Les Français ont attrapé le mauvais homme

Arrestation mardi d’un citoyen saoudien de 33 ans Halida Alotaibija à l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle à Paris, elle a fortement résonné dans le monde diplomatique.

Alotaibi, qui a été arrêté par les autorités françaises sur la base d’un mandat d’arrêt turc (une alerte rouge d’Interpol a été déclenchée lors du contrôle de son passeport), serait l’un des assassins d’un journaliste saoudien Jamala à Hashodia. Celui-ci a été torturé et démembré par une équipe de sécurité du tribunal saoudien en octobre 2018 au consulat saoudien à Istanbul. Son corps n’a jamais été retrouvé. Mais il s’est avéré que les Français avaient attrapé le mauvais homme.

L’ambassade d’Arabie saoudite à Paris a immédiatement répondu à l’arrestation de Khalid Alotaibi par le démenti. Selon eux, la police française a arrêté la mauvaise personne à l’aéroport où le détenu avait l’intention d’embarquer dans l’avion pour Riyad. Et avec un vrai nom.

Des diplomates saoudiens ont ajouté que le « vrai » Alotaibi, membre du groupe d’élite des gardes de sécurité de l’héritier saoudien du trône et de facto souverain du royaume Mohammed ben Salmane, situé dans la patrie. Là, avec quatre autres co-accusés dans un procès farfelu il y a deux ans, il aurait purgé une peine de 20 ans de prison. Après qu’il était, avec quelque chose d’autre selon les experts en politique saoudienne un peu Aléatoire accusés sélectionnés, condamnés à mort.

Mais les noms des condamnés (une vingtaine en tout) n’ont jamais été dévoilés lors du procès de Riyad, et le procès « truqué » n’avait pour but que de laver les mains (infiniment) sanglantes du régime saoudien. Les vrais coupables du meurtre d’Hashodji n’ont pas été punis, c’est clair. C’est aussi pourquoi il serait si important que les Français ne se trompent pas dans leur arrestation. Et ils l’ont fait.

Les informateurs français étaient absolument convaincus qu’ils avaient la bonne personne. Ils avaient 48 heures pour enfin confirmer son identité. Aujourd’hui, ils ont découvert leur erreur (le passeport n’était pas biométrique). Le faux Khalid Altaibi s’est libéré. Il affirme que le meurtrier Khalid Altaïbi, qui fait également partie de l’équipe spéciale de ben Salmane chargée de traiter avec l’opposition (« Tigres »), continuera évidemment à bénéficier de la protection du régime saoudien.

Un jeu politique ?

Khalid Altoaibi – l’auteur du mandat d’arrêt turc – est l’un des vingt-six ressortissants saoudiens qui sont (in absentia) jugés en Turquie pour l’assassinat de Jamal Hashoji. Le procès n’est pas encore terminé. S’il est reconnu coupable, il risque la prison à vie en Turquie. Mais après ce qui s’est passé en France, il est pratiquement impossible de s’attendre à ce que justice soit rendue.

Altoaibi figure également sur la liste des dix-sept ressortissants saoudiens contre lesquels les États-Unis ont imposé des sanctions pour leur implication dans le meurtre. « Cela pourrait être une percée majeure dans la recherche de justice pour Jamal Hashodji », a déclaré hier l’ancien enquêteur des Nations Unies. Agnès Callamardpour qui elle est également l’auteur d’un reportage sur le meurtre, d’où il ressort parfaitement qui et comment a tué un collègue journaliste.

Tort L’arrestation, qui va remuer la politique internationale pendant un certain temps encore, est survenue dix jours seulement après que le président français était en tournée dans le Golfe de l’Arabie saoudite. Emmanuel Macron. À Djeddah, il a également rencontré Mohammed ben Salmane et a tenté de justifier les critiques qu’il avait reçues pour avoir rendu visite et s’être associé à l’homme qui aurait ordonné l’assassinat odieux d’Hashoji dans le cadre de realpolitike.

Selon Macron, le dialogue avec l’Arabie saoudite est nécessaire pour la stabilité de la région. Mohammed bin Salman préfère de tels opportunismes (géo)politiques (et opportunistes). À savoir, ils permettent les affaires comme d’habitude. Au sens propre. Après le fiasco parisien, ce sera beaucoup plus facile pour lui.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.