La France reproche à l’Australie d’avoir annulé le contrat des sous-marins

Paris, 16 septembre (TASR) – La France critique la décision surprenante de l’Australie d’annuler « Traité du siècle » pour la construction de sous-marins conventionnels conclus avec la France et préfère les sous-marins propulsés par l’énergie nucléaire et construits à l’aide de technologies américaines et britanniques.

« C’est un vrai coup dans le dos. Nous avons établi une relation de confiance avec l’Australie, cette confiance a été trahie. » Le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, a déclaré jeudi à la radio France Info.

En 2016, la France a remporté un contrat pour la construction de 12 sous-marins pour la force navale australienne d’une valeur de 31 milliards d’euros. C’était le plus gros contrat de défense de l’Australie. Cependant, le projet a été retardé principalement en raison de l’exigence de Canberry que de nombreux composants proviennent de sources locales.

La déclaration de Le Drian est une réponse à l’annonce faite mercredi par la Grande-Bretagne, les États-Unis et l’Australie qu’ils avaient signé un accord de sécurité sur le partage de technologies de défense avancées dans le but de contrer la Chine.

Le partenariat permettra également à l’Australie de construire pour la première fois des sous-marins à propulsion nucléaire.

L’accord trilatéral appelé AUKUS comprendra également une coopération dans le domaine de l’intelligence artificielle, des technologies quantiques et de la cybernétique.

À la suite de ce pacte, l’Australie a annulé le contrat de construction de sous-marins conçus en France.

Le Premier ministre australien Scott Morrison a expliqué jeudi dans un communiqué sur les réseaux sociaux que « la décision (de l’Australie) de ne pas continuer dans les sous-marins de classe Attack et d’aller dans l’autre sens n’est pas un changement d’avis, c’est un changement de besoins ». .

Le ministre français des Affaires étrangères Le Drian, qui a répondu au changement de position de l’Australie « colère et grande amertume »a également déclaré qu’il est « Préoccupé par le comportement américain ». « Cette décision unilatérale et soudaine est très similaire à ce que (l’ancien Donald Trump) a fait ».

Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères, photo d’archives.
Photo : TASR/AP

La ministre française de la Défense, Florence Parly, a qualifié la violation de traité « sérieuse » et a ajouté qu’il est « très mauvaise nouvelle » sur l’accès à « respecter la parole ».

« Quand il s’agit de géopolitique et de politique internationale, c’est du sérieux. » Parly a déclaré dans une interview à RFI, ajoutant qu’elle était plus claire « la façon dont les États-Unis abordent leurs alliés ».

En 2016, l’Australie a sélectionné la société française Naval Group pour fournir douze sous-marins à propulsion conventionnelle (non nucléaire) dérivés des futurs sous-marins nucléaires français Barracuda. La valeur du contrat de 31 milliards d’euros est actuellement estimée à 90 milliards de dollars – en raison des dépassements de coûts et des variations des taux de change.

Le Figaro a ajouté que le président américain Joe Biden avait adopté un ton « conciliant » en annonçant l’accord avec l’Australie, assurant que les Etats-Unis souhaitaient travailler en étroite collaboration avec la France dans ce domaine stratégique. Selon lui, la France est « partenaire clé » Washington dans la région Indo-Pacifique.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.