Elle est plus attirée par le sport et la nature que par le divertissement


Pourriez-vous dire par vous-même que vous poursuivez un travail de rêve ? Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre travail ?

Je suis impliqué dans le travail télévisuel depuis le milieu du lycée. Même alors, je savais que travailler devant la caméra était ce que je voulais faire. Donc, fondamentalement, oui, c’est le travail de mes rêves. Surtout maintenant que je peux combiner le sport, que je suis de toute façon et qui, comme la musique, fait partie intégrante de ma vie, avec la caméra. Dans ce travail, cela me convient qu’il n’y ait pas de routine, la journée dans mon travail n’est jamais la même que la journée, les horaires sont complètement divisés, le sport a lieu tous les jours de l’année. Je n’ai pas de week-ends et de jours fériés libres. Je sais qu’un tel horaire causerait beaucoup de problèmes à plusieurs, mais il me serait difficile de travailler au travail avec du « de à » du travail. Il est vrai cependant que la vie privée en pâtit parfois. Maintenant que je suis célibataire, tout cela me convient toujours, mais je ne sais pas ce que ce sera quand j’aurai une famille.


Êtes-vous un passionné de sport? As-tu ton idole ?

Je n’ai jamais eu d’idoles de ma vie, j’ai des favoris. Peut-être que le terme idole s’est un peu rapproché de Valentino rossJe le suis depuis le début de sa carrière en Moto GP. Cependant, je suis un grand fan, surtout quand je regarde les matchs de l’équipe nationale dans divers sports. J’ai aussi des favoris individuels qui ne sont pas toujours des concurrents slovènes.


Vous étiez aussi un athlète actif. Le sport fait-il encore partie de votre vie lorsque votre caméra TV s’éteint ?

Cela fait toujours partie intégrante de ma vie. Mais je n’aime pas les activités d’intérieur, pour moi les activités de plein air, en lien avec l’adrénaline et dans la nature, comptent. Je ne jure que par le ski, le snowboard et le surf des vagues, l’équitation…


Comment se passent vos journées en ce mois le plus chargé de l’année ?

En fait, d’habitude, comme le reste de l’année, je dois m’habiller beaucoup plus car enfant, l’été me donne tout le temps froid. Mes constantes sont le travail et le temps pour moi alors que je fuis tout le monde et tout dans la nature. Je ne suis en aucun cas l’un des fêtards de décembre qui peuvent à peine attendre toutes les fêtes que cette fois apporte et même y adapter leurs horaires. En plus de décorer ma maison, mon rendez-vous annuel de décembre était une visite de plusieurs jours dans l’une des capitales. Je suis fascinée par l’impulsion festive de la décoration et les feux d’artifice du Nouvel An qui inspirent l’espoir, même si je suis consciente que derrière les paillettes se cachent aussi de nombreux faits non scintillants. Il y a des années, j’ai connu la déception à Barcelone. Avec son éclat festif, la ville ne m’a pas laissé d’impression particulière. Au lieu du fabuleux feu d’artifice du Nouvel An, au Plaço de Catalunya, où l’événement principal a eu lieu, à ma désagréable surprise, l’arrivée du Nouvel An n’a été annoncée que par une énorme horloge sur la place. Ce n’est qu’à ce moment-là que j’ai appris qu’il n’y avait pas eu de feu d’artifice à Barcelone, contrairement à Madrid. Cependant, décembre est la seule période de l’année où je choisis des endroits pour voyager, c’est-à-dire le béton et la foule, que je préfère éviter.


Soi-disant, vous avez vécu au Brésil pendant un certain temps. Comment vous souvenez-vous de cette période ?

C’est une aventure qui m’a surtout appris que je planifie certaines choses un peu plus en détail. Je choisis souvent des décisions intuitivement, mais maintenant je sais que l’intuition doit être réconciliée avec la raison. La décision de déménager au Brésil a mûri en un, deux mois et j’imaginais tout beaucoup plus facile. Ce n’est que là que j’ai commencé à réaliser la grandeur multiforme de cette terre. De la diversité culturelle et sociale aux distances qui ont pris pour moi une toute autre dimension. Les Brésiliens ne sont pas pressés, la bureaucratie est lente lorsque vous prenez rendez-vous, il est normal que cela signifie au moins une demi-heure plus tard. Cela m’a mis assez en colère les premiers mois, mais j’ai vite réalisé que je n’avais d’autre choix que d’intérioriser leur dimension temporelle. De plus, j’ai commencé à apprécier la sécurité qui s’était imposée à moi jusqu’alors. Pouvoir marcher dans les rues sans soucis à tout moment de la journée est un privilège que nous avons encore en Slovénie. Cette période a été une expérience unique avec tout ce qui s’est passé, et je ressens toujours le Brésil comme ma maison. Au Brésil, j’ai aussi commencé à percevoir décembre différemment, l’ambiance festive et le réveillon y sont assez différents. Les Brésiliens s’habillent en blanc pour la nuit la plus longue de l’année, et à minuit, la déesse de la mer, Yemanja, reçoit des fleurs et des bijoux dans l’eau, suivis d’un saut dans l’eau pour laver toutes les mauvaises choses de l’année écoulée .


Qu’est-ce qui vous passionne le plus lorsque vous explorez à l’étranger ?

Pour les voyages, je choisis toujours des pays qui donnent un aperçu d’une vie et d’une culture philosophique différentes, je suis fasciné par la diversité géographique et naturelle. Voyager est bénéfique pour moi, il enrichit ma personnalité à tous les niveaux de vie. En plus du Brésil, j’ai été impressionné par la nature extraordinaire du Cap-Vert, les gens y sont humbles et hospitaliers, leur langue officielle est mon portugais préféré. La Californie, où je pourrais facilement déménager et me lancer dans le style de vie, a également une place spéciale dans mon cœur. Mais l’océan est aussi ce qui unit mes pays bien-aimés.


Les tentacules de l’épidémie, qui nous laisse la plupart du temps à l’abri de la maison, ont certainement contrecarré vos projets de voyage, mais pourtant – de quel pays rêvez-vous lorsque les virus sont vaincus ?

En tête de liste figurent le Cambodge, le Vietnam et le mystique Kamtchatka. La pandémie me fait me sentir à l’étroit, les frontières du monde se sont rétrécies. Autrefois, il était possible de se rendre à un bout du monde en une journée, maintenant tout est compliqué et incertain. En ce moment, donc, je préfère opter pour des endroits à travers l’Europe. L’année dernière, deux voyages sont tombés à l’eau, l’année dernière la compagnie aérienne a annulé le vol vers la Californie, ce printemps vers le Brésil. Maintenant, je préfère attendre le résultat de tout, sinon mes plans sont définitivement fixés.


Où vous voyez-vous dans dix ans ? Je t’ai vu vouloir obtenir une licence de détective. Vous voyez-vous dans le monde des enquêtes dans le futur plutôt qu’à la télévision ?

Je sais où je veux regarder, mais ce n’est pas bon de le révéler à l’avance. En principe, je vis pour l’ici et maintenant, j’ai des lignes directrices pour me détourner au moins partiellement de décisions imprévisibles et instantanées qui me surprennent parfois. Je n’envisage pas de dire au revoir à la caméra pour l’instant, je jouais avec l’idée d’une formation de détective déjà pendant mes études. Il a mûri l’année dernière lorsque j’ai eu plus de temps en raison d’annulations de voyages. Je pense qu’il serait difficile de concilier un travail régulier à la télévision avec un travail dans le domaine du détective, mais je ne sais jamais quand cette connaissance me sera utile.


Peut-être qu’une devise vous guide dans la vie ?

Je n’ai pas de devise constante, mais il y a pas mal de pensées qui me traversent la tête à différentes étapes de la vie et des circonstances. Parce que je suis assez spontanée, aventureuse, j’ai besoin d’action et d’une vie active. J’aime essayer de nouvelles choses, donc ma devise ces derniers temps est : il vaut mieux faire quelque chose tout de suite, peu importe l’opportunité du moment, que de regretter plus tard de ne pas l’avoir fait. Bien sûr, cela ne devrait pas affecter négativement les autres, car je crois fermement au karma ou à la loi de la réaction.


Les vacances sont à la porte, à quel point le cadeau de décembre est-il proche pour vous ?

J’aime offrir des cadeaux, mais j’aime aussi accepter des cadeaux. (Rires.) Je préfère l’attention à certains biens matériels. À la maison, nous offrons toujours des cadeaux pour Noël, parents, sœurs, beaux-frères, nièces, neveux… Habituellement, je choisis toujours quelque chose d’utile et d’utile qui dure pour un cadeau. Je suis moi-même très satisfait des livres.

Damien Dupont

"Aficionado du bacon. Troublemaker. Créateur professionnel. Praticien d'Internet. Musicaholic. Écrivain total. Passionné de bière. Ninja de la culture pop."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.