Le probable vainqueur des élections italiennes soutient Orban dans la lutte avec Bruxelles

Le monde

STA
19 septembre 2022 15:55

| Mis à jour : 15:56 / 19.9.2022

La leader de l’extrême droite italienne, Giorgia Meloni, qui devrait remporter les élections législatives de dimanche, a critiqué la proposition de Bruxelles de geler les fonds européens de la Hongrie en raison du risque de corruption. Dans le même temps, elle a mis en garde contre le fait de pousser les pays dans les bras de la Russie.

Son parti post-fasciste Frères d’Italie, qui entretient des liens étroits avec le Premier ministre populiste hongrois Viktor Orban, fait campagne sur une base nationaliste et appelle à une « Europe différente » avec plus de pouvoirs pour les États membres, a rapporté l’agence de presse française AFP.

« Les vrais anti-européens sont ceux qui, à l’heure où nous sommes attaqués et où l’UE devrait être plus unie et plus forte que jamais, prétendent qu’il y a une équipe A et une équipe B en Europe, et font tout pour pousser la Hongrie dans les bras (du président russe Vladimir, op.p.) Poutine », a déclaré Meloni pour l’édition d’aujourd’hui du journal Il Giornale.

Comme elle l’a ajouté, il faut travailler exactement dans le sens inverse, à savoir « rapprocher les nations européennes, au lieu de les éloigner et de les diviser ». Elle a condamné « l’utilisation de la question de l’état de droit comme bâton idéologique pour battre ceux qui ne sont pas sur la même ligne ».

Dimanche, la Commission européenne a proposé de geler les fonds européens de la Hongrie pour un montant d’environ 7,5 milliards d’euros. La Commission a décidé de le faire en raison de lacunes dans les domaines des marchés publics et de la lutte contre la corruption, qui présentent un risque pour le budget de l’UE.

Bruxelles est en désaccord avec la Hongrie depuis des mois, soupçonnant le gouvernement Orban de porter atteinte à l’État de droit et d’utiliser les fonds européens pour enrichir ses amis et alliés.

Dans une interview télévisée dimanche, Meloni a également critiqué la politique de l’UE envers la Pologne, que Bruxelles accuse également de porter atteinte à l’État de droit, selon l’AFP.

Le chef des Frères d’Italie est en compétition pour les votes des électeurs lors d’élections anticipées dans le cadre d’une coalition de droite qui comprend également la Ligue dirigée par Matteo Salvini et Forward Italy de l’ancien Premier ministre Silvio Berlusconi.

Les derniers sondages d’opinion prédisent une victoire convaincante du bloc de droite, et les Frères d’Italie pourraient sortir des élections comme le parti le plus fort avec 24% de soutien. Les sondages prédisent une lutte serrée avec le Parti démocrate de centre-gauche de l’ancien Premier ministre Enrico Letta, qui pourrait recueillir 23 % du soutien des électeurs.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.