Comment le parti catholique a réussi à dominer la politique slovène

Les chrétiens slovènes peuvent difficilement accepter sereinement le résultat des élections parlementaires de cette année. Beaucoup voient l’une des raisons de la défaite des partis qui sont (autant que possible) proches des vues catholiques dans le manque d’organisation du côté du printemps.

Si l’on fait confiance à Cicéron, qui, entre autres, a appelé l’histoire le maître de la vie, alors, en réfléchissant à la façon d’aller de l’avant, il ne serait pas insensé de regarder un siècle en arrière : au temps où le parti catholique (KNS/VLS/ SLS) contrôlait l’espace politique slovène en maîtresse incontestée, habituée à gagner au moins avec une majorité relative, sinon absolue.

Nous courons certainement le risque d’un anachronisme grossier : les temps étaient sensiblement différents par rapport à aujourd’hui. Mais certaines recettes du succès dans un système démocratique restent les mêmes, et les résultats du camp catholique ne sont jamais tombés du ciel (bien qu’il y ait certainement eu quelque chose de l’Esprit Saint impliqué), mais ils ont travaillé dur pour eux – même des choses que nous ne ‘t voir des dirigeants responsables aujourd’hui.

L’une d’entre elles, qui fut parmi les plus méritantes de succès, est certainement l’organisation : la promotion d’une vie sociale animée, qui ne devait manquer à aucune couche de la société. Pensaient-ils vraiment que c’était si important ?

Facteur d’organisation – trop méprisé

Comme l’a rapporté le grand évêque responsable de la « division des esprits » dans le paysage sociopolitique slovène, Anton Mahnič, dans le Roman Catholic, ce facteur était généralement trop méprisé par les catholiques ou du moins trop sous-évalué (comme il peut l’être aujourd’hui) – mais « l’instinct de socialisation est tellement inné chez l’homme qu’il éprouve un certain besoin de se rapprocher de l’autre et de s’unir à lui pour atteindre un but quelconque »c’est a continué fervent évêque et justifie la nécessité d’organiser : « La sociabilité de la nature humaine est un facteur puissant et important avec lequel doit compter quiconque veut promouvoir le bien public ou privé de l’humanité. […] Par conséquent, les dirigeants du peuple doivent alors, comme le conseillent les temps et les conditions, s’appuyer sur le public pour des objectifs communautaires supérieurs et susciter l’intérêt du public pour eux, de sorte qu’un désir entreprenant pour les sociétés d’atteindre de tels objectifs est né. […] »

A cette époque, avec l’aide de papes déterminés (par exemple Léon XIII), les catholiques ont de plus en plus commencé à réaliser qu’ils devaient être catholiques « pas seulement à la maison, pas seulement à l’église, mais aussi en politique, à l’école, en littérature : partout et toujours » (comme Mahnič l’a encore dit gentiment). Cela est devenu évident et devait être souligné principalement parce que le pouvoir de l’Église dans la société déclinait rapidement à l’époque, et en même temps, les idéologies qui lui étaient hostiles étaient en marche – le libéralisme, et plus tard le socialisme et le communisme, le fascisme et le nazisme.

Le réveil devait venir de bas en haut et il n’y avait pas d’autre moyen – les croyants devaient réaliser que c’était « la politique est le terrain sur lequel (désormais) se décide la bataille entre la vérité et le mensonge, la bataille entre les royaumes de Dieu et de Satan »et qu’il y a un meilleur avenir chrétien « ne dépend que du bon usage des libertés constitutionnelles », c’est-à-dire de l’activation politique. Et ce n’est pas une activation qui essaierait d’unir l’Église et l’État, mais une activation qui essaie de s’assurer que l’État ne limite pas l’Église dans sa noble mission.

Sinon, le camp catholique voyait surtout le « smoter » de la société dans l’éducation : « Là où le peuple est éduqué, il n’y aura pas besoin d’agitation ; la pensée juste et le vote juste se développeront d’eux-mêmes », expliqué dans l’éditorial du quotidien Slovenec en 1894.

Slovénie, parsemée d’organisations catholiques

Šusteršič, Krek et bien d’autres se sont lancés avec tant d’enthousiasme sur le terrain et au tournant du siècle, c’était « toute la Slovénie est déjà truffée d’organisations catholiques » (Mots de Shusteršić). Parmi eux se trouvaient d’innombrables sociétés de Marie, des sociétés catholiques éducatives et politiques, des bibliothèques paroissiales, des sociétés de sobriété, des salles de lecture, il ne faut pas oublier l’organisation scolaire Société de Saint-Cyrille et Méthode et le lycée épiscopal, et la société Mohorje, qui depuis 1851 a imprimé de la littérature pour les larges couches de la nation slovène.

Le travail que Janez Evangelist Krek, en particulier, avec des personnes plus jeunes, socialement orientées et partageant les mêmes idées (contrairement à la tendance plus âgée et plus conservatrice), a également été d’une grande importance, auprès des travailleurs et des agriculteurs en créant des coopératives, des sociétés de prêt, des sociétés de consommation. Le camp catholique a tenté de reconnaître les problèmes de l’homme du commun et ne l’a pas laissé à la merci des libéraux concentrés dans les villes, mais l’a aidé de bien des manières à se sortir de la misère dans laquelle les changements sociaux l’avaient plongé. .

Rencontres catholiques

Au tournant du siècle, l’effervescence du camp catholique est couronnée par plusieurs rassemblements catholiques, grands rassemblements publics dont le but est « éveiller la conscience catholique dans le peuple, lui donner du courage religieux, organiser les forces, tracer un programme de travail ». Cependant, tout comme le libéralisme s’étendait de la vie publique au privé – ils ont raisonné – de même l’idée catholique devait s’étendre de la vie privée au public, puis revenir dans les cercles plus larges du privé.

C’est pourquoi les rassemblements ont également porté sur des choses « en apparence laïques » – ils ont déterminé les orientations futures du programme de travail dans les domaines de l’éducation, de la science, de l’art, de la presse, des affaires sociales, de l’économie… et y sont parvenus. En termes d’organisation, par exemple, Krek na II. il a déclaré à l’assemblée catholique slovène que «  » en raison de l’appel à l’unification  » en Slovénie,  » il prie beaucoup plus « , que  » l’esprit de réciprocité est devenu fort et puissant  » et que  » la joie de travailler, de progresser et de courage dans la souffrance’ revient » (cité par Apprenti).

Rassemblement catholique slovène-croate à Ljubljana, 1913

La façon de penser du parti catholique est également bien illustrée par le cas qui décrit l’historien Gašparič : quand en 1920, contrairement aux attentes, le SLS n’a pas gagné avec une majorité absolue, mais seulement avec une majorité relative, les champions du parti ont pensé que peut-être l’organisation n’était tout simplement pas si parfaite, « c’est pourquoi, juste après les élections, ils ont décidé de finir un peu plus l’organisation des secrétariats […], mais se consacrent ensuite principalement à un « travail d’organisation en profondeur ». Ils ont donné plus de dynamisme à leur réseau et ont commencé à organiser des rassemblements, des réunions, des manifestations, etc. mois après mois, et ont même organisé une école politique pour leurs partisans. » 3 ans plus tard, les succès électoraux ne manquent pas.

Deux camps

Afin d’obtenir au moins une image un peu plus complète du paysage politique de l’époque, mentionnons encore quelques éléments avant la fin. Grâce à la performance pointue de Mahnič, l’évêque de Ljubljana Jakob Missia et d’autres circonstances qui ont conduit à cette division des esprits, il est devenu clair qui soutient quoi :

libéraux ils sont pour les valeurs de la Révolution française, une économie plus libre, la réduction du rôle de l’Église, une plus grande importance de la science et radicalement pour « chose nationale », par conséquent, ils ont – du moins en principe – placé la nation à la place la plus importante (bien qu’en même temps ils aient conclu un pacte avec les Allemands au parlement pour conserver le pouvoir !).

Campement catholique entre-temps a averti que la première place n’appartenait pas à la nation, mais à Dieu (les libéraux les ont donc pratiquement qualifiés de traîtres), et en même temps il s’est levé pour le bien-être de l’homme simple, de l’ouvrier et de l’agriculteur – le libéralisme a libéré l’homme du joug du seigneur féodal, et à la place lui ont donné un maître bien pire, un capitaliste, ont-ils averti. Apparemment similaire au nouveau courant, qui à l’époque devenait une alternative de plus en plus puissante à l’ancien camp : le socialisme. Quelques années plus tard seulement, le libéralisme a repris le rôle du plus grand ennemi de l’Église du Christ.

Nous y reviendrons, entre autres, dans l’article suivant, qui paraîtra prochainement sur Domovina, et dans lequel nous reviendrons sur l’approche de l’Église catholique en matière d’organisation de la vie sociale sur quelques exemples concrets : des Aigles aux Tomčev Mladvec et les gardes d’Ehrlich…

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.