Si n’importe qui, Macron peut être battu à l’élection présidentielle par un candidat français de centre-droit

Alors qu’en Allemagne on assiste à la fin de la transition politique et à l’émergence d’un nouveau gouvernement, la France a lancé une campagne tumultueuse pour l’élection présidentielle de mai 2022. Pour l’instant, il semble que les Français aient beaucoup de choix à gauche comme à droite.

C’est pourquoi il subsiste un danger que les électeurs de droite se perdent parmi de nombreux candidats, ce qui pourrait empêcher leur candidat de se qualifier pour le second tour. En même temps, il n’en demeure pas moins que le candidat de la droite radicale ne gagnera jamais au second tour en raison de l’accord tacite existant sur le « barrage républicain » selon lequel toutes les forces politiques doivent s’unir contre la droite radicale.

Dans les cercles individuels du centre-droit, on pense qu’il est président Emmanuel Macron réussie et suffisamment proche idéologiquement de la droite française traditionnelle, pour qu’elle puisse rester le meilleur choix pour eux. Marine Le Pen dans Ericom Zemmourjem, Le candidat républicain nouvellement élu (LR) tentera d’intervenir au second tour Valérie Pécresse.

Angela Merkel française ?

Après l’élection présidentielle de 2017, le centre-droit français s’est retrouvé dans une position difficile. Pour la première fois dans l’histoire de la Ve République, sa candidate n’a pas réussi à se qualifier pour le second tour de l’élection présidentielle. Pire, leur candidat François Fillon a été mêlé à des scandales, et le dernier président de la république de leur espèce, Sarkozy, a été condamné avec sursis parce que sa campagne présidentielle de 2007 a été cofinancée par le dictateur libyen Kadhafi. C’est pourquoi un grand nombre d’anciens politiciens de centre-droit ont rejoint Macron et son camp.

Rappelons qu’à cette époque, Macron, comme Miro Cerar en 2015, n’avait pratiquement pas de vraies personnes pour les fonctions politiques. En conséquence, LR a commencé à gémir et ses courants se sont épuisés dans des conflits intestins. C’est pourquoi deux présidents des régions françaises de la République populaire de France, Xavier Bertrand et Valérie Pécresse, ont alors décidé de quitter le parti.

Et au président du parti Christian Jacob parvient néanmoins à fédérer le parti, qui décide alors d’élire son candidat à la présidentielle au Congrès. La plupart des analystes politiques ont prédit la victoire Xavier Bertrand ou des milieux européens connus Michela Barniera, mais Pécresse a gagné au premier tour du congrès puis facilement gagné au second tour Erica Ciottijacar, selon la plupart des membres LR, il était trop proche de la droite radicale.

Pécresse est le président de la province française d’Île-de-France, âgé de 54 ans, qui a d’abord été ministre de l’Éducation puis ministre des Finances dans l’administration Sarkozy. Elle est issue du courant libéral du parti LR et espère que son libéralisme et ses vues plus à droite des Macron permettront de fédérer les électeurs de droite et de faire revenir ceux qui sont allés à Macron lors de la dernière élection.

Elle est aussi la première femme candidate de la droite traditionnelle, ce qui rappelle à beaucoup Angela Merkel. Elle aime aussi se comparer à elle, car elle veut se présenter comme une candidate sérieuse et digne de confiance. De récents sondages suggèrent qu’elle pourrait entrer au second tour et même gagner contre Macron au second tour, mais son chemin vers la victoire reste long.

7 décembre 2021

La droite radicale vendrait l’Europe de l’Est à la Russie

Alors que le centre-droit traditionnel se connecte et s’unit derrière Pécresse, à sa droite, le conflit entre Le Pen et Zemmour a commencé. Le candidat traditionnel de la droite radicale, Le Pen, devra affronter pour la première fois une concurrence au profil politique similaire. Bien qu’elle ait réussi à percer au second tour en 2017, de nombreux membres des milieux de droite radicale l’accusent désormais d’incompétence et de manque d’occasions réelles contre Macron.

Fort de cet espoir, Zemmour s’est présenté au public français comme son alternative. Le journaliste controversé de longue date espère qu’en ouvrant un débat public sur l’avenir de la France et les problèmes causés par les immigrés musulmans à la société française moderne, il gagnera le soutien des électeurs plus âgés du centre-droit, qui ont jusqu’à présent majoritairement voté pour LR. .

Bien qu’il ait réussi à occuper une grande partie du paysage médiatique avant le début officiel de sa campagne, sa campagne semble avoir commencé à s’essouffler. Sa visite à Marseille, connue pour sa grande population venant d’Afrique du Nord, s’est terminée rapidement alors que des foules de citadins protestaient contre son arrivée. De plus, lors de l’attaque contre le manifestant, il a montré son terrain d’entente, que beaucoup de gens ont condamné, affirmant qu’une telle chose n’était pas appropriée pour un candidat à la présidentielle. Ce qui peut inquiéter, c’est le flirt de la droite radicale française avec la Russie. Ce n’est pas quelque chose de nouveau, car Marine Le Pen est en bons termes avec Poutine depuis des années. Lorsqu’elle s’est récemment rendue en Pologne, elle est dans une déclaration pour l’un des principaux journaux polonais République

a déclaré que l’Ukraine relevait de la sphère d’influence de la Russie. Dans un style similaire, Zemmour prône le départ de la France de l’OTAN. De plus, il parle des nouveaux alliés de la France, comme par exemple la Russie, donc Poutine.

Macron compte sur la droite radicale

Le président sortant Macron utilise une stratégie astucieuse qui compte sur le succès de la droite radicale au premier tour. L’idée principale de cette stratégie est l’inflation médiatique pour soutenir cette option, qui est alors placée au second tour de l’élection présidentielle à côté d’elle, qui ferait alors facilement tomber l’adversaire avec l’aide d’électeurs modérés.

C’est peut-être pour cette raison que Vallerie Pécresse représente la seule menace sérieuse pour Macron, car il représente la normalité libérale modérée et en même temps une véritable alternative de centre-droit à Macron.

Certes, Pécresse a actuellement de l’élan du fait de sa victoire au Congrès LR, mais pour l’instant elle s’avère être la seule véritable opposante qui pourrait battre Macron au second tour de l’élection présidentielle.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.