Le Chevalier d’Éon changé en homme ou en femme selon les besoins

11.7. 2021 10:00

La vie aventureuse de l’espion est pleine de secrets.

L’art de la diplomatie a toujours été associé dans l’imaginaire du public à la noblesse, à l’exemplarité et à la qualité de l’enseignement. Dès les temps les plus reculés, les personnes chargées de communiquer avec les voisins ont fait preuve de prudence et de retenue, d’autant plus qu’il s’agissait souvent d’une activité très dangereuse. Le travail des diplomates était également associé à l’obtention d’informations confidentielles, ils ont donc essayé d’agir le plus discrètement possible.

Il est né fille

Les diplomates, comme le montre leur nature fondamentale, étaient rarement bien connus et populaires. Là aussi, cependant, il existe des exceptions qui semblent confirmer la règle. L’un d’eux était un espion, soldat et écrivain français Charles-Geneviève d’Éon de Beaumont, mieux connu sous le nom de Chevalier d’Éon. Il est né en 1728 dans le village bourguignon de Tonnerre. Malgré son titre aristocratique, son père gagnait sa vie comme avocat et administrateur des biens royaux. Seules les données qu’il a présentées plus tard dans sa propre autobiographie sont connues sur l’enfance et la jeunesse de cette personnalité intéressante. Dans ce document, il affirmait que même s’il était né fille, il avait été élevé comme un homme. Il pourrait y avoir plusieurs raisons. Par exemple, la préservation du titre ou des droits de propriété. En tout cas, ses parents lui permirent de recevoir une bonne éducation, qu’il compléta en 1749 en sortant du collège Mazarin à Paris. C’était une université pour 60 étudiants sélectionnés dans les territoires annexés à la France au 17ème siècle. Lorsqu’il a réussi les examens prescrits en droit civil et canonique à l’âge de 21 ans, il a pu choisir parmi plusieurs options de carrière comme l’un des meilleurs diplômés. Beaucoup de ses camarades de classe sont devenus des hauts dignitaires de l’église, des généraux ou des députés. Il a décidé d’entrer dans la fonction publique.

A la cour russe

Il a d’abord travaillé comme secrétaire du maire de Paris, puis est devenu secrétaire de l’administration fiscale de l’État, et en même temps il a été nommé censeur royal pour la littérature et l’histoire. Une rapide carrière officielle s’arrête brutalement lorsqu’il rejoint les 32 membres du Secret du Roi. C’est-à-dire le service civil secret qui, à la demande de Louis XV. créé dans les années 1840. Ses membres, qui ont fait l’objet d’une sélection rigoureuse, ont développé diverses activités, notamment en Europe centrale et orientale. Leurs formes étaient variées, mais elles devaient avant tout servir les intérêts français. En plus d’obtenir des informations, de compromettre des matériaux, d’établir des contacts et d’intervenir dans divers domaines de la vie politique ou économique, les principales activités diplomatiques se sont ajoutées. Des agents des services secrets, par exemple, ont cherché à promouvoir le candidat français au trône de Pologne avec le soutien de la Saxe. D’Éon lui-même fut envoyé en Russie, où il travailla avec succès jusqu’en 1761. Parmi les personnalités qu’il utilisa, on peut citer le médecin personnel des tsars russes. Même alors, il a attiré l’attention d’une manière pas tout à fait standard. Il pénétra dans la cour et à proximité de la remarquable impératrice Elizabeth Petrovna, qui régna de 1741 à 1762, en tenue de femme. En tant que femme, il agit tout au long de son séjour et cherche à accroître l’influence de la France dans le pays. Pro-française à l’origine, la Russie a fondamentalement changé sa politique, forgeant une alliance avec l’empire autrichien contre la Prusse en plein essor.

Un officier dans l’armée

Lorsque Chevalier d’Éon est retourné dans son pays natal, il a reçu plusieurs prix pour sa diplomatie réussie. Les interprètes étaient satisfaits des résultats, ce qui s’est traduit par l’attribution d’une pension de 2 000 livres par an. Cependant, son utilisation ultérieure « au service de la France » nécessitait une réflexion approfondie, compte tenu de son apparence et de sa nature. Mais la nature inquiète ne permettait pas à l’ambitieux d’Éon d’attendre les bras croisés. L’effort pour s’affirmer, pour être reconnu, l’a conduit à la décision d’aider le pays dans la guerre de sept ans en cours. Il accède au grade d’officier sans difficulté et participe à plusieurs batailles en tant que capitaine de dragon. La guerre s’est soldée par une défaite pour la France qui, entre autres, a perdu une grande partie de ses colonies d’outre-mer. Il a lui-même reçu l’Ordre de Saint-Louis du monarque pour son courage et ses blessures. Le droit d’utiliser le titre de chevalier lui était associé.

D’exil en exil

Dès 1763, une autre commission, la plus importante pour le diplomate français de l’époque, l’attendait : la mission à Londres. Il y occupe le poste de secrétaire particulier de l’ambassadeur, le prince de Nivernais. Le prince étant rappelé, le chevalier d’Éon devint son adjoint et ambassadeur temporaire autorisé. De cette fonction importante, il pouvait plus facilement effectuer d’autres tâches, notamment d’espionnage pour la patrie. L’un d’eux était le plan malheureux de Louis XV. envahir l’Angleterre. Il n’en a pas informé ses ministres, mais d’Éon a aidé des agents à recueillir des informations sur la défense côtière anglaise. Il se fait rapidement des amis parmi la noblesse anglaise et construit un réseau de collaborateurs.

Mais soudain, sa carrière diplomatique prend fin. Le nouvel ambassadeur l’a non seulement rétrogradé à un niveau inférieur, mais l’a également ridiculisé publiquement. Il a même fait rappeler d’Éona en France. La nature féroce de Chevalier réapparut. Il a refusé de retourner dans son pays natal et a publié des documents français secrets, ce qui constituait une violation sans précédent des règles et coutumes fondamentales. Cependant, il conserva la plupart des documents importants compromettant directement Louis XV. « Avec certitude ». Il s’est avéré qu’il avait bien fait. Au début, ils ont essayé de le tuer, mais à la fin, un accord a été conclu. Le chevalier d’Éon dut rester en Angleterre, où il survécut les années suivantes en exil et perdit sa pension.

C’était un étrange exil. Il a vécu à Londres et s’est officiellement consacré à son plus grand passe-temps – la bibliophilie. Il a progressivement construit une précieuse bibliothèque, où, en plus de 6 000 livres pour la plupart uniques, il a obtenu plus de 500 codes manuscrits. Il est devenu très populaire dans les cercles londoniens, car il portait régulièrement des vêtements féminins, se présentait et apparaissait en tant que femme. L’un des mystères les plus piquants de savoir s’il était vraiment un homme ou une femme n’a pas été résolu par la société londonienne de l’époque.

Il semble que sa tâche principale continue d’être l’espionnage pour la France. Comment expliquer autrement que déjà en 1766 Louis XV. non seulement a-t-il tout pardonné, mais a-t-il aussi rendu sa pension ? De plus, pas les 2 mille originaux, mais jusqu’à 12 mille livres par an. Il retourna dans son pays natal en 1777 et, en accord avec les services secrets, agissait constamment en femme. Cependant, les événements qui se sont déroulés en Europe à la fin du XVIIIe siècle ne l’ont pas laissé indifférent. En tant que volontaire, il souhaite accompagner les troupes françaises dans la guerre menée par les colonies américaines contre l’Angleterre, mais le monarque n’approuve pas son départ. Retraité, il passe les années suivantes dans son village natal, où il se consacre à des activités littéraires. Il donne suite à un livre qu’il avait publié en Angleterre et prépare ses mémoires intitulés La Vie Militaire, politique et privée de Mademoiselle d’Éon.

La triste fin de vie

Les diplomates et les espions ne devraient pas écrire leurs mémoires en période de turbulences, en particulier du vivant des puissants qu’ils ont servis. Encore une fois, cette fois, pas tout à fait volontairement, il a dû se rendre à Londres, où il a été rattrapé par les événements de la Grande Révolution française. Elle l’a privé d’une pension de l’État et, dans une certaine mesure, de ses premiers contacts ou opportunités. Il s’est soudainement retrouvé sans ressources et a dû commencer à vendre ses livres bien-aimés pour survivre.

Malgré son âge relativement avancé, il n’a toujours pas abandonné. En 1792, il soumet à l’Assemblée nationale française une proposition de construction d’une division féminine distincte, qui serait destinée à combattre les troupes des Habsbourg autrichiens. Sa motion a été rejetée. Par conséquent, il est entré seul dans le combat en tant que volontaire. Il est grièvement blessé en 1796 et cela marque la fin de sa carrière active. Il est retourné à Londres, où il a vécu dans la pauvreté. Lorsqu’il mourut en 1810, une autopsie montra qu’il était anatomiquement masculin, « ses organes masculins étaient parfaitement formés ». Cependant, le rapport médical a également admis certaines caractéristiques féminines sur le corps. Pour cette raison, également en raison du fait qu’il a vécu la première moitié de sa vie en tant qu’homme et la seconde moitié en tant que femme, il n’a que le patronyme « d’Éon de Beaumont 1728 – 1810 » sur sa tombe.

PHOTO dans la GALERIE

Chevalier d’Éon a été associé à beaucoup d’indignation, de scandales et de commentaires défavorables pour son sexe. Mais malgré le fait que les manies amoureuses faisaient partie de la vie de tous les horizons à l’époque, aucune relation n’était connue entre un homme ou une femme. À sa mort, de nombreux secrets de la politique européenne et les plus puissants à sa tête sont allés dans la tombe avec lui. Il a suggéré quelque chose dans ses mémoires, mais ce n’était probablement qu’une fraction de ce qu’il pouvait dire. C’est ainsi que quelques peintures étranges et le terme d’éonisme, parfois utilisé comme synonyme de travestissement, de déviation sexuelle, devinrent l’un des rares monuments de la vie de cet intéressant diplomate et espion du XVIIIe siècle.

​Texte : Patrik Derfiňák

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.