Le collègue de Roglič a parlé de ses blessures après une collision avec une voiture

« Je l’ai bien pris », confie le Belge Tiesj Benoot.

cycliste belge Tiesj Benoot il l’a récupéré il y a quelques jours lors d’un entraînement à Livigno, en Italie, lorsqu’il a percuté une voiture à grande vitesse dans une descente. Ce faisant, un membre de l’équipe Jumbo-Visma, qui a également participé à la promotion de l’équipe en France, a subi pas mal de blessures.

« Vu les circonstances, ça va. Je fais du vélo sur cet itinéraire depuis huit ans. Je roulais à une vitesse de 67 km/h dans la descente, et la voiture est sortie de sa place de parking. Il n’a pas Je ne me remarque pas, il m’a percuté » Benoot a décrit sa vilaine chute pour le Belge Sporza.

« J’ai été inconscient pendant quinze minutes. Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé, mais je sais que j’ai appelé ma partenaire Fien et lui ai dit le lieu de l’accident. Alors que j’étais transporté par hélicoptère, ils m’ont demandé si je pouvais me déplacer mes bras et mes jambes », se souvient-il. Belge.

« L’hôpital était terrible. J’étais dans un lit trop petit dans une chambre pour deux, il faisait 30 degrés. Personne ne parlait anglais, le médecin n’est pas venu me voir. J’ai décidé de quitter l’hôpital, je n’ai pas Fais leur confiance, » Benoot, qui a subi une fracture de la deuxième vertèbre cervicale, a expliqué son désir d’être transféré dans son pays natal : « Je dois porter un corset jour et nuit pendant six semaines. »




Primož Roglič et Tiesj Benoot

Profimédia

Benoot, qui serait l’un des assistants les plus en vue de son coéquipier et collègue de l’équipe nationale lors de la Coupe du monde en Australie Wout Van Aert, il n’enlèvera l’attelle qu’à la mi-septembre, puis, si les médecins le permettent, il commencera à préparer les classiques.

« Je me rends compte que j’ai eu beaucoup de chance. J’ai entendu suffisamment d’histoires de personnes qui ont eu des accidents pires », dit Benoît.

« Les automobilistes sont de plus en plus stressés et sont de plus en plus hostiles aux cyclistes. C’est compréhensible, car il y a de plus en plus de cyclistes et tout le monde ne respecte pas le code de la route. Les deux parties peuvent s’améliorer. » a conclu le Belge.

Christelle Bret

"Défenseur d'Internet. Pionnier de la culture pop. Praticien passionné du voyage. Fan total de café."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.