tchernobyl, fournit environ 40 % de l’énergie nucléaire du pays. Selon Zelenski, six des 15 réacteurs nucléaires du pays, qui compte au total quatre centrales nucléaires en activité, y sont situés. C’est l’une des principales préoccupations depuis que la Russie a envahi l’Ukraine il y a neuf jours et a commencé à bombarder les villes avec des bombes et des roquettes, rapporte STA.

Photo : Reuters

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.