Déclaration du ministre des Affaires étrangères Antony J. Blinken sur la menace russe à la paix et à la sécurité au Conseil de sécurité de l’ONU

MINISTRE BLINK : Monsieur le Président, ce Conseil s’est réuni aujourd’hui pour discuter de la mise en œuvre des accords de Minsk, un objectif que nous partageons tous, malgré les violations constantes de la Russie. Ces accords, négociés en 2014 et 2015 et signés par la Russie, restent au cœur du processus de paix pour résoudre le conflit dans l’est de l’Ukraine.

La principale responsabilité de ce conseil – la raison même de sa création – est de maintenir la paix et la sécurité. Nous pouvons dire que la menace la plus immédiate à la paix et à la sécurité est l’agression imminente de la Russie contre l’Ukraine.

Les paris vont bien au-delà de l’Ukraine. C’est un moment de danger pour la vie et la sécurité de millions de personnes, ainsi que pour la Charte des Nations Unies et un ordre international fondé sur des règles qui préserve la stabilité dans le monde. Cette crise affecte directement chaque membre de ce conseil et chaque pays du monde.

Parce que les principes fondamentaux qui maintiennent la paix et la sécurité – principes consacrés après les deux guerres mondiales et la guerre froide – sont menacés. Le principe qu’un pays ne peut pas changer les frontières d’un autre par la force. Le principe selon lequel un pays ne peut pas dicter une autre option ou politique, ou avec qui il s’associera. Le principe de la souveraineté nationale.

C’est exactement le genre de crise qui a conduit l’ONU – et ce Conseil de sécurité en particulier – à prévenir une telle crise.

Nous devons nous occuper de ce que la Russie fait à l’Ukraine.

Ces derniers mois, sans provocation ni excuse, la Russie a rassemblé plus de 150 000 soldats autour des frontières ukrainiennes, en Russie, en Biélorussie et en Crimée occupée. La Russie prétend retirer la force. Nous ne voyons pas cela se produire. Nos informations indiquent clairement que ces forces – y compris des forces terrestres, des avions, des navires – se préparent à attaquer l’Ukraine dans les prochains jours.

Nous ne savons pas exactement comment les choses vont se passer, mais voici ce à quoi le monde peut s’attendre. En fait, cela se produit en ce moment même, aujourd’hui, alors que la Russie prend des mesures sur la voie de la guerre et de la menace d’une action militaire.

Premièrement, la Russie prépare un prétexte pour son attaque. Il pourrait s’agir d’un incident violent dont la Russie accuse l’Ukraine, ou d’une accusation que la Russie portera contre le gouvernement ukrainien. Nous ne savons pas exactement à quoi cela ressemblera. Il pourrait s’agir d’un soi-disant attentat à la bombe « terroriste » en Russie, de la « découverte » d’une fosse commune, d’une attaque par drone contre des civils, ou d’une fausse – voire réelle – attaque chimique. La Russie peut qualifier cet événement de nettoyage ethnique ou de génocide, se moquant d’un concept que nous, dans cette Assemblée, ne prenons pas à la légère, et que je ne prends pas moi-même à la légère en raison de mon histoire familiale.

Ces derniers jours, les médias russes ont commencé à diffuser certaines de ces fausses alertes et allégations pour maximiser l’indignation du public et jeter les bases d’une justification de guerre fabriquée. Aujourd’hui, ce coup de tambour n’a fait que s’intensifier – dans les médias contrôlés par l’État russe. Aujourd’hui, nous avons entendu certaines de ces accusations non fondées de la part d’orateurs soutenus par la Russie.

Deuxièmement, en réponse à cette provocation artificielle, les plus hauts niveaux du gouvernement russe peuvent convoquer théâtralement des réunions extraordinaires pour résoudre la soi-disant crise. Le gouvernement publiera des déclarations déclarant que la Russie doit répondre à la défense des citoyens russes ou des Russes de souche en Ukraine.

Il est également prévu de lancer une attaque. Des missiles et des bombes russes tomberont sur l’Ukraine. La communication sera bloquée. Les cyberattaques fermeront les principales institutions ukrainiennes.

Ensuite, les chars et les soldats russes avanceront vers des cibles clés qui ont déjà été identifiées et cartographiées dans des plans détaillés. Nous pensons que ces objectifs incluent la capitale de la Russie – la capitale de l’Ukraine, Kiev, une ville de 2,8 millions d’habitants.

Et les attaques conventionnelles ne sont pas tout ce que la Russie prévoit d’infliger au peuple ukrainien. Nous avons des informations qui suggèrent que la Russie se concentrera sur des groupes spécifiques d’Ukrainiens.

Nous avons averti le gouvernement ukrainien de tout ce qui s’en vient. Et nous le disons ici en détail aujourd’hui, en espérant qu’en partageant ce que nous savons avec le monde, nous pourrons influencer la Russie à abandonner la voie de la guerre et à choisir une autre voie pendant qu’il est encore temps.

Je me rends compte maintenant que certains ont remis en cause nos informations, rappelant des cas antérieurs où les nouvelles n’ont finalement pas confirmé nos informations. Mais pour être clair : je ne suis pas ici aujourd’hui pour déclencher une guerre, mais pour l’empêcher. Les informations que j’ai données ici sont confirmées par ce que nous avons vu sous nos yeux depuis des mois. Et rappelez-vous que bien que la Russie ait à plusieurs reprises ridiculisé nos avertissements et nos alarmes comme un mélodrame et un non-sens, entre-temps, plus de 150 000 soldats se sont régulièrement amassés aux frontières de l’Ukraine, ainsi que la capacité de mener une attaque militaire massive.

Nous ne sommes pas les seuls à le voir : les alliés et les partenaires voient la même chose. Et la Russie ne l’a pas seulement entendu de nous. La communauté internationale est devenue de plus en plus bruyante.

Si la Russie n’attaque pas l’Ukraine, alors nous serons soulagés que la Russie ait changé de cap et prouvé que nos prédictions étaient incorrectes. Ce serait un bien meilleur résultat de la direction que nous suivons actuellement. Et nous sommes heureux d’accepter toute critique que quiconque nous adresse.

Comme l’a dit le président Biden, ce serait une guerre électorale. Et si la Russie décide, il est clair pour nous, ainsi que ses alliés et partenaires, que notre réponse sera forte et décisive. Le président Biden l’a répété avec insistance plus tôt cette semaine.

La Russie peut encore faire un autre choix s’il y a une part de vérité dans son affirmation selon laquelle elle est attachée à la diplomatie.

La diplomatie est le seul moyen responsable de gérer cette crise. Une partie essentielle de cela est la mise en œuvre des accords de Minsk, qui est le sujet de notre réunion d’aujourd’hui.

Il y a un certain nombre d’engagements pris par la Russie et l’Ukraine à Minsk, avec des partenaires de l’OSCE et du format Normandie.

Si la Russie est prête à s’asseoir avec le gouvernement ukrainien et à travailler sur le processus de mise en œuvre de ces engagements, nos amis de la France et de l’Allemagne sont prêts à convoquer des discussions de haut niveau au format normand pour résoudre ces problèmes. L’Ukraine est prête pour cela. Et nous sommes tout à fait disposés à soutenir toutes les parties.

Les progrès dans la résolution de la crise du Donbass grâce aux accords de Minsk peuvent renforcer les discussions plus larges sur les questions de sécurité dans lesquelles nous sommes prêts à nous engager avec la Russie en coordination avec nos alliés et partenaires.

Il y a plus de trois semaines, nous avons fourni à la Russie un document détaillant les mesures concrètes et réciproques que nous pouvons prendre dans un avenir proche pour répondre à nos préoccupations et promouvoir les intérêts de sécurité collective de la Russie, des États-Unis et de nos partenaires et alliés européens. Ce matin, nous avons reçu une réponse que nous évaluons.

Aujourd’hui, j’ai envoyé une lettre au ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov proposant que nous nous rencontrions la semaine prochaine en Europe à la suite de nos entretiens de ces dernières semaines pour discuter des mesures que nous pouvons prendre pour résoudre cette crise sans conflit. Nous proposons également des réunions du Conseil OTAN-Russie et du Conseil permanent de l’OSCE.

Ces réunions peuvent ouvrir la voie à un sommet des principaux dirigeants dans le contexte de la désescalade afin de mieux comprendre nos préoccupations mutuelles en matière de sécurité. En tant que chefs de file de la diplomatie de nos nations, nous avons la responsabilité de tout mettre en œuvre pour assurer le succès de la diplomatie afin de ne laisser aucune pierre diplomatique non retournée.

Si la Russie s’est engagée dans la diplomatie, nous lui donnons toutes les chances de prouver cet engagement.

Je suis convaincu que la réponse à mes remarques d’aujourd’hui sera de nouvelles déclarations du gouvernement russe selon lesquelles les États-Unis incitent à l’hystérie ou que la Russie n’a « aucun projet » d’envahir l’Ukraine.

Alors permettez-moi de simplifier cela. Le gouvernement russe peut annoncer aujourd’hui – sans réserve, ambiguïté ou déviation – que la Russie n’attaquera pas l’Ukraine. Préciser. Dites clairement au monde. Et puis montrez-le en renvoyant vos troupes, vos chars, vos avions dans leurs casernes et leurs hangars, et envoyez vos diplomates à la table des négociations.

Dans les jours à venir, le monde se souviendra de cet engagement – ou du refus de le tenir. Je renonce à mes mots.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.