La première fin d’obstacles pour la voie européenne

A Sobranja, le parlement nord-macédonien, samedi – après trois jours d’âpres débats et au milieu de manifestations de masse dans les rues de Skopje – 68 des 120 députés ont accepté la proposition française, qui représenterait un compromis entre les revendications bulgares et nord-macédoniennes. positions sur les conditions d’ouverture des négociations d’adhésion à l’UE de cette ancienne république yougoslave la plus méridionale. Quelques heures plus tard, la proposition française, censée annuler le veto bulgare sur l’ouverture des négociations d’adhésion, est également acceptée par le gouvernement nord-macédonien.

Une conférence intergouvernementale doit débuter demain, au cours de laquelle la Macédoine du Nord et l’UE devraient se mettre d’accord sur le début des négociations d’adhésion. Mais pour que ces négociations démarrent réellement, la Macédoine du Nord, telle qu’envisagée par la proposition française, devrait inscrire la minorité bulgare dans sa constitution, ce qui ne semble pas possible pour l’instant, car les deux tiers des députés ne sont pas d’accord avec cela, comme cela est nécessaire pour les changements constitutionnels.

L’opposition ne soutiendra pas les changements à la constitution

« Grâce à un travail coordonné et persistant, nous avons aujourd’hui un cadre de négociation qui protège la langue macédonienne et l’identité macédonienne, et les questions historiques ne font pas partie de ce cadre, et maintenant nous ne sommes qu’à un pas de la conférence intergouvernementale, ce qui signifie le début des négociations sur l’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE », a-t-il déclaré. un premier ministre optimiste Dimitar Kovacevski après que le gouvernement eut accepté la proposition française. Il a été soutenu à l’assemblée par les députés de ses partis sociaux-démocrates et albanais, mais personne n’était contre, car les députés VMRO-DPMNE, qui ont également utilisé des vuvuzelas pendant les trois jours de débat, ont quitté l’assemblée avant le vote. Dans ce principal parti d’opposition, ils voient dans la proposition française une porte ouverte à la bulgarisation des Macédoniens. Quoi qu’il en soit, le camp gouvernemental a maintenant accepté certains changements dans les manuels d’histoire de la Macédoine du Nord.

Responsable VMRO-DPMNE Christian Mickoski a maintenant réitéré que son parti ne soutiendrait pas un amendement à la constitution qui donnerait une place à la minorité bulgare. L’Assemblée n’aura donc pas la majorité des deux tiers nécessaire pour cela. L’amendement constitutionnel susmentionné est une condition sans laquelle, comme l’envisage la proposition française, les négociations sur l’adhésion à l’UE ne pourraient pas commencer. « Les gens, ne désespérez pas, rien n’est encore définitif », a déclaré Mickoski samedi. « La constitution ne sera pas modifiée et donc le cadre de négociation ne sera pas adopté. Le futur gouvernement, qui sera dirigé par VMRO-DPMNE, aura une tâche très difficile : il devra corriger ce que ces criminels ont fait maintenant à la Macédoine. et dont ils auront à répondre. »

Sofia et Skopje ont conclu un protocole

Aujourd’hui, les ministres des Affaires étrangères de la Macédoine du Nord et de la Bulgarie sont à Sofia, Bujar Osmaniqui est par ailleurs membre du parti gouvernemental albanais DUI, et Teodora Genčovska, ont signé un protocole bilatéral, qui prévoit, entre autres, la commémoration conjointe de personnages et d’événements historiques, ainsi que des modifications des manuels d’histoire et de géographie. Teodora Genčovska a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe que la Bulgarie ne reconnaissait pas le macédonien comme langue officielle. « Les 26 membres restants peuvent avoir leurs propres positions (…), mais il est important que la position bulgare soit incluse dans le cadre de négociation », a-t-elle ajouté. Dans le camp gouvernemental de la Macédoine du Nord, cependant, ils sont convaincus que le macédonien deviendra bientôt l’une des langues officielles de l’UE.

Les principaux politiciens occidentaux ont accueilli avec enthousiasme la décision de la réunion, y compris le secrétaire d’État américain Antoine BlinkenPrésident de la Commission européenne Ursula von der Leyenqui a dit que la Macédoine du Nord a profité d’une opportunité historique, et le président du Conseil européen Charles Michel, qui s’est exclamé : « Notre avenir sera partagé ! Nous vous accueillons à bras ouverts. »

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.