Entretien avec Anita Horvat : Sinon très stressant, mais s’améliore de course en course

Anita Horvat franchit la barrière des deux minutes lors de ses trois dernières courses de 800 m. En demi-finale des Championnats du monde à Eugene, elle s’est qualifiée pour la finale avec un record personnel de 1: 59,60, puis a pris la 7e place avec un temps de 1: 59,83. Samedi dernier, lors du meeting d’athlétisme de la Diamond League à Chorzow en Pologne, elle a terminé à la troisième place avec un nouveau record personnel de 1:58.96. C’est pourquoi on attend beaucoup d’elle lors du prochain Championnat d’Europe à Munich.

Bien sûr, la septième place aux Championnats du monde en Oregon a été une grande surprise pour vous en tant que nouveau venu dans les deux tours du stade.

« Comme je l’ai déjà dit, c’était un championnat surprise pour moi. En fait, j’étais meilleur d’une course à l’autre, sinon tout cela était très stressant pour moi, mais c’était surtout inattendu. »

De votre discipline d’origine, courir le 400 m, vous êtes passé au 800 m. Il y a toujours un sens à une telle décision.

« La raison principale était que je ne suis pas assez rapide sur 400m. Je devrais vraiment avoir un peu plus de vitesse, j’en manque, à cause de cela je n’ai jamais pu percer dans le top des concurrents. Mais je suis toujours rapide assez pour 800 m, ces dernières années je me suis beaucoup entraîné pour l’endurance. »

Vous dites vous-même après les performances que vous manquez toujours de concentration tactique, ce qui est compréhensible pour un nouveau venu sur cette piste.

« Je ne suis pas encore très douée pour être dans une foule, je ne sais pas exactement comment une fille réagit et réagira, je n’ai pas couru avec eux autant de fois. Tout m’est encore un peu étranger, je’ Je me rattrape encore un peu, mais je pense que dans un an, peut-être deux, une fois que j’aurai appris à les connaître, ce ne sera plus un problème. »

Ils étaient les seuls Européens à participer à la finale de la Coupe du monde avec le médaillé d’argent britannique Keely Hodgkinson. Hodgkinson (1:56.38) est en tête du classement européen de cette année, devant ses compatriotes Laura Muir (1:57.87) et Jemma Reekie (1:58.44). Vient ensuite Rénelle Lamote de France (1:58.48), puis vous êtes le temps. Ce sera plus ou moins une compétition pour le sommet à Munich également.

« Aussi une femme italienne Elena Bellò (1:58.97) est très proche, nous sommes tous en quelque sorte ensemble, quelque chose dépendra aussi de la chance sportive, de la forme quotidienne. Laissons-nous surprendre. »

Bien sûr, l’entraîneur Tevž Korent est également à blâmer pour ce virage réussi à 800 m.

« Le mérite lui revient à cent pour cent. Au fond, quand je suis venu vers lui, c’était aussi son idée, on en a parlé, à savoir changer de discipline. Il m’a dit pourquoi et j’étais d’accord avec lui. Je m’entraîne avec lui depuis deux ans maintenant, nous nous entendons très bien et j’ai aussi une super équipe. »

Bien sûr, après être passé au 800 m, il fallait ajuster son entraînement. Par exemple, à quoi ressemble-t-il ?

« Je travaille beaucoup plus l’endurance qu’avant. Les distances parcourues sont différentes, chaque entraînement est différent. »

Aviez-vous un modèle que vous admiriez, avant à 400 m, maintenant à 800 m ?

« En fait, je m’en souviens très bien Jolande Ceplak (c’est bien sûr le champion d’Europe du 800 m de 2002, le championnat s’est déroulé à Munich, op. p.). Sinon, j’étais très, très jeune à l’époque, donc je me souviens surtout d’elle sur les panneaux d’affichage et autres. Je n’ai pas vraiment de modèle précis. »

Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.