Plusieurs députés qui soutiennent les restrictions sur les non vaccinés ont été menacés de mort

Le gouvernement français veut par la loi empêcher les personnes non vaccinées d’entrer dans la plupart des événements publics.

Plusieurs membres du parlement français ont déclaré qu’ils avaient menacé de les tuer pour avoir soutenu un projet de loi qui empêcherait les personnes non vaccinées d’entrer dans la plupart des événements publics. La BBC a rendu compte lundi sur son site Web.

Le gouvernement français cherche à adopter une loi obligeant les gens à prouver leurs vaccinations lorsqu’ils entrent dans la plupart des établissements publics, y compris les restaurants et les cinémas, et dans les transports en commun, rapporte Reuters. Un résultat de test négatif ne suffira plus pour entrer.

La loi devrait entrer en vigueur à la mi-janvier, après approbation par le parlement. Le vote devrait avoir lieu plus tôt cette semaine. Cependant, le projet de loi a provoqué la colère des opposants à la vaccination, écrit la BBC.

Une membre du groupe Agir a annoncé dimanche sur Twitter avoir reçu un e-mail contenant des menaces de mort si elle soutenait la proposition lors du vote. Selon elle, le député a signalé ces menaces à la police. Il prévoit de continuer à soutenir l’introduction des certificats de vaccination lors du vote, écrit la BBC. D’autres députés ont également signalé des menaces de mort.

Le ministre français de la Santé, Olivier Veran, a critiqué lundi les menaces de mort, les qualifiant d' »égoïstes » par les opposants au vaccin. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a déclaré la semaine dernière que la police renforcerait la protection des élus avant le vote.

Les critiques accusent le gouvernement du président français Emmanuel Macron de violer les libertés civiles en imposant des règles contre la propagation du coronavirus, écrit la BBC. Il y a des protestations régulières contre ces mesures gouvernementales dans le pays.

En France, il est actuellement nécessaire de présenter un certificat de vaccination ou un test négatif à l’entrée de nombreuses manifestations publiques. Cependant, en réponse à la forte augmentation des nouveaux cas, le gouvernement a décidé qu’un test négatif ne suffirait plus, écrit la BBC.

PARIS / TASR

Désirée Perrault

"Expert en café. Fier fan de voyages. Pionnier des médias sociaux. Ninja de la culture pop. Fanatique de zombies. Expert de la bière."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.