Cinq scénarios qui auraient pu éviter le conflit russo-ukrainien



Photo : EPA

Une éventuelle guerre en Ukraine aurait des conséquences désastreuses, des pertes humaines, et affecterait également l’économie.

Les membres de l’OSCE quittent Donetsk ; Scholz prévoit des sanctions rapides en cas d’attentat

Le représentant du Parlement européen, Tonin Picula, a déclaré au quotidien croate N1 qu’une grande guerre est possible, plus que jamais au cours des vingt dernières années. « L’évacuation des employés de l’ambassade de Russie a commencé. À ce stade, il devient de plus en plus difficile de rester optimiste« , a-t-il déclaré. Mais malgré de nombreux efforts, la diplomatie n’a pas porté ses fruits.

Ensuite, c’est en fait lui qui a commencé à déployer ses unités dans les États baltes il y a des mois, et ces derniers jours également en Roumanie et en Bulgarie. Cela a été suivi par la réponse de la Russie en déployant 100 000 soldats le long de la frontière avec l’Ukraine. Aujourd’hui, on estime qu’il y en a environ 50 000 de plus.

MFA : Les citoyens slovènes devraient quitter l’Ukraine. Jansa a soutenu l’Ukraine.

Les relations avec la Russie sont tendues depuis l’annexion par la Russie de la péninsule de Crimée, ce que Moscou a fait après un référendum pour se séparer du territoire. Mais l’Ukraine et ses partisans occidentaux conviennent qu’il s’agissait d’une occupation du territoire ukrainien. Depuis lors, des affrontements ont également eu lieu dans les régions autonomes ukrainiennes pro-russes de Donetsk et Louhansk, dans l’est du pays.

Mais les relations ukraino-russes ont également été exacerbées par le fait que le président du Parti démocrate, Joe Biden, siège à la Maison Blanche, poursuivant d’une certaine manière la politique de la secrétaire d’État américaine Hillary Clinton. Ceci, comme on le sait, a marqué la Russie comme « ennemi », et lors de l’élection présidentielle, remportée par Donald Trump, elle a blâmé le résultat de l’élection. « Ingérence russe« . La présidence du républicain Donald Trump a cependant laissé une marge de manœuvre au président russe Vladimir Poutine pour consolider ses liens avec la Chine.

Resserrement de la situation : « Tout est possible, rien n’est exclu »

Le Kremlin insiste constamment sur le fait que c’est l’Occident qui crée la tension et la panique. Le conseiller du Kremlin, Yuri Ushakov, a déclaré que la Russie ne pouvait pas expliquer pourquoi les États-Unis se développaient. « désinformation« que les Russes veulent envahir l’Ukraine et que la situation actuelle crée un scénario dans lequel les forces ukrainiennes pourraient déclencher une provocation à laquelle les forces russes devraient répondre.

Les pourparlers au niveau diplomatique sont toujours en cours. Les propositions sont sur la table, mais aucune des parties ne semble vouloir s’y tenir. Le contenu des propositions de paix n’est pas connu du public. Les vues de Vladimir Poutine sont claires : la péninsule de Crimée reste russe (la Russie a sa base militaire la plus importante en mer Noire en Crimée, Sébastopol), et l’Ukraine ne doit pas devenir membre de l’OTAN.

Alors, que pourraient faire la diplomatie silencieuse ou les négociations diplomatiques au plus haut niveau, comme les récents pourparlers entre le président français Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden et Poutine.

La BBC a identifié cinq scénarios possibles qui pourraient atténuer la situation sans l’utilisation d’armes.


L’Occident persuaderait Poutine de démissionner
Dans ce scénario, l’Occident devrait convaincre le président russe que les conséquences de la guerre seraient pires que les objectifs qu’elle atteindrait. Il s’agirait de pertes humaines, de sanctions sévères, de rupture des relations diplomatiques…

Si Poutine devait se retirer, il faudrait reconnaître sa victoire diplomatique dans cette affaire et le reconnaître comme un protagoniste pacifique qui a résisté à l’intervention militaire et ne s’est pas agenouillé face aux provocations de l’OTAN. Ce faisant, la Russie rappellerait également au monde qu’elle est une superpuissance militaire et renforcerait encore son influence en Biélorussie.

Quelles pourraient être les conséquences de ce scénario ? Il renforcerait alors davantage ses troupes le long de la frontière russe, la Suède et la Finlande pourraient décider de rejoindre l’OTAN.

L’OTAN et la Russie concluent un nouvel accord de paix

Les Alliés occidentaux s’accordent pour soutenir l’intégrité territoriale et l’indivisibilité de l’Ukraine et son droit à devenir membre de l’OTAN.

Cependant, l’OTAN et les États-Unis, d’autre part, conviennent qu’un terrain d’entente peut être trouvé avec la Russie sur des questions de sécurité européennes plus larges. Cela pourrait signifier la relance de certains accords d’armement qui ont échoué ou la réduction des missiles des deux côtés, le renforcement de la confiance entre la Russie et l’OTAN, une plus grande transparence sur les exercices militaires et les sites d’essais de missiles et la coopération dans les essais d’armes anti-satellites.

Le Kremlin et Kiev relancent l’accord de Minsk

L’accord de Minsk a été l’aboutissement de négociations en Biélorussie entre 2014 et 2015 dans le but de mettre fin aux affrontements entre les rebelles pro-russes dans l’est de l’Ukraine et le gouvernement ukrainien. L’accord a échoué et les combats se poursuivent.

Certains dirigeants occidentaux poussent à une relance de l’accord, dont le président français Emmanuel Macron, qu’il considère comme « le seul moyen de construire la paixMais le problème avec l’accord de Minsk, c’est que certains points sont complexes et aussi controversés.

Le Kremlin, par exemple, exige que l’Ukraine organise des élections locales pour renforcer le pouvoir des dirigeants pro-russes dans l’est de l’Ukraine. Kiev, cependant, exige que la Russie désarme et retire les combattants russes, le Kremlin refusant constamment une présence militaire en Ukraine.

Conversation téléphonique entre Poutine et Biden

Cependant, la plus grande controverse porte sur le pouvoir des dirigeants de la région pro-russe de Donetsk. Kiev a accepté l’autonomie gouvernementale, mais le Kremlin n’est pas d’accord, car il estime que les représentants de Donetsk et de Louhansk devraient également avoir leur mot à dire dans la politique étrangère de l’Ukraine et donc le droit de veto à l’adhésion à l’OTAN. C’est aussi la plus grande crainte de Kiev que l’accord de Minsk signifie en fait que l’Ukraine ne devienne pas membre de l’OTAN.

L’Ukraine deviendrait aussi neutre que la Finlande
La diplomatie française aurait proposé comme solution un modèle finlandais, selon lequel l’Ukraine serait un pays neutre. La Finlande a opté pour cela pendant la guerre froide en tant que pays indépendant, souverain et démocratique ; c’est pourquoi il n’est pas membre de l’OTAN aujourd’hui.

Serait-ce intéressant pour l’Ukraine ? Cela éviterait une opération militaire et répondrait à la demande de Poutine de ne pas rejoindre l’OTAN, et les pays alliés n’auraient pas à faire de compromis sur les soi-disant politiques de la porte ouverte. L’Ukraine choisirait souverainement de ne pas être membre de l’OTAN.

La situation actuelle deviendrait Status Quo

Cependant, il n’y aura peut-être pas de conflit, mais la situation actuelle ne fera que se maintenir, comme celle entre la Corée du Nord et la Corée du Sud, qui sont théoriquement toujours en guerre, car elles n’ont jamais signé d’accord de paix.

Cela signifierait que la Russie commencerait à retirer progressivement son armée et déclarerait la fin des exercices militaires. Cependant, il est possible que beaucoup d’équipements militaires restent là où ils sont », a-t-il ajouté.pour tout le monde Exemple« Moscou continuerait à soutenir les rebelles du Donbass, et la politique et l’économie ukrainiennes continueraient d’être déstabilisées par les menaces constantes du Kremlin.

L’Occident, en revanche, maintiendrait la présence des forces de l’OTAN dans les pays d’Europe de l’Est et les négociations diplomatiques se poursuivraient. L’Ukraine resterait en disgrâce, mais il n’y aurait pas de guerre.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.