Qu’attendent les eurodéputés français de la présidence de leur pays ? | Des nouvelles

Nous avons demandé aux eurodéputés français ce qu’ils attendaient de la présidence. Voici leurs réponses :

Compte tenu de l’élection présidentielle du printemps en France, il aurait été utile que le gouvernement demande une présidence. « En tout cas, la Présidence française ne doit pas être qu’un exercice de communication, mais doit mettre en œuvre deux ou trois priorités clairement définies pour atteindre un objectif, en éliminant les faiblesses », a déclaré François-Xavier Bellamy (PPE). Selon lui, la présidence devrait se concentrer sur trois points précis : « notre approvisionnement énergétique, le mécanisme d’ajustement carbone et la réforme de la politique migratoire européenne ».

La présidence devrait être guidée par le besoin de justice sociale et climatique dans son travail, estime Sylvie Guillaume (S&D). Plus précisément, elle attend de la France qu’elle se concentre sur le paquet législatif « Fit for 55 », qui comprend des propositions sur le climat, et souhaite également qu’un accord interinstitutionnel sur une directive sur le salaire minimum puisse être trouvé.

Concernant la Conférence sur l’avenir de l’Europe, qui est une autre priorité de la Présidence française, Sylvie Guillaume espère que « les conclusions de la conférence trouveront une base réelle sans filtre, quitte à ce que les traités soient à ouvrir ».

Pour Marie-Pierre Vedrenne (groupe Renew Europe), l’une des premières priorités de la présidence française du Conseil de l’UE sera d’assurer une relance innovante, socialement équitable et économiquement durable. M. Vedrenne estime également que la présidence sera l’occasion d’œuvrer pour une Europe unie qui ne transige pas sur ses valeurs. « Nous devons renforcer une Europe qui protège, qui défend sa vision du monde et renforce le sentiment d’appartenance », a-t-elle ajouté.

Les eurodéputés verts David Cormand et Michèle Rivasi soulignent que « nous avons le devoir de remettre l’Union européenne dans l’état de droit et de protéger les droits humains fondamentaux pour tous ». Ils insistent également pour que la crise climatique et la protection de l’environnement soient des priorités durant la présidence française de l’UE. « Dans le contexte de crise environnementale, sociale et démocratique, la France doit renouveler son ambition de trouver des solutions pour mettre fin aux blocs qui paralysent souvent l’UE dans son ensemble », ont conclu les députés.

Jordan Bardella (groupe Identité et Démocratie) attend de la présidence qu’elle réforme Schengen pour garantir la libre circulation aux seuls citoyens européens. Selon le député européen, les attentats terroristes perpétrés par des terroristes islamistes qui ont pu utiliser l’espace Schengen après avoir traversé les frontières montrent à quel point le système actuel est faible. La présidence française « devrait enfin être l’occasion des réformes audacieuses qu’attendent les Français et tous les peuples d’Europe », a ajouté M. Bardella.

Selon Manon Aubry (Groupe de gauche), « la présidence française doit se concentrer entièrement sur deux grandes priorités – la crise climatique et la montée des inégalités ». transformation globale du cadre de gouvernance économique pour mettre fin à la pression sur la concurrence et aux coupes budgétaires. « Selon Aubry, la responsabilité des entreprises est également l’une des questions clés que la présidence devrait aborder.


La France succèdera à la Slovénie à la présidence tournante du Conseil et dirigera le Conseil pour la treizième fois. Le prochain pays à assumer ce rôle sera la République tchèque à partir du 1er juillet 2022.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.