L’exemple américain doit nous convaincre qu’il est possible de changer la société.

La Cour suprême des États-Unis a rendu vendredi 24 juin un jugement dans l’affaire Dobbs c. Jackson Women’s Health Organization, annulant les jugements Roe c. Wade et Planned Parenthood c. Casey et renvoyant la question de la politique d’avortement aux États fédéraux.

Motifs de la décision du tribunal

Le tribunal a cité plusieurs raisons pour cette importante décision. Tout d’abord, la Constitution américaine ne mentionne pas du tout l’avortement, ce « droit » n’est donc directement ou indirectement protégé par aucune disposition constitutionnelle. Deuxièmement, la cour explique que l’avortement n’est pas « profondément ancré dans l’histoire et la tradition de la nation », ce qui justifierait l’obligation de le pratiquer même dans le cas où la constitution n’en parle pas. Grâce à Roe vs Wade, selon le tribunal, la voix des femmes n’a pas été entendue car les représentants élus du peuple aux niveaux étatique et local ont été empêchés d’organiser un avortement.

La nouvelle décision permettrait donc « aux femmes des deux côtés de la question de l’avortement d’essayer d’influencer le processus législatif en influençant l’opinion publique, en faisant pression sur les législateurs, en votant et en se présentant aux élections ».

Les juges ont finalement précisé dans leur décision que l’avortement représente bien un problème moral profond, mais que la Constitution américaine ne dicte pas aux États une décision concernant l’obligation de le pratiquer. Les juges annulent donc ces décisions antérieures et rendent la compétence au peuple et à ses représentants élus.

Conséquences

L’avortement aux États-Unis n’est donc pas interdit aujourd’hui, comme certains médias (slovènes) l’ont déclaré à tort, mais laissé à la volonté du peuple. La question la plus fondamentale de l’homme, l’existence de la vie, est donc aux États-Unis désormais laissée au libre arbitre de la majorité, qui peut l’emporter sur la minorité, en l’occurrence sur les enfants à naître.

La décision prise par la Cour suprême des États-Unis vendredi est, bien sûr, historique, mais ce n’est qu’un point de départ qui encourage tous les défenseurs de la vie humaine et pointe en avant, en substance, et qui éduque et clarifie les arguments éthiques contre l’avortement. Tant que les gens ne sauront pas de quoi nous parlons lorsque nous parlons d’avortement, cette question sera laissée à la merci des rédacteurs et des interprètes de la Constitution (comme dans le cas slovène), de diverses majorités de cours constitutionnelles et suprêmes autour le monde ou la majorité politique. qui vient d’être élu au pouvoir.

Agression du côté opposé

Ces jours-ci, nous avons déjà vu le lancement agressif de toutes les « machines » médiatiques disponibles, tant aux États-Unis que dans notre pays, pour présenter cet événement sous le jour le plus « apocalyptique ». L’argument principal sera, comme auparavant, que la nouvelle décision de justice n’empêche pas les avortements, mais seulement leur mise en œuvre « sûre ». On parlera beaucoup d’abolir le droit des femmes à prendre des décisions concernant leur propre corps et d’attaquer agressivement celles qui « osent » penser différemment, en particulier celles « sans utérus », comme cela sonne souvent.

En revanche, il faut insister avec obstination et enthousiasme sur les points de départ de la science : la vie humaine est la vie dès la conception, et non une sorte « d’ensemble de cellules ayant le potentiel de devenir humain ». Même lorsque nous parlons d’enfants à naître, nous parlons de personnes, et la vie humaine est un bien intouchable, si intouchable que nous ne pouvons même pas l’humilier accidentellement au niveau des droits de quelqu’un d’autre.

C’est une question essentielle de notre civilisation, qui en elle-même n’est pas religieuse, philosophique, encore moins juridique, mais scientifique. Néanmoins, les catholiques peuvent se réjouir que ce tournant important aux États-Unis se soit produit précisément lors de la fête du Cœur de Jésus, qui nous invite à regarder les enfants à naître avec les yeux du Seigneur Jésus.

Encourageant

L’exemple américain doit nous inciter à « céder » à la possibilité de changer la société, l’opinion publique et la sensibilisation.

Pour moi personnellement, plus que la décision de la Cour suprême des États-Unis, le fait que la société américaine au fil des décennies a commencé à réaliser que la vie humaine est inviolable et que son interruption signifie toujours un meurtre semble plus important que la décision. Cela se reflète dans les représentants de l’État démocratiquement élus, qui ont déjà rédigé des lois pour leurs États, et cela à la volonté du peuple. Cela nous donne l’espoir qu’un jour en Europe aussi, si nous persistons du côté de la science, nous conduirons nos citoyens, sans décisions judiciaires ni dispositions constitutionnelles, à une prise de conscience de l’inviolabilité de la vie humaine à tout moment, de la conception à la mort naturelle.

L’événement de vendredi en Amérique ne devrait donc pas être l’occasion de polémiques politiques, idéologiques et autres. Qu’il y ait un moment d’espoir pour l’avenir, et que nos pensées et nos prières accompagnent les enfants innocents qui ont perdu et qui perdent la vie parce que les gens s’imaginent que ce que nous déclarons légal est aussi éthique ou moral. Nos pensées doivent également aller aux mères de ces enfants et à tous ceux qui subissent les conséquences de l’avortement à notre époque.

Frédéric Charron

"Amoureux de la culture pop subtilement charmant. Évangéliste d'Internet. Résolveur de problèmes à vie. Passionné de bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.