Golob a signé la proposition d’une nouvelle alliance centriste à Bruxelles



Robert Golob soutient l’unification des partis libéraux centristes à Bruxelles. Photo: BoBo

La nouvelle alliance lierait « divers composants » groupes politiques Renouveler l’Europe au Parlement européen – le parti des libéraux européens Alde, le Parti démocrate européen (EDP) et quelques autres partis centristes. La lettre a été signée par des représentants de sept partis dirigés par le parti libéral centriste de Macron Naprej republika ou, en fin de compte, Revival, écrit Politico.

Parmi les sept signataires figurent Stanislas Guérini au nom du renouveau et Robert Golob le Premier ministre bulgare au nom du mouvement Svoboda Kiril Petkov au nom du parti Nous poursuivons le changement et l’ancien Premier ministre français Édouard Philippe pour le compte du client Obzorje.

« Bien que les partis politiques que nous représentons ne soient encore affiliés à aucun parti politique européen, nous sommes fiers de faire partie de la même famille politique », ont-ils écrit vendredi dans une lettre adressée aux coprésidents du parti Alde Timmy Dooley et Ilhan Kjučjuk.


Emmanuel Macron.  Photo : EPA
Emmanuel Macron. Photo : EPA

Un héritage de valeurs libérales et démocratiques

Bien qu’ils aient des histoires différentes et des contextes nationaux et des plates-formes politiques différents, ils s’inspirent tous mutuellement « l’héritage des partis libéraux et démocrates » et « le succès et la dynamique du groupe Renew Europe ». Ils sont également unis par des valeurs communes, telles que l’État de droit et la lutte contre la corruption.

« C’est pourquoi nous sommes prêts à nous unir dans un seul parti politique européen. Cette maison commune doit reposer sur les bases solides du parti Alde et s’appuyer sur les idées nouvelles de nos mouvements politiques », ont-ils souligné.

Dans la lettre, ils proposent déjà le 23 juin à Bruxelles pour la première réunion, puis un congrès extraordinaire devrait suivre plus tard cette année, après quoi ils pourraient commencer à préparer les élections européennes de 2024. Ils sont convaincus qu’ils peuvent sortir comme « la première force politique de notre continent » et offrir aux Européens « une voix forte libérale, démocrate et réformiste »dont ils ont plus que jamais besoin.

Macron augmenterait son influence à Bruxelles

Selon le portail en ligne bruxellois Politico, qui a été le premier à rendre compte de la lettre susmentionnée, la nouvelle alliance augmenterait l’influence de Macron dans la politique européenne, tout en signifiant la fin d’Alde en tant que groupe politique indépendant.

Fondé il y a plus de 40 ans et représentant plus de 70 partis libéraux en Europe, le parti Alde est le troisième parti politique européen, après le Parti populaire européen (PPE) de centre droit et les sociaux-démocrates européens (PSE).

Cadre plus large que Alde

« La nouvelle alliance offrirait un cadre plus large qu’Alde », a déclaré à Politico un représentant anonyme du groupe Renew. « Alde est fondamentalement libéral et nous voulons construire là-dessus, mais nous pouvons faire quelque chose de plus large », il ajouta.

Comme l’écrit Politico, l’alliance de Macron est idéologiquement proche d’Aldej, le président français a également assisté à plusieurs réunions régulières d’Aldej à Bruxelles avant les réunions du Conseil européen. Dans le même temps, il a évité l’adhésion à part entière à Aldej.

Le parti de Golob, Gibanja Svoboda, qui a été fondé juste avant les récentes élections législatives en Slovénie, n’est encore membre d’aucune alliance politique européenne. Comme prévu, ils devraient rejoindre Aldej car il est étroitement lié aux partis LMŠ et SAB, qui sont membres d’Aldej.

Colombe pour s’unir au milieu Macron

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.