Scholz : Il n’y a pas de raccourci pour l’adhésion de l’Ukraine à l’UE

Malgré l’invasion russe, la demande d’adhésion de l’Ukraine à l’UE ne peut être traitée selon des règles spéciales, a déclaré aujourd’hui le chancelier allemand Olaf Scholz. « Il n’y a pas de raccourcis sur le chemin de l’UE », a-t-il dit, ajoutant que sinon ce serait injuste pour les Balkans occidentaux. Cependant, il a appelé l’Union à trouver un moyen rapide et pragmatique d’aider Kiev.

Nancy Faeser et Olaf ScholzPHOTO : AP

« Le fait qu’il n’y ait pas de raccourcis sur le chemin de l’UE est également un engagement d’honnêteté avec les six pays des Balkans occidentaux », est le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré aujourd’hui au parlement allemand. En ce qui concerne l’élargissement de l’UE à l’Albanie, à la Bosnie-Herzégovine, à la Serbie, au Monténégro, à la Macédoine du Nord et au Kosovo, les dirigeants de l’UE en Slovénie n’ont confirmé leur engagement envers le processus d’élargissement qu’en octobre de l’année dernière, ce qui a déçu les six, qui attendaient un calendrier concret.

Selon Scholz, les pays se sont lancés dans de vastes réformes depuis des années et se préparent à y adhérer. Il est maintenant temps pour l’UE de faire ce à quoi elle a droit dans le cadre du processus d’adhésion. « Ce n’est pas seulement une question de crédibilité, pour que nous tenions nos promesses. Plus que jamais, leur intégration est aussi dans notre intérêt stratégique », a-t-il déclaré. il a souligné.

Il a l’intention d’assister au sommet de l’UE en mai « avec un message clair que les Balkans occidentaux appartiennent à l’Union européenne ». Il a ensuite annoncé une visite dans la région en juin, alors qu’il devait délivrer le même message. L’Ukraine, qui a demandé son adhésion en février, devrait se voir accorder le statut de candidat par la Commission européenne en juin, avec le consentement de tous les États membres. Scholz a souligné aujourd’hui que l’Ukraine « fait partie de notre famille européenne ». Dans le même temps, il a appelé à d’autres moyens d’aider l’Ukraine à court terme, affirmant qu’elle devait se concentrer sur « rapidement pragmatique » soutien de l’État.

LIRE LA SUITE

L’UE examinera les demandes d’adhésion de l’Ukraine, de la Moldavie et de la Géorgie

Il y a quelque temps, il était déjà président de la France Emmanuel Macron a déclaré qu’il faudrait des décennies avant que l’Ukraine ne puisse rejoindre l’UE. Il a suggéré la possibilité de créer un groupe politique plus large qui irait au-delà de l’Union et inclurait, par exemple, le Royaume-Uni.

Kiev n’est pas satisfait de cette approche. Comme l’a annoncé aujourd’hui le ministre ukrainien des Affaires étrangères Dimitro Kulebac’est un traitement de seconde classe. « L’ambiguïté stratégique concernant la perspective européenne de l’Ukraine, comme en ont été témoins certains pays de l’UE ces dernières années, a échoué et doit cesser », a-t-il ajouté. il a écrit sur Twitter. Selon lui, cela n’a fait qu’encourager le président russe Vladimir PoutineDans le même temps, un tel traitement a affecté les émotions des Ukrainiens, rapporte l’agence de presse française AFP.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.