Défaite serrée de Mura chez le favori en France

Les champions de football slovènes étaient les plus proches du premier point lors du quatrième match de la ligue de conférence. Après un dur combat, ils ont perdu 0-1 à Rennes, les hôtes inscrivant le seul but à la 76e minute de la pause. Avec un jeu chaleureux et combatif, discipliné en défense, les habitants de Prekmurje ont laissé une très solide impression. Le prochain match sera de rêve : Tottenham jouera au People’s Garden le 25.

« Nous n’allons pas au match dans les meilleures conditions sanitaires, mais nous avons hâte de nous battre de manière compétitive », a annoncé la quatrième apparition de l’entraîneur de Mura. Ante Šimundža, qui a préparé la configuration tactique et le onze après une analyse approfondie et surtout après ce que les joueurs et lui ont vécu lors du premier match il y a deux semaines dans le Jardin du Peuple. « Vous sentez la vraie puissance de vos rivaux sur le terrain », a ajouté le joueur de 50 ans originaire de Maribor à la différence entre la pratique et la théorie.

Le deuxième test pratique d’hier soir a rapidement révélé la formule choisie par Šimundža. Il a utilisé sa riche expérience, les habitants de Prekmurje se sont opposés aux favoris clairs à la manière de Maribor. Ou tout comme les Violets l’ont fait contre Lyon il y a 22 ans, lorsque Šimundža a également défendu et défendu les attaques des dirigeants alors incontestés du football interclubs français.

Avec un placement ferme et discipliné de deux blocs défensifs (5-4), Sobočani a vraiment permis aux Français de jouer à 40 mètres du but pratiquement toute la première mi-temps avec un gros avantage en possession du ballon (70:30%). Matko Obradovic, mais dans un espace aussi compact et avec une discipline vraiment exceptionnelle, ils ont limité tous les autres avantages des hôtes dans les 45 premières minutes. Surtout, la vitesse. Pour tout le reste, une « mastercard » en forme de gardien de but était disponible Matko Obradovic – quand ça sentait le but, le Dalmatien était un dernier obstacle insurmontable.

Quinze coups de feu ont été tirés par les hôtes, Mura n’en était proche.

Les champions de Slovénie n’avaient aucune raison de changer leur façon de jouer en seconde période. Ils ont réalisé leurs plans, les hôtes étaient ceux qui cherchaient des moyens de rencontrer les joueurs de Prekmurje coriaces et chaleureux, qui menaçaient sérieusement pour la première fois après une heure de jeu. C’est au coin de la rue Nik Lorbek au deuxième but, il a tenté de surprendre, mais l’un des défenseurs locaux a bloqué le ballon.

Rennes a attaqué de manière encore plus décisive en seconde période, mais les invités noirs et blancs ont également montré des ambitions plus offensives. Ils n’étaient pas inoffensifs, au contraire, après chaque tentative, les supporters locaux dans les tribunes retenaient leur souffle.

L’attaquant local Serhou Guirassy était impuissant face aux solides défenseurs de Soboj. PHOTO : Stéphane Mahé / Reuters

Le très sympathique Mura fonctionnait de manière si fiable que les Français avaient déjà de l’eau dans la gorge. Il n’est pas sorti du jeu, des coups ont volé devant la porte ou au-dessus. Le dernier espoir était les interruptions. Et c’est ce qui a valu à l’équipe locale un but salvateur lorsque, après une passe du Croate Lovro Majer d’un coup franc avec la tête d’Obradović emmêlé Loïc Bade.

Mais les indigènes ne sont pas encore complètement sauvés. Mura a rongé jusqu’au dernier coup de sifflet de l’arbitre et a courageusement cherché l’égalisation.

« Nous étions tactiquement bons. Malheureusement, nous avons encaissé un but dès la première pause et demi. Le zèle de travail et le sacrifice étaient au maximum », a déclaré Šimundža après le match pour la chaîne A.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.