GAZPROM FOURNIT DE MOINS EN MOINS DE GAZ AUX PAYS EUROPÉENS. LA FRANCE N’OBTIENT PAS DE GAZ RUSSE.



Gazprom. Photo : EPA

Pendant ce temps, l’Allemagne fait face à une coupure d’approvisionnement de 60% depuis plusieurs jours.

La France n’a pas reçu de gaz naturel de Russie via le gazoduc depuis le 15 juin, selon l’agence de presse française AFP, a annoncé le gestionnaire de réseau GRTgaz. Le pays obtient environ 17% de son gaz de Russie via des connexions au réseau avec l’Allemagne, qui dépend fortement des approvisionnements russes et a décrit la décision de Gazprom de couper les approvisionnements comme politique.

Néanmoins, selon GRTgaz, il n’y a actuellement aucun risque pour les stocks de gaz français, car les stocks sont pleins à 56%, contre 50% habituellement en juin.

La France et d’autres pays ont augmenté leurs importations de gaz en provenance d’Espagne via des gazoducs depuis l’attaque militaire russe contre l’Ukraine, tout en augmentant leurs achats de gaz naturel liquéfié par bateau. Une grande partie du GNL provient toujours de Russie, la France étant actuellement l’un des plus gros acheteurs, selon un rapport du Centre finlandais de recherche sur l’énergie et l’air pur.

Nouvelle coupure d’approvisionnement pour l’Italie

Pendant ce temps, l’Italie a été frappée par une nouvelle réduction de l’offre aujourd’hui, à savoir 50%, a annoncé Eni, après que Gazprom a réduit l’offre de 15% mercredi et de 35% jeudi. Même en Italie, ils sont d’avis que la décision de Gazprom est politique.

Face aux tensions entre la Russie et l’Occident dues à l’Ukraine, Gazprom défend la réduction de la quantité de gaz fournie à l’Europe. Il a justifié la réduction de l’approvisionnement en gaz via le gazoduc Severni tok 1 en raison de retards dans la réparation de la station de compression de Portovaja, où les composants sous pression sont en cours de réparation par la société allemande Siemens Energy.

Siemens a déjà expliqué que la turbine à gaz, qui est en réparation au Canada, ne peut actuellement pas être livrée depuis Montréal en raison des sanctions contre la Russie. Avec seulement trois turbines en fonctionnement à la centrale, celle-ci ne peut fournir que 100 millions de mètres cubes de gaz par jour contre 167 millions de mètres cubes prévus.

Premier ministre italien Mario Draghi a rejeté les excuses de Gazprom jeudi, affirmant qu’il s’agissait d’un problème technique. « Nous et l’Allemagne et d’autres pensons que c’est un mensonge », il a dit. Selon lui, Gazprom, qui estime que Moscou a parfaitement le droit de jouer selon ses propres règles, utilise l’approvisionnement en gaz pour « politique » fins.

Réduction de moitié des livraisons vers la Slovaquie également

Aujourd’hui, la Slovaquie est également confrontée à une réduction de moitié de ses approvisionnements en gaz. Cela a été suivi d’une contraction de 10 % mardi, d’une contraction de 15 % mercredi et d’une contraction de 30 % jeudi. Cependant, cela ne menacera pas le pays, car la société slovaque SPP a signé un contrat pour la fourniture de gaz via la mer du Nord, et un pétrolier avec du gaz liquéfié en provenance de Croatie est également en route. De plus, les entrepôts sont remplis à environ 52 %.

Cependant, Moscou a perdu plusieurs clients gaziers européens après avoir exigé que tous « hostile » pays paient le gaz naturel russe en roubles. Les approvisionnements en gaz de la Pologne, de la Bulgarie, de la Finlande et des Pays-Bas ont été temporairement suspendus car ils ne veulent pas payer en roubles.

Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.