Ce n’est pas une guerre entre la Russie et les USA – Analyses et constats – Opinions

Pour diverses raisons, ils ne veulent pas admettre que l’agression armée contre l’Ukraine n’est que la concrétisation de la politique d’expansion à long terme de Poutine. Ils essaient de relativiser ce simple fait en disant qu’il s’agit en fait d’une guerre américano-russe : simplement placer les États-Unis au même niveau que le conquérant de l’Ukraine et soulager la culpabilité de l’agresseur.




04.03.2022 14:00

En fait, le plus gros fardeau pour les États-Unis est la politique chinoise dans la région de l’Asie du Sud-Pacifique et, bien sûr, le programme nucléaire iranien. La Russie et l’Europe ont été en marge des intérêts américains jusqu’à ce jour. Mais pas en marge de l’intérêt de Poutine. J’ai analysé à plusieurs reprises dans mes contributions que l’attractivité de l’Union européenne est un problème pour Poutine : tous les pays de l’ex-Union soviétique y vont, et c’est l’attractivité de l’UE qui les éloigne des projets russes.

Nationalisation russe

Après une décennie de « libéralisation d’Eltsine », menaçant finalement la désintégration de la Russie elle-même, Poutine a cherché à garantir l’intégrité interne de la Russie. Et depuis le début dans le but de revitaliser son statut de superpuissance. Il cherche à combiner l’unité interne avec l’influence externe : il abolit les élections décentralisées des gouverneurs divisant la Russie en dominions disjoints de mocipans imprévisibles ; réprime dans le sang le défi tchétchène; il établit une structure clientéliste et oligarchique, une pluralité politique régulée, un capitalisme monopoliste d’État, et tout le processus est poursuivi par la recherche d’une base morale d’unité nationale. Le manifeste de Poutine du 12 décembre 2012 est révolutionnaire. Sa vision de l’unité nationale a des traits conservateurs clairs, ravivant l’idée d’une mission spéciale de l’histoire, de la tradition et de la foi russes; et restaurera également les outils géopolitiques traditionnels. Et toutes les institutions du pays doivent être subordonnées à cet objectif.

Souvenez-vous de la stupéfaite Merkel, qui, en marge de l’annexion de la Crimée et du Donbass, a eu la surprise d’apprendre après de nombreuses heures de discussions avec Poutine, qu’il vit au 19ème siècle ! Eh bien, oui, Poutine résout une histoire manquée, le rôle de la constitution de la nation russe, un rôle que d’autres groupes ethniques ont résolu dans les ruines des monarchies, mais la Russie, avant de former sa substance nationale, s’est lancée dans une tentative d’aventure révolutionnaire pour le « soviétique ».

Tactiques géopolitiques

Poutine était également un bon tacticien après l’attaque actuelle contre l’Ukraine. Il ne s’appuyait certainement pas sur un schéma rationnel pré-achevé. Il essaie ! Mais il essaie sans relâche. Il occupe l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie à la suite de la provocation généralisée du président géorgien Saakachvili ; et à Tbilissi, ils pouvaient se réjouir que les troupes russes ne les aient pas occupés simplement à cause de l’incertitude de Poutine quant à savoir si Bush serait capable de l’avaler.

Poutine poursuit : Les manœuvres russes de 2009 à l’ouest sont un choc pour la Pologne et les pays baltes. Mais Poutine n’a jamais voulu dresser les puissances continentales européennes les unes contre les autres : cela ouvre un espace pour de généreux investissements allemands ; développer des projets d’armement avec la France ; coopère à la lutte contre le terrorisme qui, après la guerre de Tchétchénie, le massacre de Beslan ou l’aéroport Sheremetyevo de Moscou, constitue une menace fondamentale pour les intérêts de l’État russe. C’est pourquoi il sacrifie Kadhafi. Les manœuvres Ouest 2013 sont déjà colossales, avec 70 000 soldats russes qui s’entraînent à avancer vers l’ouest. (L’OTAN répond avec un humour à la défense de l’Europe de l’Est appelé Steadfast Jazz, auquel participeront environ 3 000 soldats, dont 160 américains.) Pendant le règne de Poutine, la Russie s’est progressivement réarmée, a modernisé les forces conventionnelles, renforcé le contrôle politique interne et la répression, investi dans les médias internationaux, Gazprom s’est transformé en une entreprise d’État coercitive – et adhère toujours à la doctrine nationale : il n’y a pas de meilleur mastic pour le sentiment national et l’unification qu’un ennemi extérieur.

L’antifascisme est une sorte de manteau moral de l’expansion russe, il lui donne un semblant de justice historique, car on veut juste « dénazifier ». Nos ennemis ne sont pas l’Allemagne, les USA, la France… où, il n’y a que l’Occident qui veut nous imposer sa vision de la démocratie, des droits de l’homme et qui, sous la forme de l’OTAN, menace notre sécurité ! Nous avons notre propre démocratie et nos droits de l’homme, conformément à la tradition et à la nature nationale de la Russie !

Cependant, Poutine ne veut identifier personne en particulier pour s’être fait un ennemi direct. Même l’Ukraine n’est pas l’ennemi, seulement le rassemblement fasciste qui a chassé le demi-Ianoukovitch ! Notre guerre russe, d’abord hybride et aujourd’hui à la roquette, n’est pas contre les Ukrainiens, mais uniquement pour protéger nos frères russes des fascistes ! L’antifascisme est une sorte de manteau moral de l’expansion russe, il lui donne un semblant de justice historique, car on veut juste « dénazifier ». Nos ennemis ne sont pas l’Allemagne, les USA, la France… où, il n’y a que l’Occident qui veut nous imposer sa vision de la démocratie, des droits de l’homme et qui, sous la forme de l’OTAN, menace notre sécurité ! Nous avons notre propre démocratie et nos droits de l’homme, conformément à la tradition et à la nature nationale de la Russie !

Avec ce tournant idéologique, Poutine donne aussi à la Russie un nouveau sens historique : être une alternative à l’Occident. Le répertoire nationaliste est complet. Poutine peut se présenter comme un leader anti-occidental ; vigoureux, courageux et opérant à l’échelle planétaire. Et la nation russe retrouve la fierté, la mission et le bon chef (après le traumatisme de la capitulation de Gorbatchev et l’anarchie ivre d’Eltsine). Cela comprend aussi le classique diviser pour régner : soutien aux mouvements et partis anti-UE, financement de l’extrême droite, manœuvres des politiciens « pragmatiques », des hommes d’affaires et, bien sûr, de tout le « front anti-occidental » idéologique.

Cependant, l’Ukraine s’est avérée être un dur à cuire. Qu’il parvienne à le conquérir ou non, le glorieux des tactiques et des dirigeants rationnels a définitivement disparu. Et « l’Occident » n’est plus contre la Russie de Poutine, mais contre l’ensemble du monde démocratique.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.