Conseil Affaires économiques et financières










Principaux résultats







Priorités de la présidence française

La présidence française a présenté ses priorités économiques et financières pour le premier semestre 2022. Les ministres ont ensuite procédé à un échange de vues.




L’Europe s’est remise avec succès de la pire crise économique depuis 1929. Nous avons agi en temps opportun. Cependant, la crise nous a montré la nécessité de créer un nouveau modèle économique basé sur l’autonomie stratégique. Quelle Europe voulons-nous construire ? Nous voulons une Europe indépendante, capable de défendre ses valeurs, d’encourager les investissements dans l’innovation et les technologies clés et de protéger l’environnement. Nous voulons créer un nouveau modèle basé sur une croissance durable.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Relance














Impôt sur les sociétés

Suite à une proposition de directive présentée par la Commission fin décembre, les ministres ont tenu un débat d’orientation sur la proposition de Conseil assurer un taux d’imposition minimum pour les activités mondiales des groupes multinationaux dans l’UE. La Présidence française a donc poursuivi ses travaux au niveau du Conseil dans les meilleurs délais.

Les ministres ont confirmé dans leurs contributions qu’il s’agit d’un dossier priorité et que c’est a besoin de règles convenues sur la fiscalité internationale des entreprises télécharger dès que possible.

L’objectif de la directive est de transposer dans le droit de l’UE le cadre global inclusif de l’OCDE/G20 pour prévenir l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) par une réforme à deux piliers des règles relatives à la fiscalité internationale des entreprises. Cet accord international, actuellement soutenu par 137 pays et juridictions, est une étape importante sur la voie d’un système d’imposition des sociétés efficace et équitable. La directive fait référence au « deuxième pilier » de la réforme, qui a été préparé avant le premier pilier, sur lequel les travaux techniques au sein de l’OCDE pour empêcher l’érosion de la base d’imposition et le détournement des bénéfices sont toujours en cours.



L’accord du 8 octobre 2021 est un succès de la communauté internationale et, surtout, un succès européen. Elle assurera la justice, l’efficacité et la stabilité de nos entreprises et de nos citoyens. Après le débat d’aujourd’hui, je suis heureux de constater que nous souhaitons tous des progrès rapides. L’UE joue un rôle moteur dans cette réforme historique, ce qui est une bonne nouvelle.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Relance














Reprise économique

Les ministres de l’Economie et des Finances ont discuté de l’état de la mise en œuvre mécanisme de récupération et de résilience.

La Commission n’a pas encore évalué les plans de relance et de résilience de cinq États membres. L’un de ces cinq États membres n’a pas encore soumis son plan. Le Conseil a réagi rapidement aux propositions de la Commission et, dans le délai serré prévu par le règlement, en décisions d’exécution approuvées 22 plans. La Commission discute avec la Bulgarie, la Hongrie, la Pologne et la Suède d’une évaluation de leurs plans de relance et de résilience.

À ce jour, 18 États membres ont reçu un préfinancement (13 % du montant demandé) d’un montant total de 54,2 milliards d’EUR. La Commission a déjà emprunté 71 milliards d’euros pour financer les plans des marchés financiers avec des instruments à long terme et 28 milliards d’euros avec des instruments à court terme.

Le mécanisme de reprise et de résilience est un instrument de reprise temporaire qui Il permet à la Commission d’émettre des obligations au nom de l’Union aider les États membres à mettre en œuvre les réformes et les investissements. Il fournira 723,8 milliards d’euros de prêts (385,8 milliards d’euros) et de subventions (338 milliards d’euros).

Dans leurs contributions, de nombreux ministres ont souligné l’importance de paiements rapides aux États membres. Le Conseil s’attend à ce que la majeure partie du mécanisme de reprise et de résilience soit mise en œuvre en 2022.



L’Europe est plus forte aujourd’hui qu’elle ne l’était avant la crise. Avec l’accord historique sur le plan de relance de 750 milliards d’euros, nous avons montré au monde notre unité et notre solidarité. 22 plans de relance et de résilience ont déjà été approuvés, dont 18 ont reçu un préfinancement d’un montant total de 54,2 milliards d’euros. C’est une bonne nouvelle. Nous devons maintenir cet élan politique et continuer à investir dans notre avenir commun.

Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie, des Finances et de la Relance













Semestre européen pour 2022

Le Conseil a lancé le Semestre européen annuel pour surveiller les politiques économiques, budgétaires et de l’emploi des États membres. Il a adopté les conclusions du rapport sur le mécanisme d’alerte 2022 et les conclusions de l’examen annuel 2022 de la croissance durable. Réunions du Conseil ECOFIN.












Mandat de l’UE pour la réunion du G20

Les ministres ont fourni des orientations pour la poursuite des travaux sur le mandat du G20 de l’UE, accélérant les préparatifs de la réunion des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 en Indonésie les 17 et 18 février 2022.







Divers

Sous le point « Divers », la présidence a informé les ministres des propositions législatives dans le domaine des services financiers. La délégation allemande a informé les ministres des priorités de la présidence du G7. Les ministres ont également pris note du dernier rapport d’investissement de la BEI.

























Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.