La France libère un homme détenu dans l’affaire du meurtre d’un journaliste de Khashakji

Un homme détenu pour suspicion d’implication dans l’assassinat du journaliste saoudien Jamal Hashakji a été libéré mercredi par les autorités françaises après avoir constaté que son identité ne correspondait pas au mandat d’arrêt international délivré par la Turquie. L’agence AFP en a informé.

L’homme s’appelait Khalid Alutaybi. La police française des frontières l’a arrêté à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris peu de temps avant qu’il ne s’apprête à embarquer sur un vol pour la capitale saoudienne Riyad, ont indiqué des sources policières.

Un homme nommé Khalid Alutaybi est l’une des 26 personnes devant le tribunal qui sont absentes en Turquie pour avoir participé à une commande envoyée au consulat d’Istanbul le 2 octobre 2018 pour assassiner le journaliste Hashakji et détruire les preuves, a indiqué l’AFP, citant les conclusions des enquêteurs.

« En vérifiant minutieusement l’identité de cette personne, nous avons constaté que le mandat d’arrêt ne lui était pas applicable », a indiqué le parquet de Paris dans un communiqué. Elle a ajouté que l’homme avait été relâché par la suite.

Lire la suite La France a arrêté un membre présumé du commando qui a tué le journaliste Hashakji

Alors que les autorités françaises ont vérifié l’identité du suspect, l’ambassade d’Arabie saoudite à Paris a publié un communiqué tard mardi soir, affirmant que l’homme détenu « n’avait rien à voir avec l’affaire » et a exigé sa libération immédiate.

L’AFP a cité des sources de sécurité saoudiennes disant que « Khalid Alutaybi » est un nom très courant dans le pays et qu’Alutaybi, que les autorités françaises soupçonnaient de le détenir, est actuellement en prison en Arabie saoudite « avec tous les accusés dans l’affaire . .

Aucun des responsables saoudiens n’a jamais comparu devant un tribunal en Turquie pour l’assassinat de Hashakji et tous sont absents, a indiqué l’AFP.

Jamal Hashakji, un partisan du régime saoudien, devenu son adversaire, un commando d’Arabie saoudite a été assassiné le 2 octobre 2018 au consulat saoudien à Istanbul, en Turquie. Son corps n’a jamais été retrouvé. L’assassinat a provoqué une indignation internationale qui ne s’est pas calmée. Les services secrets occidentaux accusent le prince héritier saoudien Muhammad bin Salman de l’avoir « saisie ».

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.