Erdogan remplace le ministre de la Justice et le chef du bureau des statistiques

Gul, qui est ministre de la Justice depuis 2017, a annoncé aujourd’hui sa démission via Twitter. Erdogan a annoncé un nouveau ministre, Bozdag, membre du Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, qui était ministre de la Justice avant Gul.

Sur Twitter, Bozdag a remercié Erdogan pour la confiance, rapporte l’agence de presse allemande dpa.

Les organisations de défense des droits de l’homme critiquent la Turquie en raison de l’influence croissante de la politique sur le système judiciaire. Ils rapportent des jugements politiquement motivés et la répression de l’insurrection.

Erdogan a également remplacé le chef du bureau des statistiques. Sait Erdal Dincer part dans moins d’un an et sera remplacé par Erhan Cetinkaya. Les partis d’opposition ont accusé le bureau turc des statistiques de manipuler les données sur l’inflation et d’induire le public en erreur à une époque de grande instabilité économique. L’institut nie toutes les allégations.

Officiellement, la Turquie a enregistré un taux d’inflation annuel de 36% l’année dernière, le plus élevé des 20 ans de règne d’Erdogan. Selon des estimations non officielles, l’inflation pourrait atteindre 82 %.

Le changement à la tête du bureau des statistiques n’est qu’un élément d’une série de mesures qui, selon les détracteurs d’Erdogan, servent à faire respecter sa volonté et à donner une image positive de la Turquie. Depuis juillet 2019, par exemple, le président turc a déjà remplacé trois gouverneurs de banques centrales.

Erdogan a également menacé aujourd’hui les médias turcs de conséquences juridiques s’ils rapportaient des informations contraires aux « valeurs nationales et morales ». Dans le décret, il a souligné la nécessité de protéger les familles, les enfants et les jeunes des « contenus médiatiques préjudiciables », selon l’agence de presse française AFP.

Il a donc ordonné aux autorités de saisir la justice contre les « effets dévastateurs » de certains contenus médiatiques. Il n’a pas révélé le contenu.

Les critiques sont convaincus qu’il s’agit d’une nouvelle tentative de faire taire les opinions dissidentes à l’approche des élections de l’année prochaine.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.