Les éleveurs de porcs et les producteurs de porc sont sous pression

Bruxelles, 17 janvier (TASR) – La Slovaquie soutient les solutions au niveau de l’UE pour aider à garantir un financement supplémentaire pour le secteur porcin. C’est ce qu’a déclaré lundi à Bruxelles le ministre de l’Agriculture et du Développement rural de la République slovaque Samuel Vlčan (nommé OĽANO).

Dans une interview avec TASR au Conseil Agriculture et Pêche de l’UE, Vlčan a déclaré que les ministres responsables de l’agro-secteur ont également parlé des défis auxquels l’Union est confrontée dans le secteur porcin. Une enquête d’Eurostat, l’office statistique de l’UE, le 12 janvier a indiqué que la Slovaquie était à la traîne des pays de l’Eurobloc en matière de production porcine.

Selon des indicateurs exprimant le poids carcasse total des porcs abattus dans les abattoirs et les élevages dont la viande est propre à la consommation humaine, la Slovaquie a produit 61 000 tonnes de viande de porc en 2020 (une légère baisse par rapport à 62 800 tonnes en 2020), ce qui en fait l’un des six derniers pays dans l’Union. dans ce classement. Cette situation a également été pointée du doigt en novembre par la Chambre slovaque de l’agriculture et de l’alimentation, qui a annoncé que seul un tiers de la viande de porc consommée était d’origine slovaque, le reste étant importé.

Dans ce contexte, Vlčan a admis que les éleveurs de porcs et les producteurs de viande slovaques sont soumis à une forte pression. « Cela est dû au fait que les grands producteurs de viande de pays comme l’Allemagne, les Pays-Bas et le Danemark ont ​​du mal à localiser leur surproduction sur les marchés des pays tiers. En particulier, les exportations vers la Chine ont été réduites en raison de la propagation de la peste porcine africaine. décrit la situation.

Le ministre a admis qu’il était positivement surpris de constater que d’autres États membres de l’UE résolvaient également ce problème avec un soutien intensif aux exploitations nationales axées sur les micro, petites et moyennes exploitations. Il a rappelé que la Slovaquie avait également été choisie de cette manière fin 2021.

« La République tchèque a proposé une initiative à la Commission européenne lors du Conseil des ministres pour rechercher des ressources supplémentaires pour soutenir les élevages de porcs nationaux. À la fin de l’année dernière, la Slovaquie a soutenu à la fois les grandes et les petites exploitations porcines avec un niveau historiquement élevé. montant de 3,5 millions d’euros. Vlčan a expliqué. Il a précisé que les grandes exploitations ont reçu 1,5 million d’euros d’aide et un soutien de deux millions d’euros est allé aux exploitations individuelles, jusqu’à 97 pour cent des porcs en Slovaquie.

Selon lui, l’UE s’efforce de rechercher des ressources financières supplémentaires en dehors du budget de la politique européenne commune, qui comprend également l’appel du gouvernement tchèque à la Commission européenne. Il a ajouté qu’en raison de la propagation de la peste porcine africaine, le soutien aux petites exploitations était logique, car en cas d’épidémie, l’État engagerait des coûts moins élevés pour dépenser et éliminer les animaux abattus que dans les grandes exploitations comptant des milliers d’animaux. .

L’UE est le deuxième plus grand producteur de porc au monde après la Chine et le plus grand exportateur de porc et de produits à base de porc. Les principaux pays producteurs de l’Union sont l’Allemagne, l’Espagne et la France qui représentent la moitié de la production totale, la Slovaquie se situe en bas de ce classement. En 2019, l’Union a exporté environ 13 % de sa production totale, la plupart des exportations étant destinées à l’Asie de l’Est, principalement la Chine.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.