Lars von Trier est atteint de la maladie de Parkinson

Le premier signe, la poignée de main, était là il y a des années. A est un cinéaste danois controversé Lars de Trèves a attribué les tremblements au syndrome de sevrage lorsqu’il a mis la bouteille dans le coin, mais cela pourrait aussi être un effet secondaire des antidépresseurs qu’il a commencé à prendre. « J’ai réglé mon problème d’alcool, ce qui est bien. J’essaie de le contrôler », a déclaré il y a quatre ans le réalisateur, qui a l’art de choquer dans son petit doigt. Il a ajouté que les antidépresseurs aident à soulager son anxiété, même si l’alcool est la seule chose qui le calme lorsque les crises de panique sont vraiment Il y avait peut-être une part de vérité dans cet autodiagnostic, mais il est plus probable qu’il s’agissait des premiers symptômes de la maladie de Parkinson, que les médecins lui ont diagnostiqués il y a quelques semaines. « En accord avec Lars von Trier, nous aimerions Je tiens à vous informer que juste avant les vacances d’été, on lui a diagnostiqué la maladie de Parkinson », a annoncé sa société de production Zentropa. Principalement pour éviter d’éventuelles spéculations sur la santé du réalisateur, puisqu’avec le festival de Venise qui approche à grands pas, où sa suite The Kingdom première, il a une série d’apparitions publiques promotionnelles et autres qui l’attendent.

Il n’a pas ralenti

Il n’a pas considéré la maladie cérébrale progressive, pour laquelle il n’y a pas de remède, comme une condamnation à mort. « Il est de bonne humeur, les symptômes de la maladie sont soignés », mais il n’a en aucun cas mis son travail de côté. Il n’a pas encore ralenti. Malgré le diagnostic peu enviable, il termine la troisième partie de la trilogie Kingdom, intitulée Exodus, selon le calendrier prévu, seule son activité lors d’événements promotionnels lors de la première sera quelque peu limitée. Mais les fans de von Trier sont déjà habitués au fait qu’il ne se précipite pas sur de tels événements, puisque la star préfère éviter les micros et les caméras des journalistes curieux depuis la polémique au festival de Cannes en 2011. Alors il est à un conférence de presse pour le film Melancholia – quand un critique de cinéma britannique Kate Muir interrogé sur ses racines allemandes – il a dit qu’il pouvait sympathiser avec Hitler; une blague aux yeux de Lars, mais personne ne l’a comprise. Si un instant plus tôt il était un réalisateur de génie et un habitué des plus grands festivals de cinéma, à ce moment-là il est devenu persona non grata, le monde du cinéma lui a claqué la porte au nez et il n’a pas eu le droit de regarder le tapis rouge de le festival de Cannes pendant sept ans. De plus, à cause de la blague irréfléchie, peu recommandable et, pour beaucoup, douloureuse, Lars a fait l’objet d’une enquête policière pour « banalisation de l’Holocauste », qui est considéré comme un crime en France. Mais la police a abandonné l’enquête avant que des charges ne soient retenues contre lui.

Le prochain festival de Venise annonce le retour de von Trier sur la scène des festivals depuis son expulsion il y a onze ans.

Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.