(Nedeljski dnevnik) Slovènes autour du monde : Maruška Enjalbert de France – Maisons à acheter en 48 heures

Maruška Enjalbert est arrivée en France pour la première fois en tant que volontaire d’une association internationale d’aide aux handicapés mentaux en 2013. C’est alors qu’elle a rencontré son mari actuel, un Français d’origine vietnamienne. Les années suivantes, alors qu’elle termine encore ses études de gérontologie sociale en Slovénie, elle vit ensuite entre la Slovénie et la France, jusqu’à ce qu’en 2018, lorsqu’elle se marie, elle s’installe définitivement en France. Elle et son mari ont d’abord vécu à 100 kilomètres au nord-est de Paris, mais il y a un bon an, ils ont déménagé en Haute-Savoie, une région frontalière avec la Suisse.

Immobilier cher, mauvaise offre

Au début, ils voulaient quitter la France, mais la pandémie a contrecarré leurs plans et Maruška Enjalbert est tombée enceinte. C’est pourquoi ils ont choisi le sud-est du pays, « une région beaucoup plus attractive avec de bonnes opportunités d’emploi », explique-t-elle. La Haute-Savoie est l’un des départements français les plus riches, d’où de nombreuses personnes partent travailler de l’autre côté de la frontière suisse. De plus, il y a un fort tourisme d’hiver et d’été, particulièrement attrayant est le lac d’Annecy.

« Le niveau de vie ici est très élevé. Louer ou acheter une propriété coûte très cher. Pour cent mille euros, vous n’obtenez qu’une grange abandonnée. Les prix des logements ne commencent qu’entre 250 000 et 300 000 euros », explique Maruška. Il ajoute qu’il n’y a pas eu d’approvisionnement du tout depuis l’époque de la couronne et que les prix ont explosé. « Les Français ont souvent un week-end et pendant la fermeture du pays et avec la possibilité de travailler à domicile, beaucoup ont réalisé à quel point il était important d’avoir une maison avec un jardin au lieu d’être enfermé en ville dans un appartement »

Primorka raconte l’histoire d’un phénomène qui a illuminé le monde pendant la pandémie. Avec cette expérience, cependant, la migration ou du moins le désir de se déplacer de l’environnement urbain vers la campagne est devenu plus fréquent. « Les maisons s’achètent ici en 48h, car il n’y a pas d’offre et la location est quasiment impossible. Pendant une courte période hors saison touristique, on a quand même un appartement, sinon une grande partie d’entre eux sont sur Airbnb », explique le Slovène à propos de un autre problème mondial.

Pour la politique sociale en France, à l’exception du congé maternité qui ne dure que trois mois pour le premier enfant, Maruška Enjalbert se dit bonne. « Il existe de nombreuses formes d’aide sociale, vous obtenez des allocations familiales et des subventions au loyer. C’est pourquoi les jeunes de 30 ans ne vivent plus chez eux ici. « Elle est également satisfaite de sa santé. « Quand je suis allée accoucher, j’avais ma propre chambre à la maternité sans frais supplémentaires, ce qui est vrai pour presque toutes les maternités. Vous ne payez pas beaucoup plus pour les services dentaires avec une assurance supplémentaire. Au détriment de l’assurance, je reçois de nouvelles lunettes gratuitement tous les deux ans.  »

Parmi les avantages de vivre en France, Primorka énumère également une alimentation de qualité, devenue plus chère pendant l’épidémie. « La nourriture est très bonne, ils produisent beaucoup et à cet égard le pays est assez autosuffisant. » Cependant, elle est moins enthousiasmée par la journée de travail française. « Le mari commence à travailler à 9h et finit à 17h30, ils ont une heure de repos pendant le déjeuner, qui n’est pas incluse dans les heures de travail. Il rentre à 18 heures, ce qui serait le cas s’il venait du travail en Suisse, deux heures plus tard, c’est pourquoi nous n’avons pas opté pour cette option, car il est plus important pour nous d’être ensemble « , explique Maruška, qu’il ne travaille pas actuellement en raison de la garde de son fils d’un an. Sinon, elle s’est lancée dans un tout nouveau domaine en France. Elle est engagée dans la floristique de mariage, ce qu’elle voulait faire depuis un certain temps, mais ici, elle a rassemblé son courage.

ça manque de tradition

La France manque « plus de tradition, de coutumes et d’habitudes anciennes, que ce soit la préparation de la choucroute ou la célébration des fêtes, comme, disons, la Saint-Nicolas n’est pas du tout là, le carnaval dans le nord ne l’est pas, et de nombreuses traditions sont soumises à consumérisme. »

Parmi les coutumes qu’elle a apprises dans son nouvel environnement, elle raconte une fête récente – les Saints Rois Mages, lorsqu’une figurine est pétrie dans un gâteau appelé gallete des rois et celui qui l’obtient est le « roi ». Sinon, Maruška Enjalbert dit qu’elle aime beaucoup les Français. « Ils sont fiers et rationnels. » Elle est également fascinée par l’environnement multiculturel, qui lui fait des amis du monde entier. Dans un grand pays, où la nature est très diversifiée et attrayante, et la culture est riche, les distances sont également réduites. « On s’y habitue et ce n’est donc pas un problème pour vous de monter dans la voiture avec un petit enfant et de vous rendre à la mer, qui est à quatre heures de route », explique une Slovène de France.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.