Sommet européen : la communauté politique européenne ne remplacera pas la politique d’élargissement



Photo : Reuters

Comme les dirigeants l’ont noté dans les conclusions, l’objectif est d’offrir une plate-forme de coordination politique entre les pays européens. Il pourrait inclure tous les pays européens avec lesquels l’UE entretient des relations étroites, ont-ils ajouté.

En tant qu’initiateur de cette idée, le président français, a déclaré Emmanuel Macron, invitera les pays de l’Espace économique européen, ceux qui ont récemment quitté l’UE, c’est-à-dire le Royaume-Uni, les Balkans occidentaux et l’Ukraine, la Géorgie et la Moldavie. La Russie, quant à elle, n’y sera pas, a-t-il souligné.

Les dirigeants des pays européens partageant des valeurs communes, de l’Islande à l’Ukraine, pourront discuter ensemble de la sécurité, de l’énergie, des crises sanitaires, des infrastructures et de l’économie, a-t-il déclaré.

« Un tel cadre ne remplacera pas les politiques et instruments existants de l’UE, en particulier l’élargissement, et respectera pleinement l’autonomie décisionnelle de l’UE », les dirigeants des membres du syndicat ont écrit dans les conclusions. Macron l’a également souligné lors d’une conférence de presse après le sommet de l’UE, qui était le dernier de la présidence française du Conseil de l’UE.

Actualités liées
Golob : Un pas en avant important a été fait concernant le statut d’un candidat pour la BiH

La première rencontre aura lieu à Prague, a ajouté le président français. Président du Conseil européen Charles Michel cependant, il a ajouté qu’il sera préparé après la pause estivale.

Plus tôt, Michel a écrit sur Twitter qu’il était impatient de travailler avec la présidence tchèque du Conseil de l’UE pour établir une communauté politique européenne. La République tchèque succèdera à la France à la présidence du Conseil de l’UE le 1er juillet.

Pigeon accueille « l’idée constructive »

Premier ministre slovène Robert Golob il a dit dès jeudi soir que c’était une idée constructive. Comme il l’a dit, ils ont convenu avec les dirigeants qu’il manque une plate-forme de dialogue au plus haut niveau, qui ne se limite pas nécessairement à l’Union européenne ou à ses membres, mais qui soit plus large. Il a ajouté qu’ils n’avaient pas défini de cadre concret pour rendre ce processus et cette plate-forme ouverts pour s’adapter aux défis de l’époque.

Des sources de l’UE ont expliqué que la communauté politique européenne prendrait la forme de réunions régulières au niveau des chefs d’État, ce qui permettrait des discussions politiques et contribuerait ainsi à la compréhension mutuelle.

Le sommet de l’UE a également adopté jeudi soir des conclusions sur les résultats d’une conférence sur l’avenir de l’Europe. Ils ont seulement écrit qu’ils étaient au courant des propositions de ce débat avec les citoyens de l’UE, qui a commencé le 9 mai de l’année dernière et s’est terminé un an plus tard. Ils ont également souligné la nécessité pour chaque institution de l’UE de mettre en œuvre les propositions de la conférence dans le cadre de ses attributions.

Le Parlement européen a déjà lancé une procédure pour modifier les traités de l’UE sur la base de propositions, mais plusieurs États membres ont été retenus. Les États n’en discutent même pas du tout.

Bénédict Lémieux

"Futur idole des ados. Évangéliste des zombies. Amical accro à la culture pop. Intellectuel de la télé d'une humilité exaspérante. Penseur."

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.