France : évêque et ministre sur le silence confessionnel

Le président de la Conférence épiscopale française, Mgr Eric de Moulins-Beaufort, et le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, ont discuté du silence confessionnel lors d’une réunion à Paris.

La raison de leur rencontre était un reportage sur les scandales d’abus sexuels dans l’Eglise de France, qui a été présenté début octobre de cette année après deux ans et demi d’enquêtes, rapporte le portail Internet Vatican News.

La non-déclaration d’un crime est un crime en soi selon la loi française.

Lors de la présentation du rapport, Jean-Marc Sauvé, chef de la Commission d’enquête indépendante, a recommandé un assouplissement du silence confessionnel : cela ne doit pas servir d’excuse aux prêtres pour ne pas signaler les cas d’abus sexuels aux autorités compétentes. Mgr De Moulins-Beaufort a expliqué dans une interview à la radio que « le silence confessionnel est plus fort que les lois de la république ».

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin PHOTO : Vatican Media

Cela a suscité un débat houleux dans le monde politique, l’Église et la société. Le défaut de signalement d’un crime est un crime en soi selon la loi française ; cependant, il y a aussi la protection des « secrets professionnels » dans la loi. Le ministre de l’Intérieur a demandé à l’archevêque de Reims de parler du silence confessionnel, tout en expliquant explicitement qu’il s’agissait d’une invitation et non d’une invitation.

« Formulation maladroite »

Lors de la réunion, Darmanin, selon ses propres déclarations, a souligné que la France n’a pas de loi qui serait au-dessus du droit national. L’archevêque a réitéré « la détermination de tous les évêques à donner la priorité à la protection des enfants sur toutes les autres obligations ». Il a assuré que l’Eglise « travaillerait en étroite collaboration » avec les autorités étatiques compétentes.

La France n’a pas de droit supérieur au droit national.

Mgr De Moulins-Beaufort a reconnu avoir utilisé des « formulations maladroites » dans la conversation, qu’il a également expliquées au ministre de l’Intérieur. Il a demandé pardon aux victimes d’abus et à tous ceux qu’il a offensés par sa déclaration, car le débat sur le silence confessionnel qu’il a suscité a suscité une attention publique supplémentaire sur le rapport d’abus, ce qui a encore plus accablé les victimes.

Le ministre de l’Intérieur Darmanin a qualifié de fructueuse la conversation avec le président de la Conférence épiscopale française et a demandé à tous les prêtres qui auraient entendu parler d’actes d’abus sexuels lors de leur confession de contacter les autorités judiciaires de l’État avec leurs informations.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.