De combien de côtés la Russie fera-t-elle face à des sanctions ?

Bruxelles / Bratislava, 24 février (TASR) – Les dirigeants de l’UE conviennent lors d’un sommet extraordinaire jeudi d’imposer des sanctions à la Russie « conséquences massives » sur son économie. Ils s’appliqueront à « le secteur financier, l’énergie et les transports, les biens à double usage ainsi que le contrôle des exportations, le financement des exportations et la politique des visas », indiqué dans une déclaration du Conseil européen. Dans le même temps, Bruxelles étendra la liste des sanctions pour inclure les noms d’autres personnes en Russie et ajustera les critères selon lesquels elle évalue qui en fait partie.

Dans ce contexte, TASR donne un aperçu des sanctions approuvées ou même proposées contre la Russie.

Anciennes sanctions de l’UE

L’UE a imposé des sanctions à la Russie en réponse à l’annexion de la Crimée et au déclenchement du conflit dans l’est de l’Ukraine en 2014. Selon l’ONU, le conflit a fait 14 000 morts. L’UE a décidé le 13 janvier de cette année de prolonger les sanctions actuelles jusqu’au 31 juillet. La raison, selon l’UE, était que la Russie ne remplissait pas ses obligations envers l’Ukraine résultant des accords de paix de Minsk, et aussi à ce moment-là, on craignait de plus en plus que la Russie n’attaque l’Ukraine.

Les sanctions visent les secteurs financier, énergétique et de la défense de la Russie, ainsi que les biens pouvant être utilisés à la fois à des fins civiles et militaires.

Nouvelles sanctions de l’UE

L’UE a annoncé le 21 février qu’elle imposerait des sanctions aux personnes impliquées « acte illégal » La reconnaissance par la Russie des régions séparatistes de l’est de l’Ukraine – la République populaire de Donetsk (DRL) et la République populaire de Louhansk (LRR) en tant qu’États indépendants. Un jour plus tard, les États membres de l’UE ont convenu à l’unanimité d’adopter un ensemble de sanctions.

Des sanctions, dont le gel des avoirs et une interdiction de visa, s’appliqueront également aux 351 membres de la chambre basse du parlement russe qui ont soutenu la reconnaissance de la RPDC et de la LRR. La nouvelle liste des sanctions de l’UE comprend 27 personnes physiques et morales, dont des banques finançant des opérations russes dans le Donbass.

Un autre paquet de sanctions a été approuvé par l’Union jeudi immédiatement après le déclenchement de la guerre.

Vous pourriez être intéressé par : Les dirigeants européens se sont mis d’accord sur de nouvelles sanctions contre la Russie

Ils s’appliqueront à « le secteur financier, l’énergie et les transports, les biens à double usage ainsi que le contrôle des exportations, le financement des exportations et la politique des visas », indiqué dans une déclaration du Conseil européen. Dans le même temps, Bruxelles étendra la liste des sanctions pour inclure les noms d’autres personnes en Russie et ajustera les critères selon lesquels elle évalue qui en fait partie.

« Le Conseil acceptera immédiatement les propositions pertinentes préparées par la Commission (européenne) et le haut représentant (affaires étrangères et politique de sécurité de l’UE Josep Borrell) », la déclaration continue.

sanctions américaines

Le président américain Joe Biden a annoncé l’imposition de sanctions étendues aux banques et aux oligarques russes. Les États-Unis ont imposé des sanctions sur la dette nationale de la Russie. « Nous avons coupé le gouvernement russe du financement occidental », a déclaré le président américain. Les sanctions affecteront également « banque militaire » La Russie et sa banque publique de développement VEB.

Biden a signé une ordonnance interdisant aux Américains d’investir et de commercer dans les républiques séparatistes.

Le président Joe Biden parle de l’invasion russe de l’Ukraine à la Maison Blanche à Washington, le 24 février 2022.
Photo : TASR/AP

Les nouvelles sanctions visent également le chef des services secrets russes du FSB Alexander Bortnikov et son fils Denis, le chef de cabinet adjoint de Poutine Sergei Kiriyenko et son fils Vladimir, qui est le directeur du groupe VK, propriétaire du réseau social VKontakte. Une autre personne est le directeur exécutif de Promsvjazbank Pjotr ​​​​Fradkov.

La Maison Blanche a annoncé jeudi l’imposition de nouvelles sanctions en réponse à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe.

« Nous avons coupé la plus grande banque de Russie, qui détient elle-même plus d’un tiers des actifs bancaires de la Russie. Nous l’avons coupée du système financier américain. Et aujourd’hui, nous bloquons quatre autres grandes banques. Cela signifie que chaque actif qu’elles ont dans L’Amérique sera gelée. Cela comprend VTB – la deuxième plus grande banque de Russie, qui possède des actifs d’une valeur de 250 milliards de dollars « . Biden a annoncé. Ils ont été ajoutés à la liste des sanctions « les noms des élites russes et des membres de leur famille ». Biden a expliqué qu’il s’agissait de personnes qui « bénéfice personnel » de la politique du Kremlin.

A lire aussi : Les États-Unis ont imposé des sanctions à 24 personnes et organisations en Biélorussie

sanctions britanniques

Le 22 février, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que la Grande-Bretagne imposerait des sanctions à cinq banques russes et à trois milliardaires proches du Kremlin : Gennady Timchenko et Boris et Igor Rotenberg.

Les institutions financières sanctionnées comprennent Benk Rossija, IS Bank, General Bank, Promsvjazbank et Black Sea Bank.

Lesdits hommes d’affaires gèleront tous les biens qu’ils possèdent au Royaume-Uni et il leur sera interdit de s’y rendre, a déclaré Johnson, ajoutant que d’autres sanctions suivraient. Les sanctions britanniques sont aussi la cible des députés de la Douma qui ont voté en faveur de l’indépendance de Donetsk et Lougansk.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson le jeudi 24 février 2022.
Photo : TASR/AP

Johnson a ensuite annoncé la Grande-Bretagne jeudi « Il imposera le paquet de sanctions économiques le plus important et le plus sévère que la Russie ait jamais vu. »

Selon lui, toutes les grandes banques russes seront exclues du système financier du royaume insulaire, la deuxième plus grande banque russe VBT étant imposée « gel total des avoirs ». Selon Sky News, VBT vaut 154 milliards de livres.

Johnson a ajouté que le montant que les Russes pourraient avoir sur des comptes bancaires britanniques serait limité, le gel des avoirs s’étendant à environ 100 autres oligarques.

De plus, Aeroflot se verra interdire de voler vers le Royaume-Uni.

Autres pays

Le Canada a interdit le commerce avec les républiques séparatistes ainsi que le commerce de la dette souveraine russe. Il a également imposé des sanctions aux députés qui soutenaient la reconnaissance des républiques séparatistes. L’Australie et le Japon se sont également joints aux sanctions.

Message associé : Le Canada a annoncé des sanctions contre 58 personnes et institutions russes

En réponse à l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, le Premier ministre canadien Justin Trudeau a annoncé jeudi l’imposition de nouvelles sanctions à 58 personnes et institutions russes. Sanctions Canada touche des membres de l’élite russe et leurs familles, une organisation paramilitaire privée – le soi-disant groupe de Wagner – ainsi que des banques russes. Le Canada révoque également les licences d’exportation pour la Russie.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau s’exprime lors d’une conférence de presse à Ottawa le 24 février 2022.
Photo : TASR/AP

G7

Le président américain Joe Biden a annoncé jeudi sur Twitter que le groupe des sept pays les plus développés du monde (G7) s’était mis d’accord sur « paquets de sanctions destructeurs » contre la Russie.

« Ce matin (heure locale), j’ai rencontré (virtuellement) mes homologues du G7 pour discuter de l’attaque illicite du président (russe) (Vladimir) Poutine contre l’Ukraine et nous avons convenu d’introduire des ensembles de sanctions dévastatrices et d’autres mesures économiques pour tenir la Russie responsable,  » a écrit le chef de la Maison Blanche sur le réseau social Twitter. « Nous sommes aux côtés des braves ukrainiens », ajoutée.

Le G7, qui comprend les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, le Japon, le Canada, l’Allemagne et l’Italie, a précédemment condamné l’invasion russe de l’Ukraine dans une déclaration commune, affirmant qu’il s’agit d’une menace sérieuse pour l’ordre international.

Conseil de l’Europe

Le Conseil de l’Europe (RE) a annoncé jeudi qu’il envisagerait d’imposer des sanctions à la Russie pour son attaque contre l’Ukraine voisine. Les représentants permanents des 47 Etats membres de cette organisation intergouvernementale, basée à Strasbourg, dont font partie l’Ukraine et la Russie, se réuniront vendredi pour examiner d’éventuelles mesures contre le Kremlin, a indiqué le Conseil. Les pays membres discuteront spécifiquement de l’éventuelle suspension de l’adhésion de la Russie, a déclaré RE. Cela pourrait conduire à terme à son exclusion complète, commente l’AFP.


Vous pourriez être intéressé par :
Des sanctions contre la Russie seront également examinées par le Conseil de l’Europe à Strasbourg

Flux Nord

Le 22 février, le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé que l’Allemagne suspendait le processus d’approbation du gazoduc Nord Stream 2 jusqu’à nouvel ordre. Il a également averti que la suspension du projet Nord Stream 2 n’était que la première « spécifique » une étape qui pourrait être suivie par l’introduction de nouvelles sanctions contre la Russie.

Un jour plus tard, le président américain Joe Biden a déclaré que son administration imposerait des sanctions à Nord Stream 2 AG, responsable de la construction du controversé gazoduc russe.

RAPIDE

L’une des sanctions proposées était la déconnexion de la Russie du système bancaire international SWIFT – mais les États-Unis et l’UE n’ont pas encore franchi cette étape. Le démantèlement de la Russie de ce système a fait l’objet de discussions en 2014 après l’annexion russe de la Crimée. Le Kremlin a alors déclaré qu’une telle décision serait considérée comme une déclaration de guerre.

Sanctions contre Poutine

Les sanctions européennes contre la Russie devraient viser directement le président russe Vladimir Poutine et son administration, a déclaré jeudi le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.