Jumbo-Visma a profité de la sombre journée de Pogačar

A voir le profil de la 11e étape, on pouvait s’attendre à du spectacle, et il l’a fait. Les Lacets de Montvernier, le Col du Télégraphe, le Col du Galibier et le Col du Granon étaient les quatre ascensions classées sur l’étape de 152 km d’Albertville au col du Granon au-dessus de la station de ski de Serre Chevalier. Beaucoup d’opportunités pour les meilleurs pilotes d’attaquer et cela a commencé très tôt. Assez tôt pour que Tadej Pogačar tombe en panne de courant dans la dernière pente et que la course prenne un nouveau tournant.

De nombreuses critiques ont été faites

Après de nombreux mouvements incompréhensibles et des étapes tactiquement mal conduites, l’équipe néerlandaise a bouclé la 11e étape de la course en France avec une excellente note. Apparemment, ils ont juste serré leurs rangs et préparé une tactique pour attaquer le coureur de tête. Une partie importante d’une journée réussie pour les abeilles était Primož Roglič. L’as slovène, qui aspire incroyablement au succès dans la plus grande course cycliste, a accepté le fait que cette année n’est pas non plus son moment.

Après une grave chute dans la cinquième étape, il est devenu le super assistant de son ami Jonas Vingaard, qui jusqu’à hier n’avait jamais fait la fête sur une étape de la course en France. Après que l’équipe néerlandaise ait eu deux coureurs dans le groupe d’échappée, l’ancien sauteur à ski Tadej Pogačar a commencé à attaquer bien avant la ligne d’arrivée à la fin de la montée du Telegraphe. Le jeune homme de 23 ans de Klanc pri Komenda s’est montré intimidant jusqu’à l’ascension du Galibier, car il avait une réponse à toutes les attaques de ses concurrents, puis il a même voulu les secouer lui-même. « Ils ont couru intelligemment. Il est difficile de contrôler qui atterrira dans le groupe de discussion, surtout lorsque vous n’avez plus une composition complète. Nous avons essayé, mais Jumbo-Visma a réussi à garder van Aert et Laporte en fuite. Ils se sont bien préparés tactiquement,  » il a salué la tactique de leurs grands rivaux sur la ligne d’arrivée Tadej Pogačar.

Quasiment au même endroit où Primož Roglič a fêté sa première victoire d’étape dans la course à travers la France, à la place de Serre Chevalier, l’ancien sauteur à ski a pris la tête du petit groupe autour du maillot jaune pour la dernière fois de l’étape, et a ensuite laissé le soin à Vingeard de prendre la montée de onze kilomètres avec une pente moyenne supérieure à neuf pour cent, il le fait seul avec le cycliste numéro un mondial. Il avait aussi Rafal Majko avec lui.

À mi-pente, le Danois a commencé, mais ni Majka ni Pogačar ne connaissaient la réponse. L’as slovène a eu un visage méconnaissable, tandis que le Danois s’est simplement envolé vers le but. Il a dépassé le reste des coureurs sans aucun problème et a remporté sa première victoire sur le Tour de France, et au final une grosse avance au classement général. « Je ne m’attendais pas à cela. C’est incroyable. J’ai toujours rêvé de gagner une étape du Tour, et maintenant j’ai pris le maillot jaune », il était encore complètement épuisé à l’arrivée, mais très content Jonas Vingegaardqui a remporté sa première victoire d’étape dans la course à travers la France au même endroit que son mentor Primož Roglič, sauf qu’il fêtait en haut du col. « Ce fut une belle journée pour notre équipe. Nous pouvons vraiment être super satisfaits. Je suis vraiment satisfait moi-même. Le but était un maillot jaune, maintenant nous l’avons. Nous n’avons pas de commentaires, car cela s’est avéré mieux que nous ne l’avions imaginé. Je suis content d’avoir atteint la fin de cette pente », a également été impressionné le résident de Kisov par la performance de Vingaard. La solide équipe Jumbo-Visma a fait en sorte que Tadej Pogačar, pour la première fois dans une course en France, doive remettre le maillot de leader avant sa fin.

Pogačar peut-il riposter ?

Pogi a perdu près de trois minutes dans les moins de quatre kilomètres restant jusqu’à la fin de l’étape après l’attaque de Vingaard. « Je ne sais pas ce qui s’est passé. Je me sentais toujours très bien sur le Galibier. Peut-être qu’un concours de circonstances différentes est à blâmer pour tout cela. Je n’ai pas passé la meilleure journée », a commenté le double vainqueur du Tour. de France, qui en même temps ne jette pas un fusil dans les blés.

« Nous verrons si je vais mieux demain. Je vais courir jusqu’au bout. Ce n’est pas une question de vengeance, je vais juste faire de mon mieux et me battre pour qu’à la fin je ne me reproche rien. » Pogačar a rapidement tourné ses pensées vers aujourd’hui après l’étape d’hier, alors qu’une autre étape spectaculaire est prévue. Cela se termine par l’ascension encore plus célèbre de l’Alpe d’Huez, précédée du familier Galibier de l’étape d’hier et une autre ascension de la catégorie supplémentaire Col de la Croix de Fer. « Non, ce n’est pas encore fini. Aujourd’hui j’ai perdu trois minutes, peut-être que demain j’en gagnerai trois. Je me battrai jusqu’au bout », prédit Pogi un autre combat difficile, mais le Danois de haut vol a aussi des projets. « Dans la dernière ascension, j’ai pensé que si je n’essayais pas, je ne gagnerais pas. J’ai essayé de cette façon l’année dernière, mais cette fois, cela s’est avéré être une victoire. J’ai aussi le maillot jaune et je me battrai pour le garder jusqu’à Paris », a déclaré hier le nouveau coureur en jaune.



Sacha Samuel

"Pionnier du café adapté aux hipsters. Créateur sympathique. Analyste primé. Écrivain. Érudit culinaire. Accro à la télévision. Ninja d'Internet."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.