Ils ont critiqué le drapeau de l’UE depuis l’Arc de Triomphe à Paris

Les trains de l’UE ont été critiqués par des politiciens d’extrême droite.

PARIS. Les autorités françaises ont retiré le drapeau de l’Union européenne de l’Arc de Triomphe à Paris, qui y était temporairement hissé à l’occasion du début du semestre de présidence française du Conseil de l’UE.

L’agence AFP en a fait part dimanche.

Le placement du drapeau de l’UE sur l’un des monuments les plus célèbres de Paris a été critiqué par des politiciens d’extrême droite dirigés par Marine Le Pen. Le président français Emmanuela Macrona ils ont accusé à ce propos « d’atteinte à l’identité française ».

Le drapeau européen, composé de 12 étoiles d’or sur fond bleu, a été hissé sur l’Arc de Triomphe le soir du Nouvel An, en remplacement du drapeau français. D’autres monuments, dont la Tour Eiffel et le Panthéon, seront éclairés en bleu pour le reste de la semaine.

Cependant, les rivaux de droite de Macron ont qualifié le retrait du drapeau français d’insulte au patrimoine français et à ses vétérans lors de l’élection présidentielle de printemps.

Le secrétaire d’État français aux Affaires européennes, Clément Beaune, a déclaré que le placement du drapeau de l’UE sur l’une des dominantes de la capitale française n’était que temporaire et que son retrait était prévu à l’avance pour dimanche.

Selon Le Penova Macron a ordonné le hissage du drapeau de l’UE sur le monument parisien. La politicienne de droite a précédemment annoncé qu’elle se tournerait vers le Conseil d’État pour retirer le drapeau. En France, il a la fonction de plus haute juridiction administrative et en même temps d’organe consultatif de l’exécutif pour les affaires judiciaires. Le Pen a qualifié le retrait du drapeau de l’UE de l’Arc de Triomphe de « grande victoire patriotique », écrivant sur Twitter que la « mobilisation massive » avait contraint Macron à battre en retraite.

La France a succédé à la Slovénie à la présidence tournante et passera le relais à la République tchèque le 1er juillet. Le Conseil de l’UE représente les intérêts des 27 États membres devant la Commission européenne et le Parlement européen. La Présidence convoque les réunions ministérielles, fixe leur programme de travail et conduit les négociations.

Ainsi, au cours des six prochains mois, la France aura une influence significative sur la promotion de certains dossiers politiques et sur la recherche de compromis entre les 27 pays de l’Eurobloc, même si la présidence exige que les négociations soient neutres.

Sacha Samuel

"Pionnier du café adapté aux hipsters. Créateur sympathique. Analyste primé. Écrivain. Érudit culinaire. Accro à la télévision. Ninja d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.