Le scandale avec la fête évidente fera-t-il tomber Boris Johnson ?

STA
25 janvier 2022 8:39

| Mise à jour : 8:41 / 25.1.2022

Le Premier ministre britannique Boris Johnson fait face à une nouvelle accusation de violation de la fermeture de la vie publique pendant la pandémie de covida-19 en organisant des fêtes. Une fête d’anniversaire avec jusqu’à 30 personnes devrait avoir lieu à Downing Street en 2020, a rapporté lundi l’agence de presse française AFP, selon le média britannique ITV.

ITV a rapporté que Carrie Symonds, alors fiancée de Johnson, qu’il a épousée plus tard, a organisé une fête surprise pour son 56e anniversaire le 19 juin 2020, à laquelle ont assisté jusqu’à 30 membres du personnel.

Selon les règles en vigueur à l’époque, les rassemblements sociaux n’étaient autorisés qu’à l’extérieur et uniquement entre six personnes. Johnson avait récemment appelé le public à respecter les mesures anti-couronne.

Selon un reportage d’ITV, l’architecte d’intérieur Lulu Lytle, qui a meublé l’appartement du Premier ministre mais ne faisait pas partie de son équipe, faisait partie des personnes présentes dans le cabinet du 10 Downing Street.

ITV dit que Symonds et Lytlova ont offert un gâteau à Johnson et que son équipe a chanté pour son anniversaire. La fête devrait durer environ une demi-heure.

Downing Street a rapporté que le personnel s’était réuni brièvement après la réunion et que Johnson avait assisté à l’événement en moins de dix minutes. La deuxième accusation selon laquelle le Premier ministre aurait organisé une fête séparée avec des amis de la famille ce soir-là a été qualifiée de « complètement fausse », car il n’aurait rencontré que quelques membres de sa famille devant la maison.

La dernière accusation survient à un moment où le Premier ministre lutte pour survivre au milieu d’un scandale croissant sur les partis de Downing Street au moment de la fermeture de la Grande-Bretagne. Ces parties font également l’objet d’une enquête par un haut fonctionnaire.

Les critiques ont accusé Johnson d’avoir menti au Parlement sur ce qu’il savait des fêtes à sa résidence. L’ancien assistant le plus proche de Johnson, Dominic Cummings, a averti sur son blog lundi que « d’autres histoires nuisibles viendront jusqu’à ce que (Johnson) parte ».

« Le Premier ministre est une nuisance nationale », a déclaré le chef de l’opposition travailliste Keir Starmer au journal britannique Sky News en réponse aux dernières allégations. « Dans l’intérêt national, il doit simplement partir », a-t-il ajouté.

Le Premier ministre fait face à un vote de censure si au moins 54 des députés de son parti soumettent des lettres l’appelant.

Damien Dupont

"Aficionado du bacon. Troublemaker. Créateur professionnel. Praticien d'Internet. Musicaholic. Écrivain total. Passionné de bière. Ninja de la culture pop."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.