« Ces enfants n’appartiennent à rien, ils sont comme une nouvelle race. »

La question de savoir d’où vous venez est l’une des plus simples pour la plupart des gens. C’est l’un des plus difficiles pour les enfants de la troisième culture, explique Petja Katanič Pedersen, mère de Lukas Julius, 21 ans, et de Leon Tobias, 19 ans.

Le mot chez-soi n’existe pas dans le vocabulaire des enfants de la troisième culture. « Ces enfants se déplacent constamment entre différentes cultures, la plupart sans racines et ayant une identité différente et grandissent différemment. Parce qu’ils fréquentent des écoles internationales, ils ne parlent généralement pas la langue du pays dans lequel ils résident temporairement et n’établissent pas de contact avec la population locale. Bien qu’ils aient une vision du monde très large et qu’ils n’aient aucun préjugé contre la couleur de la peau et les religions, ils ne connaissent même pas la culture du pays dans lequel ils ont reçu un passeport. Ils n’appartiennent nulle part et partout à la fois. Ce sont des caméléons culturels d’une grande richesse linguistique et culturelle, et en même temps marqués par des processus de deuil. Si vous demandez à mes fils quelle est leur origine ethnique, ils sont nés au Danemark et ont un passeport slovène et danois, parfois ils s’identifieront comme slovènes, d’autres fois seulement comme danois, ou ils diront qu’ils sont les deux. Même s’ils parlent les deux langues, c’est parce qu’ils traduisent de l’anglais qu’ils s’expriment étrangement. « 

D’où vient la dénomination des enfants de la troisième culture ?

La première culture est considérée comme le pays d’origine des parents, la deuxième culture est le pays dans lequel les parents ont déménagé et la troisième culture désigne le mode de vie des enfants qui n’appartiennent vraiment nulle part.

Vous avez déménagé au Danemark en 1995. Vous êtes venu à Copenhague par amour et pour étudier.

J’ai rencontré mon mari à Ljubljana alors qu’il faisait une partie de sa maîtrise à la Faculté des sciences sociales. J’ai effectué deux masters au Danemark : communication et rencontre des cultures et des langues. Ces deux études m’ont aidé à mieux comprendre comment nos enfants vivent le monde.

En raison du service diplomatique de votre mari, vous avez d’abord déménagé du Danemark à Zagreb et y avez vécu pendant six ans, puis à Paris, où vous êtes encore aujourd’hui. Dès votre plus jeune âge, vous avez soigneusement choisi les établissements pour vos fils où ils iront à l’école, en commençant par l’enseignement préscolaire.

Nous avons inscrit le plus jeune dans un jardin d’enfants danois, et le plus âgé parce qu’il n’y avait pas de place dans le jardin d’enfants, et dans le département préscolaire d’une école britannique. La décision s’est avérée bonne, car il est venu parmi des pairs dont les parents étaient étrangers. Il se sentait bien parmi eux, car ils vivaient de la même manière que lui.

Lorsque vous avez déménagé du Danemark à Zagreb en 2007, vous avez inscrit vos fils dans une école américaine. C’était une expérience spéciale pour eux.

C’est vrai. C’était une école très américaine. Tout, de l’équipement aux livres et aux fournitures scolaires, était américain. Aussi le programme d’études. Il y avait un monde très spécial dans cette école. Il a été suivi par des enfants d’hommes d’affaires étrangers, de politiciens, d’avocats, de diplomates, d’athlètes de haut niveau et d’artistes. Les frais de scolarité dans cette école sont élevés, nous avons payé environ 20 000 euros par enfant. De nombreux camarades de classe de Lukas et Leon avaient des gardes du corps, leurs propres chauffeurs, voire leurs propres cuisiniers. Ces enfants se sont connectés les uns aux autres à leur manière. Lorsque Leon a commencé à fréquenter la maternelle de cette école à l’âge de cinq ans, il ne connaissait pas un mot d’anglais. Et une fois qu’un des enfants lui a dit quelque chose, il s’est mis à rire. Quand je lui ai demandé ce que l’enfant lui avait dit, il a dit qu’il ne savait pas, mais il savait que c’était quelque chose de drôle. Qui s’est en quelque sorte fondu dans la nouvelle langue.

Quand vous avez déménagé à Paris après six ans, c’était assez difficile pour vos fils, aussi parce que vous avez déménagé fin décembre.

Le premier défi était de trouver une école appropriée. Il n’y a pas beaucoup d’écoles internationales à Paris, et celles qui le sont sont très chères. Comme les frais de scolarité à l’école américaine étaient de 50 000 euros par enfant, mon mari et moi avons continué à chercher. Heureusement, nous avons trouvé une école britannique avec des frais de scolarité acceptables. Ensuite, nous avons commencé à chercher un appartement qui serait proche de l’école. De telles délocalisations ne sont pas faciles du tout. Cependant, les enfants ont dû littéralement mettre fin à leur relation avec tout ce qu’ils avaient à Zagreb du jour au lendemain. Il n’y avait plus d’êtres chers et d’endroits où ils allaient, plus de clubs où ils s’entraînaient, plus d’amis qu’ils avaient là-bas. Au milieu de l’année scolaire, ils sont arrivés dans un tout nouvel environnement, dans une classe d’enfants inconnus. Ils ont tous dû recommencer à construire.

De tels déménagements sont probablement très stressants pour les enfants. Peut-être sont-ils plus sujets à la dépression ?

Pas vraiment. Parce qu’ils ne traînent qu’avec des enfants qui vivent comme eux, ils n’y pensent pas beaucoup. Même les plus jeunes s’adaptent rapidement. Cependant, lors de ces migrations, les enfants traversent le processus de deuil de manière assez inconsciente. Souvent, ce deuil pour tout ce qu’ils ont perdu est caché et n’éclate qu’à l’âge adulte. J’ai traité ces problèmes pas mal et j’ai développé pas mal de techniques qui les ont aidés. Sans m’en rendre compte, j’ai senti il ​​y a longtemps qu’il serait bon pour notre famille de jeter l’ancre quelque part. Nous avons choisi Ljubljana, nous avons acheté un appartement ici et nous pouvons revenir ici. Mes parents vivent également à Ljubljana, mes deux grands-mères sont toujours en vie. Il était important pour moi que les enfants ressentent un sentiment d’appartenance. Quand ils fréquentaient une école britannique à Paris, nous venions à Ljubljana toutes les six semaines, car ils avaient deux semaines de vacances à l’école pendant six semaines. Les garçons sont ainsi arrivés dans un milieu où ils connaissent la langue. Cependant, la culture n’était pas proche d’eux. En Slovénie, les gens les regardent encore étrangement, car après le déjeuner, ils disent : « Merci pour la nourriture ». Au Danemark, il est de coutume de ne pas quitter la table avant de les remercier pour la nourriture : « Tak for mad ». le temps travaille problèmes car ils traduisent directement de l’anglais. Ces enfants sont des caméléons culturels. Les fils ne savent pas ce qu’on attend d’eux dans un environnement particulier, mais ils font ce que nous faisons à la maison. Bien que nous vivions à Paris depuis huit ans, les garçons ne font pas partie de la culture française et ne connaissent pas bien la langue. Lorsque Lukas a décidé où passer l’examen de conduite l’année dernière, il a choisi Berlin, où il étudiait à l’époque. Il jugea que l’allemand lui convenait mieux que le français.

« Quand les gens leur demandent d’où ils viennent, ils leur demandent d’abord s’ils veulent une explication longue ou courte. Ils veulent savoir où se trouve actuellement leur domicile, où ils sont nés, à quel pays appartient leur passeport, ou peut-être dans quels endroits et pays ils ont vécu, étudié et dans quel pays ils ont le plus d’amis ? ”

Combien de langues parlent vos fils ?

Leur langue principale est l’anglais. Ils parlent également slovène, danois, croate, allemand, français, italien et espagnol.

Vous avez fondé une association de parents d’élèves dans leur école à Paris. Vous avez également commencé à organiser des ateliers et des conférences sur les enfants de la troisième culture.

J’ai commencé par des ateliers et des conférences à Zagreb. En collaboration avec le directeur d’une école américaine, j’ai commencé à travailler avec des parents qui avaient besoin de soutien. Je leur ai expliqué qu’il n’y avait rien de mal avec leurs enfants et que leur comportement était lié aux phases de deuil lors des déménagements fréquents. Bien que mes fils ne fréquentent plus l’école britannique à Paris, je travaille toujours avec elle. Je me prépare pour la semaine internationale ces jours-ci.

Des ateliers sont organisés pour les parents, les enfants et les enseignants.

Grâce à des ateliers, nous créons une bonne base pour tout ce qu’un tel mode de vie apporte, et en même temps j’entraîne les enfants à être capables de surmonter les défis du mieux qu’ils peuvent. Une partie importante de leur vie se déroule tout le temps dans un autre endroit, généralement les événements coïncident, tant d’importants sont manqués. Leurs amis et leurs familles sont dispersés dans le monde entier. Cette grande mobilité est capable de créer de belles et fortes amitiés et des liens familiaux, et en même temps cela leur apporte beaucoup de douleur.

Dans quelle mesure la vie des enfants de la troisième culture est-elle concrète ?

Comme ils se déplacent constamment entre différents mondes culturels, ils apprennent en quelque sorte à les activer et à les désactiver en eux-mêmes. Ils viennent quelque part et ils doivent partir. Mon fils aîné Lucas est allé avant-hier en train à Chamonix pour rendre visite à un ancien camarade de classe, d’origine anglaise. Hier, ils se sont rendus ensemble à Turin, où ils étaient allés à l’école l’avant-dernière année, pour rendre visite à un autre camarade de classe, moitié français et moitié suédois. Tous les trois se sont ensuite rendus à l’aéroport de Malpensa pour récupérer Leon, qui était venu d’Amsterdam. Désormais, ils vont tous skier ensemble à Chamonix pendant quelques jours. Ensuite, les garçons viendront nous voir à Paris. À savoir, ces enfants socialisent en cherchant et en se rendant dans différentes parties du monde. De cette façon, ils expriment leur appartenance. Il est difficile de se faire des amis si vous ne vous enracinez nulle part. Ils ont également des études dispersées dans le monde entier. Après avoir obtenu son diplôme d’études secondaires, Lukas a poursuivi ses études à l’École Supérieure de Commerce de Paris (ESC). Il étudie une année à Paris, la deuxième année à Turin, la troisième année à Berlin. Il ne sait pas encore où il ira ensuite. Leon, qui a également été accepté à l’ESC, a décidé de poursuivre ses études à l’Université d’Amsterdam.

Quel avenir ont ces enfants ?

Qu’il s’agisse d’une affaire, d’une affaire privée ou romantique, ils choisiront toujours de le faire avec quelqu’un qui vit de la même manière qu’eux. Ces enfants n’appartiennent à rien, ils sont comme une nouvelle race. Mais ils savent s’entraider et se soutenir. Ils ont surtout de gros problèmes quand ils grandissent. Parce qu’ils n’ont pas de racines, ils ne savent pas du tout où ils appartiennent, ils sont très agités. Ces troubles les entraînent dans le monde entier. C’est difficile pour moi en tant que mère d’accepter cela, car je ne sais pas si mes fils resteront même sur le même continent que mon mari et moi.

Sacha Samuel

"Pionnier du café adapté aux hipsters. Créateur sympathique. Analyste primé. Écrivain. Érudit culinaire. Accro à la télévision. Ninja d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.