La manière slovène de traiter les abus sexuels dans l’Église est à bien des égards similaire à la manière française

L’Église catholique en France était autrefois si forte qu’elle était considérée comme un pays dans un pays. Les chrétiens étaient déjà là au IIe siècle de notre ère, plus tard la France est devenue l’un des bastions du catholicisme mondial. Mais avec un passé glorieux, le déclin du catholicisme dans le pays n’en est que plus prononcé.

Le rapport sur les abus sexuels commis par des prêtres et d’autres membres de l’Église a encore choqué l’institution, qui était autrefois un pilier de la société et de la culture françaises. Si l’Église y est devenue marginale au cours des générations passées avec le déclin du catholicisme en France (ainsi que dans notre pays), le fait qu’elle n’ait pas réussi à arrêter et à éradiquer les abus sexuels en son sein a contribué à la discréditer.

La révélation de l’ampleur des abus sexuels depuis le milieu du siècle dernier dans l’Église de France a une fois de plus arraché le pansement de la plaie ecclésiastique difficile à pardonner. Quiconque a déjà eu une blessure sait que c’est douloureux. Si la plaie n’est pas correctement soignée, elle peut également s’infecter et empoisonner les tissus environnants – et cela arrive certainement à l’Église. Donner une part de responsabilité et de reconnaissance aux blessures de longue date des victimes entendues, réduites au silence et ignorées dans chaque pays est un grand pas vers le rétablissement de la crédibilité et de la confiance.

Si en 1960, 96 % de la population française s’identifiait comme catholique, en 2018, seuls 32 % le disaient, tandis que moins d’un dixième venaient à la messe. Les statistiques de la dernière période sont très parlantes. Depuis le début du siècle, le nombre de baptêmes en France a diminué de moitié et le nombre de mariages encore plus, à environ 40 %.

Un enregistrement du commentaire de Tadeja Kreč est disponible à la fin de l’article.

Si le rapport est le point de départ des réformes, l’Église française pourrait aussi se redresser avec le temps. La religiosité en France n’a pas diminué en général, alors que l’Islam prospère. Cependant, une grande partie des Français revient au conservatisme pendant les guerres culturelles du pays, ce qui se traduit également par le renforcement de la droite.

L’Église française est déjà en phase de reconnaissance, l’Église slovène n’y est pas encore, car une enquête indépendante n’a pas encore eu lieu.

Problèmes d’affronter la réalité aussi chez les profanes

Mais tout dépend de la compréhension du problème. Avec de telles révélations, nombreux sont ceux qui voient dans les rapports qui révèlent les blessures de l’Église une tentative d’affaiblir l’Église catholique et ainsi de détruire les vestiges de la soi-disant identité de la France. On pourrait dire que la confrontation des croyants à l’abus sexuel est une dynamique similaire à la confrontation des victimes puis de l’environnement à l’abus, où elle passe de la phase de déni et de détournement et d’oppression à la phase de confrontation à la réalité, à l’aveu et à l’action. . Le processus dans notre pays pourrait être comparé à faire face à des crimes après la Seconde Guerre mondiale, qui sont une blessure similaire pour notre pays à des abus sexuels (par ailleurs beaucoup moins nombreux) pour l’Église. Mais dans les deux zones, après de nombreuses décennies, le crime n’a pas été clairement condamné, il a été détourné, dissimulé, caché, les victimes n’ont pas été nommées, et donc les blessures restent pour de nombreuses générations à venir, ainsi que pour la société dans son ensemble.

L’Église française est déjà en voie de reconnaissance, l’Église slovène n’y est pas encore, car une enquête indépendante n’a pas encore eu lieu. Les Allemands ont les révélations derrière eux et maintenant, dans la lutte entre les courants conservateurs et libéraux, ils attendent des mesures qui purifieront l’Église ou continueront à perdre des croyants. Il te perd déjà en masse.

En Allemagne, cela peut être surveillé de près car l’appartenance à l’Église est officiellement enregistrée et liée au paiement de l’impôt ecclésiastique. En 2019, plus de 270 000 personnes y ont quitté l’Église, un an plus tard quelques dizaines de milliers de moins, mais le fait est que l’Église allemande perd un million de croyants en moins de cinq ans.

La façon dont (non) faire face aux abus sexuels est l’une des causes d’une telle éruption, qui est également enregistrée ailleurs en Europe. Bien qu’il soit difficile d’affirmer que les Églises seraient pleines sans scandales sexuels, ils sont l’un des facteurs les plus décisifs dans la décision de quitter l’Église, qui se considère comme une autorité morale, mais elle-même, même dans de rares cas, n’adhère pas à ses principes moraux. En France, trois pour cent des prêtres étaient des prédateurs sexuels sur la période analysée, ce qui est inférieur à la part détectée, par exemple aux États-Unis.

L’Église française est similaire en termes de financement à l’Église slovène. Contrairement à l’Allemagne, qui est financée par un impôt, la France doit compter presque exclusivement sur les dons des croyants, mais là, l’État, contrairement à la Slovénie, paie pour l’entretien de presque tous les édifices religieux.

Mais même avec les prêtres, le déclin de l’Église française est évident. Si pendant le colonialisme la France était la plus grande « Exportateur » prêtres, aujourd’hui le processus est inversé. Il y a de moins en moins de prêtres nationaux, de plus en plus d’étrangers. La situation ici est différente de celle des musulmans, qui ont de plus en plus de chefs religieux dans la société française, et leur rôle est grandissant. Le choc des valeurs et des cultures devient ainsi de plus en plus apparent.

On peut trouver de nombreux parallèles avec la situation en France. Les croyants sont également indignés, gravement touchés, trahis et même effrayés par les signalements d’abus sexuels. Ils font face à un conflit interne dans lequel le crime doit être condamné. Nous sommes également confrontés au déclin du christianisme, à l’incapacité de nettoyer les abus sexuels dans l’Église et à des conflits culturels croissants. Comme la France, nous sommes à un tournant, seulement avec un peu plus de temps.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.