Gurnah : les réponses des gouvernements britannique et français à la crise des réfugiés sont « assez inhumaines »



Abdulrazak Gurnah (1948) a fui Zanzibar en 1967 pour la Grande-Bretagne, où il a ensuite acquis la citoyenneté. Il a reçu le prix Nobel pour les romans axés sur le sort des réfugiés et les effets du colonialisme. Photo : EPA

« Il y a, à mes yeux, quelque chose d’assez inhumain dans les réponses de ces deux gouvernements, je veux dire en particulier du gouvernement britannique,a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse virtuelle le lendemain de la réception de la médaille et du diplôme Nobel à l’ambassade de Suède à Londres. Selon Gurnach, un retraité de 72 ans, professeur d’anglais et de littérature postcoloniale, tente de traverser le détroit, « assez inhabituel« .

Pas de félicitations du gouvernement britannique
Le lauréat du prix Nobel a également déclaré qu’il se demandait si le fait que le gouvernement britannique ne l’ait pas félicité pour ce prix pouvait être dû au fait qu’il était né en Afrique. Selon lui, il est possible qu’ils ne le voient pas comme quelqu’un qu’ils sont obligés de féliciter, rapporte l’agence de presse française AFP. Ce silence du gouvernement britannique est également surprenant compte tenu du fait qu’il est Premier ministre Boris Johnson a même étudié la littérature classique au Balliol College d’Oxford.


Trois romans d'Abdulrazak Gurnah, qui a commencé à écrire à l'âge de 21 ans et bien que sa première langue soit le swahili, l'anglais est devenu sa langue littéraire.  Photo : AP
Trois romans d’Abdulrazak Gurnah, qui a commencé à écrire à l’âge de 21 ans et bien que sa première langue soit le swahili, l’anglais est devenu sa langue littéraire. Photo : AP

« Votre victoire est pour la Tanzanie et l’Afrique« 
A l’occasion de l’annonce du récipiendaire du prix de cette année, Gurnah a été félicité par le gouvernement de son ancienne patrie. « Vous avez certainement fait vos preuves dans votre travail, votre victoire est pour la Tanzanie et l’Afrique,», a écrit le principal porte-parole du gouvernement tanzanien sur Twitter.

S’adressant à la Fondation Nobel début octobre, Gurnah a appelé l’Europe à considérer les réfugiés africains comme des personnes qui ont « et rencontres« Il a ajouté ça. »beaucoup viennent par nécessité, mais aussi parce qu’ils ont franchement quelque chose à donner. Ils ne viennent pas les mains vides. Il y a beaucoup de gens talentueux, pleins d’énergie, qui ont quelque chose à donner.« Il a souligné qu’il entretient des liens avec la Tanzanie et que sa famille vit toujours là-bas. »Dès que je peux, j’y vais. Je suis toujours connecté. Je viens de là-bas. Je vis toujours là dans ma tête,« il ajouta.


Environ 26 000 réfugiés ont traversé la Manche cette année, exerçant une forte pression sur le gouvernement britannique, qui s'est engagé à réduire la migration une fois qu'il aura quitté l'Union européenne.  Photo : EPA
Environ 26 000 réfugiés ont traversé la Manche cette année, exerçant une forte pression sur le gouvernement britannique, qui s’est engagé à réduire la migration une fois qu’il aura quitté l’Union européenne. Photo : EPA

Relations tendues entre Londres et Paris
Le nombre de réfugiés qui ont décidé de traverser la Manche du nord de la France vers le Royaume-Uni et de risquer leur vie sur l’une des routes maritimes les plus fréquentées au monde a atteint un record cette année. Au moins 27 personnes se sont noyées dans la tragédie du mois dernier.

Après la pire catastrophe des réfugiés, Paris et Londres promettent : « Nous allons casser le réseau de passeurs »

La question a provoqué la colère des dirigeants à Londres et à Paris, déclenchant une guerre verbale au milieu d’un sentiment anti-migrant croissant dans les deux pays. Londres avait auparavant cherché des moyens de transformer les bateaux de migrants dans le détroit.

Johnson a même suggéré que tous les réfugiés qui atterrissent au Royaume-Uni soient renvoyés, ce qui, selon lui, sauverait « des milliers de vies en brisant fondamentalement le modèle commercial des gangs criminelsPendant ce temps, la législation toujours en cours d’examen au Parlement britannique augmenterait la peine maximale pour les immigrants entrant illégalement au Royaume-Uni de six mois à quatre ans, tandis que les passeurs condamnés pourraient encourir la prison à vie, a rapporté l’AFP. .

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.