Qui est réellement à risque d’occupation?

Bien que nous puissions à peine l’imaginer – la guerre? presque au coin de la rue? aujourd’hui? à un moment où nous sommes submergés par une pandémie, alors que nous risquons une crise climatique ? « En attendant la guerre », rapporte le Respekt tchèque dans un article clé du dernier numéro, « La tournure des événements se dirige vers la guerre en Ukraine », écrit le British Economist. « Poutine a ressuscité l’OTAN », dit Politico. Le département d’État américain a ordonné aux membres de la famille du personnel de l’ambassade américaine à Kiev de quitter l’Ukraine « en raison de la menace persistante d’une intervention militaire russe ».

Certes, la menace d’une intervention militaire a également été évoquée dans notre pays, bien que dans un contexte choquant. L’admirateur local du président dictatorial Poutine, le député Blaha, a prévenu : « L’occupation américaine va commencer dans quelques jours ! Ils nous poussent à la guerre contre la Russie, des milliers de soldats américains arrivent ici, ils vous exposent à l’arbitraire américain, ils vont apporter des armes nucléaires ici. L’accord de défense avec les États-Unis est la fin de l’État slovaque. « 

D’autres leaders de l’opposition ont appelé la Slovaquie à revenir à la politique des « quatre azimuts » annoncée par Robert Fico en 2006-2010. Comme si nous l’avions oublié, Fico déclarait en 2009 que le monde avait les quatre faces du monde : « La Russie a fait d’énormes progrès et est de retour dans l’arène mondiale. Ce serait une erreur colossale de la part de la petite et aussi slave Slovaquie de poursuivre la politique d’orientation unilatérale vers l’Occident. Par conséquent, à l’avenir, nous ferons tout notre possible pour développer de bonnes relations avec la Russie. « 

Rappelons qu’à Prague la politique des quatre azimuts en référence au président français de Gaulle a été proclamée par le président Milos Zeman, oubliant d’ajouter que le concept de « tous azimuts » faisait partie de la vision de de Gaulle de l’indépendance et de la renommée de la France, pour laquelle la France s’est retirée de l’OTAN en 1966. Cependant, après la chute de de Gaulle en 1969, elle se rapproche progressivement de l’Alliance et revient au commandement conjoint de l’OTAN en 2009. Zeman lui-même pratique cette politique en développant des relations avec la Russie et la Chine.

Mais comment est-il possible qu’à la fois face à la menace indéniable de la Russie contre l’Ukraine et aux exigences révisionnistes inacceptables de la Russie envers l’OTAN, Blaha se délecte de la guerre slovaque contre la Russie et de l’occupation américaine ?

Cet article est le contenu exclusif pour les abonnés Denník N.

Êtes-vous abonné?

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.