L’extrême droite Zemmour se bat officiellement pour le président français

Eric Zemmour, ancien chroniqueur et rédacteur en chef du célèbre quotidien parisien de droite Le Figaro, a annoncé hier via une vidéo en ligne qu’il se présenterait à l’élection présidentielle d’avril 2022. Des millions de Français sont enthousiasmés par lui. Les Africains d’Europe attendent avec impatience son déménagement depuis des mois. En octobre, des sondages prévoyaient même qu’en plus du président Emmanuel Macron, il se présenterait au second tour de l’élection présidentielle. Depuis quelques semaines, cependant, il ne va plus aussi bien.

Les électeurs seraient séduits par Le Pen et aussi par les républicains

« Ce n’est plus le moment pour la France de se réformer, mais de se sauver. C’est pourquoi j’ai décidé de me présenter à l’élection présidentielle », a déclaré Zemmour d’une voix dramatique dans une vidéo de sept minutes, accompagnée de la Septième Symphonie de Beethoven. « Jusqu’à présent, je me suis contenté du rôle d’un journaliste, d’un écrivain, du rôle de Cassandra (qui a prédit un avenir noir). J’ai cru que cet avertissement serait accepté par un politicien. Je n’ai plus de ces illusions maintenant. » Il s’adressait aux Français, qui se sentaient « étrangers dans leur propre pays », et déplorait « l’effondrement de la France », « le pays des chevaliers, Jean d’Orléans, Victor Hugo, Victor Hugo, les barricades et Versailles, Napoléon, de Gaulle « . . Il ne permettrait pas « la colonisation de la France avec des migrants » et voulait que la France retrouve la souveraineté des technocrates européens, a-t-il dit, essayant d’incarner l’esprit du général Charles de Gaulle lorsqu’il a encouragé une révolte à l’époque- vaincu la France le 18 juin 1940.

Ce n’est pas un hasard si Zemmour, 63 ans, qui a gagné beaucoup de popularité et d’audience ces dernières années dans ses émissions télévisées et ses polémiques, s’est déclaré candidat le dernier jour de novembre. Il veut gagner non seulement les électeurs de l’extrême droite Marine Le Pen, mais aussi les républicains de droite, dont les députés commenceront aujourd’hui à choisir leur candidat à la présidentielle parmi cinq rivaux.

Il a eu des ennuis

Bien que d’origine juive, Zemmour est tout à fait indulgent envers le régime antisémite et collaborationniste de Vichy (1940-1944) dirigé par le maréchal Philippe Pétain. A Genève et à Londres, où il se dirigeait, il y a deux semaines, sa venue a été déclarée indésirable car incitant à la haine raciale, pour laquelle il a déjà été condamné à deux reprises. Dimanche, cependant, il a également montré l’homme du milieu à une femme qui passait par là et lui a montré le majeur. Il y a un mois, il a plaisanté sur un journaliste lors d’une foire pour une blague avec un fusil.

Dans le mouvement Z, dans lequel les jeunes étudiants qui l’admirent en tant que candidat à la présidentielle admettent qu’il a eu des ennuis, après tout, le millionnaire Charles Gavene le soutient davantage. Mais ils espèrent aussi que le grand rassemblement de Paris ce dimanche va tout changer.

Un porte-parole de l’actuel gouvernement Macron, Gabriel Attal, a déclaré hier à Zemmour qu’il agissait en tant que Trump français. Le Pen, cependant, réitère qu’elle rabaisse les femmes. Elle-même a chuté de 28 à 16% de soutien dans les sondages au cours de l’été en raison de son ascension fulgurante. Mais en novembre, Zemmour est à nouveau à la traîne. Selon un sondage publié hier par l’Institut Harris, Macron a 25 % de soutien, Le Pen 20 % et Zemmour seulement 13 %. Il a également été dépassé de 14 % par le candidat de droite Xavier Bertrand. Parmi les nombreux candidats de gauche, le plus fort est Jean-Luc Mélenchon avec 10 %.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.