La France et l’Allemagne après le différend sous-marin : l’UE doit pouvoir agir de manière indépendante

« Une fois de plus, c’est un signal d’alarme pour nous tous dans l’Union européenne pour nous demander comment nous pouvons renforcer notre souveraineté, comment nous pouvons également être unis sur les questions relatives à la politique étrangère et de sécurité. » Roth a déclaré à Bruxelles avant le Conseil des affaires générales (CAG) de l’UE.

Le contrat de 31 milliards d’euros en 2016 concernait la construction de 12 sous-marins qui seront construits par la société française Naval Group pour les forces navales australiennes. L’Australie a plutôt décidé de forger une nouvelle alliance avec la Grande-Bretagne et les États-Unis. Cet accord trilatéral, appelé AUKUS, permettra à l’Australie de construire pour la première fois des sous-marins à propulsion nucléaire. Selon l’AFP, la France est fâchée que les États-Unis, l’Australie et la Grande-Bretagne aient conclu l’accord AUKUS derrière lui et l’aient remplacé par l’achat prévu de sous-marins français.

Beaune a qualifié le différend d' »affaire européenne » – pas seulement d’affaire française. Selon lui, Paris attend le soutien des partenaires de l’UE. « Je ne pense pas que la France réagisse de manière excessive, et je ne pense pas non plus qu’elle devrait réagir de manière excessive. » il a dit. Dans une situation préoccupante et grave, a-t-il dit, c’est une « obligation » de le faire savoir.

Les ambassadeurs de l’UE pour l’affaire des sous-marins français ont annulé les débats sur les préparatifs de la TTC

Les ambassadeurs des États membres auprès de l’Union européenne (COREPER) ont reporté les discussions préparatoires à la première réunion du Conseil UE-États-Unis sur le commerce et la technologie (TTC), qui doit se réunir à Pittsburgh le 29 septembre. Cela s’est produit pour protester contre l’accord de Washington sur la fourniture de sous-marins à l’Australie aux dépens de la France, a rapporté mardi l’agence de presse Reuters.

Elle a déclaré que les changements dans l’ordre du jour des réunions des ambassadeurs de mercredi avaient été confirmés par au moins deux diplomates européens. Le plan initial de négociations préparé par la présidence slovène du Conseil de l’UE comprenait des débats sur le TTC, selon des diplomates anonymes, le changement a eu lieu à la demande de la Commission européenne (CE).

Galerie photos (2)

Zdroj : SITA/AP Photo/Geert Vanden Wijngaert

La réunion inaugurale du Conseil UE-États-Unis, qui est l’un des résultats du sommet UE-États-Unis de juin de cette année, doit se tenir la semaine prochaine à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Cependant, selon l’hebdomadaire Politico, à propos du contrat des sous-marins, qui a non seulement déçu la France mais aussi mis en danger les intérêts de l’UE, la Commission européenne réfléchit à l’opportunité de reporter la réunion du TTC. Dans le même temps, l’importance du Conseil UE-États-Unis pour le commerce et la technologie n’est pas remise en cause, car ce format est destiné à approuver des normes transatlantiques communes pour les semi-conducteurs ou l’intelligence artificielle, dont dépend le développement technologique.

La décision de l’Australie d’annuler un contrat avec la France pour la fourniture de 12 sous-marins diesel, et dans le cadre d’un accord avec les États-Unis et le Royaume-Uni connu sous le nom d’AUKUS pour favoriser les sous-marins à propulsion nucléaire américains, a provoqué l’indignation à Paris. La présidente de la CE, Ursula von der Leyen, a déclaré dans une interview à CNN que le traitement auquel la France avait été soumise dans cette affaire était « inacceptable ».

« L’un de nos États membres est traité d’une manière inacceptable, nous voulons donc savoir ce qui s’est passé et pourquoi. » von der Leyen a déclaré, ajoutant que l’UE ne reviendrait pas à des « relations normales » avec Washington tant que les États-Unis n’auraient pas répondu à certaines questions ouvertes. Le chef de la Commission européenne a reconnu qu’il était déçu en Europe de la manière dont le dossier avait été traité. « Des amis, des alliés et des partenaires parlent … en particulier de questions d’intérêt commun. Cela ne s’est manifestement pas produit », adressé de manière critique aux États-Unis.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.